• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 16 mars 2009

ASPERULE ODORANTE

Posté par eurekasophie le 16 mars 2009

phytotherapieplantesmedicinales1.jpgasperule.jpgasperule2.jpg phytotherapieplantesmedicinales1.jpg

C’est une petite herbe vivace, à long rhizome ramifié, grêle, rampant, à tiges dressées de 15-25 cm, grêles, quadrangulaires, munies d’élégants verticilles de 6-8 feuilles glabres, minces et fermes, oblongues ou lancéolées, longues de 2 à 5 cm, entières mais brièvement ciliéesrudes aux bords. Les fleurs blanches, à corolle de 4-6 mm en tube à la base puis évasée en 4 pétales, sans calice visible, sont réunies en cymes terminales souvent à 3 axes principaux. Leur succèdent des fruits de 2-3 mm, couverts de poils crochus. Cette plante spéciale aux forêts de feuillus à humus doux, généralement commune en France, et souvent en masse (mais rare par places, nulle en région méditerranéenne), se récolte entière à la floraison, en mai-juin.

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES

Usage interne
Peu odorante à l’état frais, l’aspérule prend au séchage une agréable senteur de foin, due au développement d’une substance chimique, la coumarine. Cette dernière, hypnotique et anticoagulante à haute dose, confère aux préparations médicinales des propriétés antispasmodiques et sédatives, applicables en premier lieu dans l’insomnie (surtout des enfants). La plante convient encore aux anxieux, aux nerveux qui souffrent de palpitations, vertiges, névralgies, maux de tête, spasmes gastriques. Stimulante de la digestion et des. fonctions hépatiques, elle combat les dyspepsies, prévient les lourdeurs et les ballonnements.

On emploie son infusion : 1 cuillerée à soupe de plante brisée par tasse d’eau bouillante; infuser 10 mn ; 3 fois par jour.

L’aspérule est aussi une bonne diurétique un peu antiseptique. Dans les infections des voies urinaires, elle contrarie la prolifération des colibacilles.

Le’ DrH. Leclerc recommande la tisane suivante, diurétique et antiseptique: fleurs d’aspérule, 50 g ; fleurs de bruyère, 30 g ; feuilles d’épervière piloselle, 20 g ; 1 cuillerée à soupe du mélange pour 1 tasse d’eau bouillante. Laisser infuser 15 mn ; 3 tasses par jour.


Le roi de Pologne, Stanislas, qui prenait tous les matins une tasse de thé d’aspêrule, assurait qu’il devait à cette plante sa santé des plus robustes.

Usage externe
La plante fraîche est, à l’extérieur, adoucissante et vulnéraire. On l’appliquait écrasée sur les blessures, les abcès, les enflures douloureuses. En infusion avec les fleurs de bleuet ou les feuilles de plantain, elle donne un bon collyre utile dans les blépharites et les conjonctivites.

USAGES DIVERS

L’infusion d’aspérule plaît aussi aux bien-portants et peut s’utiliser, le soir, en guise de thé. Dans l’Est et en Allemagne, on fait le vin de mai, par simple infusion dans du vin blanc un peu sucré des fleurs récoltées au tout début de l’épanouissement. Ce vin a des vertus toniques et digestives. L’aspérule sert aussi à aromatiser des liqueurs (macération de la plante entière), à parfumer le linge dans les armoires et à en éloigner les insectes.
L’aspérule odorante et certaines espèces voisines comme l’aspérule à l’esquinancie, Asperula cynancbica 1., des terres calcaires, sont très aimées des bestiaux et surtout des chevaux. Elles parfument leur fourrage et
auraient une heureuse influence sur la sécrétion lactée des ruminants. Non sans inconvénients : elles colorent en rouge les os des bêtes qui les broutent. L’aspérule odorante, absorbée en trop grande quantité, pourrait provoquer des hémorragies (qu’on observe aussi avec le mélilot), la coumarine ayant une action anticoagulante – que la médecine humaine a su mettre à profit, en parti­culier dans le traitement des phlébites. Ces accidents ne sont pas à craindre quand la plante est mélangée en pro­portion réduite avec les Graminées et les Légumineuses.

Les racines des aspérules, comme celles de presque toutes les Rubiacées, peuvent être utilisées en succédané de la garance, pour teindre en rouge les lainages.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 6 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

ARBOUSIER

Posté par eurekasophie le 16 mars 2009

arbousier.jpg 

Comment lire une taxobox Arbutus unedo
Arbouses, fruits de l'arbousier

L’arbousier, en latin arbutus unedo, est un grand arbuste originaire d’Amérique et que l’on trouve dans la garrigue et le maquis des régions méditerranéennes ; il appartient à la famille des éricacées.

Voilà un végétal particulièrement intéressant du point de vue décoratif, tout d’abord son allure générale est gracieuse avec sa forme arrondie et ses rameaux un peu retombants ; il peut atteindre 7 à 8 m.

 Le tronc assez court a tendance à être tortueux et présente un bel aspect rougeâtre avec des lamelles d’écorce étroites et pendantes qui s’exfolient. Cette écorce est utilisée pour le tannage des peaux.
Les branches charpentières peuvent etre sinueuses, les jeunes rameaux sont velus et teintés de rouge

Le feuillage fait de l’arbousier un arbuste très décoratif, les feuilles persistantes et coriaces, de couleur vert sombre ont une surface brillante. Elles ont une forme allongée avec un bord hérissé de dents (non piquantes) et leur court pétiole est souvent teinté de rouge ou de rose.

En automne, l’arbousier devient encore plus attractif car c’est la saison de maturation de ses fruits mais aussi de l’épanouissement de ses fleurs.
Celles-ci, de couleur blanche et appréciées des butineurs, sont groupées en
panicules retombantes et rappellent les fleurs de la bruyère qui est de la même famille. La floraison s’étale sur une longue période, de ce fait, si des gelées importantes viennent à détruire certaines fleurs, il y en a presque toujours d’autres qui y échappent.

Les fruits sont des baies appelés des arbouses, leur ressemblance avec la fraise a valu à cet arbuste le surnom d’arbre aux fraises. Ils sont recouverts de sortes de petits reliefs pointus, leur chair à maturité est molle, un peu farineuse, acidulée et sucrée, elle contient de nombreux très petits pépins.
Elle permet de préparer d’excellentes confitures, vins et liqueurs à vertus digestives.

L’arbousier est rustique dans presque toutes les régions françaises ; en 1985 où la température est descendue à – 22° chez nous, la plupart a survécu avec des dégâts plus ou moins importants et ceux que l’on croyait perdus ont repoussé des racines.
De plus, cet arbuste résiste parfaitement à la sécheresse et s’accommode de tous les sols même calcaires.
Il préfère une situation ensoleillée mais supporte la mi-ombre.

La multiplication s’effectue par semis ou bien par récupération des drageons.

Il est donc difficile de trouver un arbuste qui réunisse autant de qualités puisqu’il est décoratif en toute saison, surtout en automne où les autres plantes sont en sommeil, très rustique (il supporte parfaitement la taille même sévère et répétée) et enfin il fournit des fruits comestibles.

Il existe plusieurs variétés d’arbutus unedo dont la taille des feuilles et la couleur des fleurs sont différentes.
Il existe aussi d’autres espèces comme arbutus andrachme aux fruits orangés en février-mars.

L’arbousier possède des vertus médicinales, c’est un diurétique efficace, un antiseptique urinaire et il favorise la circulation sanguine.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 3 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant