• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 15 mars 2009

UNE BONNE SOIREE …DES CALINS…..DE DOUX REVES…..

Posté par eurekasophie le 15 mars 2009

lignependule1.gif 

 

 

 

dcooiseau1.jpgvendredisoir12.gifdcooiseau1.jpg

Publié dans MES IMAGES | 4 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

CONNAISSEZ-VOUS VOS RACINES ?

Posté par eurekasophie le 15 mars 2009

peinturesalvatordali2.jpg 

 

 

 

 

arbre20a20volutesp.jpgarbregnalogique.jpgarbre20a20volutesp.jpg

Tu es unique, pourtant tu as:

  • deux parents;
  • quatre grands-parents;
  • huit arrière-grands-parents; (on double à chaque génération)
  • ton arbre de 10 générations comprend 1022 noms (hommes et femmes) de qui tu es le descendant.

Né(e) d’une femme mais portant le nom de l’homme (un patronyme)… de qui retiens-tu vraiment ?

Et si tu portais le nom de famille de ta mère (un matronyme), de la mère de sa mère… quel serait ton nom de famille ?
Une réponse par la recherche en généalogie.

La généalogie est une activité; pour retracer ses ancêtres. Si tu connais bien tes grands-parents, la généalogie permet de :

  • trouver le nom de tes arrière-grands-parents et leurs parents
  • trouver le nom de leurs enfants
  • trouver les lieux où ils ont vécu
 

 

C’est aussi une recherche pour connaître:

  • les lieux d’origine du premier arrivé en Amérique portant le même nom de famille (patronyme) que soi; et,
  • les liens de parenté avec ceux qui portent le même nom de famille (patronyme) que soi.

Faire son arbre généalogique c’est possible, parfois même facile.
Le but poursuivi par le chercheur (le probant) c’est de faire la preuve qu’il est relié au premier arrivé ( l’ancêtre) en Amérique portant le même nom de famille (patronyme) que lui.
Arbre généalogique ascendant:
On fait l’arbre généalogique de lignée directe ascendante lorsqu’on part de soi et que la recherche se fait jusqu’à l’ancêtre. Voir le modèle de l’arbre généalogique ascendant simple (une seule famille, celle du père) ou complexe (plusieurs familles, celle du père, de la mère, etc.)
Cette recherche se fait par la consultation des registres de l’état civil, ou dans les relevés publiés par des chercheurs.
Arbre généalogique descendant:
L’arbre généalogique descendant est davantage à notre portée; en effet il s’agit de faire la liste de tous les descendants de nos grands-parents ou arrière-grands-parents. Aucun répertoire n’étant nécessaire pour réaliser cette liste; les mémoires vivantes suffisent. On peut réaliser ce type de généalogie avec les photos de familles, les anecdotes, les souvenirs. Voir le modèle de l’arbre généalogique descendant.
Autres types de recherche:
La généalogie des collatéraux c’est le travail qui permet de retrouver toutes les familles dont vous êtes le descendant. Vous devez retracer les parents de tous les hommes et de toutes les femmes qui ont une relation avec vous.
Il existe différents logiciels pour faire son arbre généalogique voici quelques sites intéressants à visiter pour vous aider à élaborer votre arbre généalogique.

Publié dans MELI-MELO | 6 Commentaires »

ET VOUS…..DANS LA PEAU DE QUI VOUS GLISSERIEZ-VOUS ?

Posté par eurekasophie le 15 mars 2009

http://quel-heroine-de-film.es-tu.com

J’ai fait le test ….

Faut que je loue le DVD pour faire mon auto-critique lol!

Aller, à vous maintenant …

Tu es : ET VOUS.....DANS LA PEAU DE QUI VOUS GLISSERIEZ-VOUS ?  dans TESTS EN TOUT GENRE 32
Leeloo (Le 5ieme élément) : 76%
Beatrix Kidow (Kill Bill) : 70%
Jean Grey (Xmen) : 69%
Vivian Ward (Pretty woman) : 67%
Michelle (American pie) : 65%
Bridget Jones : 65%
Catherine Tramell (Basic instinct) : 64%
Bebe (Dirty dancing) : 60%
Ellen Ripley (Alien) : 58%
Trinity (Matrix) : 57%

Publié dans TESTS EN TOUT GENRE | 14 Commentaires »

LA BEAUTE, BONNE POUR LA SANTE ?

Posté par eurekasophie le 15 mars 2009

beaute.gif

 

Prendre soin de sa peau, se maquiller, se coiffer…des gestes peut-être pas aussi futiles qu’on pourrait l’imaginer. En effet, on connaît de mieux en mieux les relations très étroites entre la peau et le système nerveux, entre la santé de l’épiderme et l’équilibre psychique.

Avec une conséquence logique: les cosmétiques contribuent à améliorer l’état de santé s’un malade, comme à préserver celui d’un bien portant.

lfleur.gif ’ Organisation Mondiale de la Santé ne définit plus la santé comme l’absence de maladie, mais comme « un état complet de bien-être physique, psychologique et social ». Une évolution qui souligne bien à quel point ces différents facteurs (qu’on peut regrouper sous les termes de « qualité de vie » ) sont complémentaires et interdépendants.

 

afleur21.gif peau malade, esprit souffrant…..et réciproquement !

Dans cette prise en compte globale de l’état de santé, la peau joue un rôle primordial. C’est d’abord l’organe le plus lourd (4 kg en moyenne) et le plus étendu de notre organisme, constituant une barrière naturelle qui le protège des agessions extérieures, tout en assurant les fonctions d’échange avec le monde qui nous entoure (perception sensorielle, thermorégulation, échanges métaboliques, image de soi renvoyée aux autres…).

La maladie cutanée aggrave la détresse psychologique

On se doutait déjà que le fait de ne pas avoir une jolie peau ne fait rien pour renforcer l’appréciation de soi, ni l’assurance dans ses relations avec les autres, surtout dans une société très axée sur l’image et l’apparence. On sait aujourd’hui que l’impact psychologique d’un défaut cutané est encore bien plus important que cela, et serait même, dans la grande majorité des cas, plus mal vécu que des maladies graves.

Selon une étude menée en Espagne, le stress touche plus fortement 88 %  des personnes atteintes de psoriasis, 39 % de celles atteintes de dermatite atopique. Les jeunes gens souffrant d’acné se révèlent également plus anxieux, voire dépressifs….un état qui s’estompe généralement après un traitement.

Les troubles psychologiques se voient sur la peau

A l’inverse, des facteurs émotionnels ou psychiques peuvent aussi se traduire par le déclenchement ou l’aggravation d’affections cutanées, favorisant leur fréquence ou leur importance.

Les effets du stress sont ainsi clairement impliqués dans le déclenchement des poussées d’acnée, ils se retrouvent dans 70 % des cas de dermite atopique, aggravent le psoriasis de 60 %  des personnes touchées. En clair, les uns entretiennent les autres. Par exemple, le stress aggrave la chute des cheveux, mais la chute des cheveux alimente le stress: un vrai cercle vicieux.

Les cosmétiques, médicaments de la peau et de l’âme

Face à ces imbrications des affections psychologiques et cutanées, les dermatologues savent depuis longtemps combien une prise en charge cosmétique constitue une démarche fondamentale dans le suivi et l’amélioration de l’état de leur patient. Les cosmétiques peuvent agir ainsi à plusieurs niveaux.

cosmtiques2.jpgcosmtique.jpg

Les traitements cosmétiques ciblés

Des crèmes efficaces peuvent évidemment contribuer à diminuer une acné, réduire les démangeaisons d’une dermite atopique, atténuer des rougeurs disgracieuses……soulageant ainsi la souffrance due aux troubles cutanés.

Le maquillage peut aussi intervenir en camouflage, avec le même effet observé sur l’appréciation de soi par les patients. Une équipe de chercheurs japonais a illustré l’impact de ce « traitement » sur des personnes présentant des taches pigmentaires. Un maquillage approprié a permis à leur groupe témoin de ressentir, en se voyantdans le miroir, un plaisir qui a provoqué une activation immunitaire mesurable, permettant la stimulation de leurs défenses naturelles….ce qui a favorisé le processus de réduction des taches !

Des crèmes peuvent évidemment contribuer à diminuer une acné, réduire les démangeaisons d’une dermite atopique, atténuer des rougeurs disgracieuses….soulageant ainsi la souffrance morale due aux troubles cutanés.

Le maquillage peut aussi intervenir en camouflage, avec le même effet observé sur l’appréciation de soi par les patients. Une équipe de chercheurs japonais a illustré l’impact de ce « traitement » sur des personnes des taches pigmentaires. Un maquillage approprié a permis à leur groupe de témoin de ressentir, en se voyant dans un miroir, un plaisir qui a provoqué une activation immunitaire mesurable, permettant la stimulation de leurs défenses naturelles…ce qui a favorisé le processus de réduction des taches !

Les accompagnements cosmétiques

Le plaisir ressenti à l’application d’un produit d’hygiène et de beauté, comme à la vue de son efficacité, est ainsi une donnée clé dans l’effet que peut produire un cosmétique sur la santé.

Une étude menée auprès d’un groupe de jeunes hommes en pleine santé a montré que l’utilisation quotidienne de trois produits parfumés ( une mousse à raser, un gel nettoyant et une crème hydratante) diminuait le sentiment d’ennui tout en augmentant la sensation de bien-être, de bonheur et de plaisir.

D’autres ont confirmé cet impact positif, comme celle réalisée sur 73 femmes atteintes d’affections cutanées sévères et qui a mis en évidence une amélioration de l’état général des patientes, évalué après deux, quatre et douze semaines. On ne parle plus là de bénéfices pour le trouble spécifique, mais bien d’effet sur la santé envisagée dans sa globalité.

Les cosmétiques à l’hôpital

cosmtiques3.jpg

Les cosmétiques peuvent ainsi accompagner un traitement médical pour en potentialiser l’action grâce à l’amélioration de l’état psychologique du malade. C’est ainsi qu’ils sont entrés à l’hôpital grâce à l’association CEW (Cosmetic Executive Woman). Cette association regroupe des femmes exerçant dans les métiers de la beauté, elle crée et anime des centres de soins esthétiques en milieu hospitalier. Il en existe treize en France aujourd’hui, installés dans des centres de cancérologie, de traumatologie, de gérontologie, de dermatologie, de soins destinés aux adolescents….Ces centres rencontrent un accueil de plus en plus favorable, tant de la part des patients qui en bénéficient que des médecins des services où ils sont présents. Tous s’accordent à reconnaître leurs effets positifs sur létat des patients.

ffleur.gifaites-vous belle !

Conclusion ? Non, la beauté n’est pas si futile qu’on le dit, et passer du temps dans sa salle de bain, chaque matin, pour se plaire dans le miroir n’est pas vain, mais constitue plutôt un bon réflexe pour entretenir et préserver sa santé.

Alors, soignez votre peau, entretenez vos cheveux, maquillez-vous si vous en avez envie, faites-vous plaisir en utilisant quotidiennement vos produits préférés et ….aimez-vous : vous aurez plus de chance de vivre gai et en bonne santé !

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 4 Commentaires »

ANCOLIE

Posté par eurekasophie le 15 mars 2009

ancolie.jpg

Ancolie commune
Aquilegia vulgaris
Aquilegia vulgaris
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Magnoliidae
Ordre Ranunculales
Famille Ranunculaceae
Genre Aquilegia
Nom binominal
Aquilegia vulgaris

 Mais l’ancolie ….Une plante de la famille des renonculacées .

Elle est originaire d’ Europe.
Nom botanique: aquilegia vulgaris.

C’est une plante vivace qui vit entre 2 et 4 ans.
Son feuillage est semi-persistant.
On la trouve à l’état sauvage en lisière de forêt.
Sa taille avoisinne 80 cm en fleurs.
L’ancolie est très rustique au gel.

On la plante souvent en massif, rocaille ombragée, sous-bois.
Les feuilles de l’ancolie servaient à soigner les plaies.L’Ancolie a été très employée en homéopathie et en phytothérapie. Son utilisation n’est pas sans danger puisqu’elle contient une substance toxique. Seules ses racines peuvent être utilisées sans risques en usage externe pour soigner les plaies.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 3 Commentaires »

ALLIAIRE OFFICINALE

Posté par eurekasophie le 15 mars 2009

alliaire.jpg

Comment lire une taxobox Alliaire officinale
Alliaria petiolata
Alliaria petiolata
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Capparales
Famille Brassicaceae
Genre Alliaria
Nom binominal
Alliaria petiolata
(M.Bieb.) Cavara & Grande, 1913
Synonymes
  • Alliaria alliaria (L.) Britt.
  • Alliaria officinalis Andrz. ex Bieb.
  • Erysimum alliaria L.
  • Sisymbrium alliaria (L.) Scop.
Classification phylogénétique
Ordre Brassicales
Famille Brassicaceae
ALLIAIRE OFFICINALE dans D’autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons

 

Nom latin : Alliaria officinalis Andrz.

Noms usuels : Herbe à l’ail, Herbe aux aulx, Julienne alliaire, Velar alliaire.

Famille : Crucifères

L’Alliaire officinale est une plante bisannuelle de 50 à 80 cm de hauteur.

Sa tige est droite, ses feuilles pétiolées, découpées, d’une forme rappelant un cœur. Les fleurs sont blanches en grappes, composées de 4 sépales, de 4 pétales, de 6 étamines, 2 capelles. Les graines se trouvent dans des gousses longues à 2 valves. La floraison a lieu de Mars à Juin.

On la rencontre en Europe, mais pas dans les régions méditerranéennes. Elle est présente dans les terrains frais, sur les bords des chemins, et jusqu’à un peu moins de 1000 m.

L’Alliaire officinale a la particularité de sentir l’ail lorsqu’on la froisse entre les doigts. Elle doit son nom à l’allium qui signifie « ail ».

Ses graines peuvent servir de substitut à la moutarde noire dans l’élaboration du condiment du même nom (moutarde). Les jeunes feuilles mélangées dans une salade amènent un léger gout d’ail.

Elle est traditionnellement utilisée pour ses vertus diurétiques, contre les rhumatismes, l’asthme et la goutte. On prête aussi des vertus antiseptiques à la plante fraîche, alors utilisée en cataplasme

L’alliaire est une plante médicinale riche en vitamine C ; elle soigne les affections des bronches et en usage externe nettoie les plaies et favorise la cicatrisation. Elle soigne les maux de gorge prise en gargarisme.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant