• Accueil
  • > Archives pour février 2009

LA PARTENELLE

Posté par eurekasophie le 26 février 2009

gouttedeau.gifpartenelle.jpgpartenelle2.jpgpartenelle3.jpg  gouttedeau.gif

  

  

LA PARTENELLE

Chrysanthemum parthenium

C’est la fleur d’or de la médecine grecque, celle qui soulage les migraines des jeunes filles (= parthenos) ayant des règles douloureuses.

1. L’HERBE À LA TÊTE

Au proche Orient, on donne à la partenelle le surnom d’herbe à la tête pour évoquer le soulagement que produit le simple fait de respirer profondément ses fleurs lorsqu’on a mal à la tête.

La partenelle (Chrysanthemum parthenium) est une plante vivace herbacée de 30 à 80 cm de haut qui ressemble à la camomille et pousse spontanément dans les prés au sol léger, sablonneux. Ses petites fleurs, jaunes au centre, blanches en périphérie, semblables à des pâquerettes, dégagent une odeur caractéristique, pénétrante, aromatique, âcre, qui prend la tête (c’est bien le cas de le dire puisque justement cette simple odeur soulage les migraines).

On recueille les sommités fleuries de la partenelle, lesquelles sont inscrites à la pharmacopée française depuis 1884.

Présentation Sachet de 100 g de plante coupée
Propriétés Antalgique, fébrifuge, antirhumatismal, emménagogue, tonique amer
Indications courantes La partenelle, appelée aussi grande camomille, soulage toutes les formes de migraines. Plante antidouleur, elle soulage également les rhumatismes. Elle était également utilisée autrefois pour aider à expulser le placenta après les accouchements. Elle est encore utilisée de nos jours pour faciliter le flux menstruel et en soulager les spasmes

Publié dans "P**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA Prêle

Posté par eurekasophie le 26 février 2009

prle.jpg

Noms communs : Asprêle, herbe à récurer, queue de chat (de cheval, de rat ou de renard), prêle commune.
Nom botanique :
Equisetum arvense, famille des équicétacées
Noms anglais :
Horsetail, cattail, joint brass, bottle brush, shavegrass, horse pipe.

Parties utilisées : Les parties aériennes recueillies au printemps.
Habitat et origine :
La prêle des champs est une plante dont l’origine remonte à l’ère primaire. Elle pousse abondamment en Europe, en Afrique du Nord, en Amérique et au nord de l’Asie. Elle prolifère dans des milieux très divers, exception faite des habitats très humides. Elle affectionne particulièrement le bord des routes.

Utilisation

La prêle était autrefois utilisée fraîche pour récurer les casseroles ou séchée comme abrasif fin pour poncer finement des pièces d’ébénisterie ou de métal. Cette action de ponçage avait pour verbe : prêler. Cette utilisation ne persiste qu’auprès de certains musiciens qui utilisent encore la prêle pour poncer finement les anches en roseau de leurs instruments à vent (hautbois, clarinettes, ..). Ces propriétés abrasives viennent de la forte teneur en silice de la plante.

Alimentaire

En tisane, la prêle s’utilise en mélange de façon à cacher son amertume.

Les jeunes pousses coupées en morceaux peuvent s’ajouter aux salades.

Au Japon, elles se cuisent à la vapeur puis sont sautées à l’huile. Elles sont aussi conservées dans le vinaigre.

La prêle est un excellent reminéralisant naturel, elle contient de la silice facilement assimilable par l’organisme. Elle aide à la régénération des tissus conjonctifs en améliorant leur résistance et leur élasticité, elle arrête les saignements de nez et est efficace en cas de cystite.
Egalement : Goutte, lithiase, cystite, métroragie, hémorragie, ongles fragiles.
Et en usage externe : Plaies, aphtes, psoriasis, vergetures, ulcères variqueux, eczéma, prurit, dartes, soins des cheveux.
En décoction une poignée pour un litre d’eau bouillir 2 minutes puis laisser infuser 10 minutes boire à volonté.1 g de poudre séchée dans un peu de miel, 2 fois par jour, 10 jours par mois pendant 3 mois pour les ongles cassants.

Publié dans "P**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 16 Commentaires »

ANTHYLLIS vulnéraire

Posté par eurekasophie le 26 février 2009

anthyllis.jpg

Anthyllide vulnéraire, Triolet, Trèfle jaune des sables, Thé des Alpes, Patte de chat…
• Anglais : Woundwort, Lady’s-finger, Kidney-vetch

Présentation
Famille : Légumineuses (Papillonacées)
• Le nom de Vulnéraire lui viendrait du latin “vulnerarius” : “relatif aux blessures”. Parfois cultivée comme une plante fourragère, la Vulnéraire a autrefois été considérée comme médicinale dans les campagnes. C’est une vivace, à tige simple d’environ 50 centimètres de haut. Ses fleurs sont de couleur variable en fonction du biotope de la plante. Parfois rose saumon, jaunâtre ou jaune orangé, il en existe également des blanches et des carmin foncé. La corolle papilionacée possède un calice velu qui n’aide pas les insectes pour la pollinisation. Elles sont agglutinées en épis terminaux ou axillaires et soulignées de bractées vertes. Les feuilles sont assez diverses. Les basales sont à une seule longue foliole, les supérieures en possèdent de trois à neuf.

Habitat
• La Vulnéraire est présente un peu partout en Europe,Afrique du Nord, Amérique du Nord, dans les plaines et sur les monts, jusque ± 3.000 m. d’altitude.
• Elle supporte les sols rudes, de préférence calcaires, bien ensoleillés.

Cueillette
• En été, la Vulnéraire est souvent présente en nombre, tapissant de larges étendues de pelouses sèches. C’est une Légumineuse appréciée par le bétail.
- Vous récolterez la plante entière que vous ferez sécher à l’ombre sur claie, en couche mince.
• A titre médicinal, on récolte les capitules, sans les pédoncules et en bon état.
• La floraison à lieu de mai à août.

Phytothérapie
• Propriétés : astringente, dépurative, légèrement laxatif, vulnéraire…
• Constituants : flavonoïdes, mucilage, pigments, saponides, sucres, tanin…
• L’infusion (2 cuillères à café pour 1/4 de litre d’eau) stimule l’organisme et facilite les échanges cellulaires.

Anecdote
• Les fleurs de vulnéraire entrent dans la composition du «thé suisse» qui est un dépuratif.
• Mélangé à des feuilles de Fraisier, de Framboisier et de fleurs de Prunellier, l’Anthyllis était consommé comme un thé.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 3 Commentaires »

C’EST MERCREDI SOIR

Posté par eurekasophie le 25 février 2009

 

 

dcor1.jpgtrsbeaudimanche7.gifdcor1.jpg

 

ET….JE T’ATTENDS, TOI MON AMI DE COEUR

Publié dans MES IMAGES | 2 Commentaires »

LES BALCONS ET TERRASSES

Posté par eurekasophie le 25 février 2009

terrassefleuri.jpgterrassefleurie2.jpgterrassefleurie4.jpg

 

 

Des plantes sur un balcon prolongent la décoration de la pièce attenante, font écran aux regards indiscrets et

éventuellement isolent des voisins.

Voilà bien des agréments. Comme pour les fenêtres, l’orientation est très importante. Mais, dans les balcons en avancée, un problème supplémentaire se pose: celui du vent, qui assèche, maltraite, et transporte des parasites.

Avant toute installation demander l’autorisation au gérant d’immeuble ou aux copropriétaires, et informer l’assureur en cas de dégât quelconque. Si le balcon est mitoyen prévenir le voisin; s’il accepte, veiller à ce que les plantes n’empiètent jamais chez lui, en éloignant les pots et en taillant si nécessaire. Prévoir un store en cas d’ensoleillement excessif et des bacs en plastique avec un rebord pour recueillir l’excédent d’eau.

Plantes et récipients: choisir des arbustes assez bas: ils donneront moins de prise au vent, et n’exigeront pas de récipient trop lourd pour les stabiliser. Laisser un espace suffisant pour que le balcon reste praticable.

Les fleurs en jardinières seront les mêmes que pour les fenêtres. Sur un balcon long, installer plusieurs jardinières côte à côte. Choisir des récipients de couleur neutre, avec des trous de drainage. Les poser sur un bac recueillant l’excédent d’eau, à vider régulièrement. Placer les petits arbres et arbustes dans des récipients de 30 cm de côté, sur pieds, munis de poignées pour faciliter le déplacement.

Les récipients en bois. Une année sur deux, passer à l’extérieur des bacs en bois une couche de vernis bateau.

Quelques suggestions: faux-cyprès, cyprès nain, buis, houx, génévrier, bambou doré.

Les conifères et autre petits arbres sont vendus en pot de plastique; c’est un avantage, car l’évaporation est plus lente et la terre retient mieux l’humidité. Si le sujet est déjà trop à l’étroit dans son pot, il faut dépoter er rempoter dans un récipient, en bois par exemple, un peu plus grand, avec un orifice pour le drainage.

Procéder à deux: l’un tient l’arbre par le tronc, l’autre s’occupe du dépotage. Si cela pose des difficultés, sacrifier le pot en plastique en le cisaillant avec un sécateur ou des ciseaux spéciaux. Quand la motte est libre, placer l’arbre au centre du nouveau récipient, garni de gravier pour le drainage et du tiers de la terre. Combler l’espace resté libre avec de la terre, et couvrir la motte de 1 ou 2 cm de terre. Niveler la surface et tasser avec les doigts. Placer le bac sur le récipient et arroser.

Placer les plantes grimpantes, lierres, seuls ou à deux dans un bac posé à même le sol. Les tiges grimpent au fur et à mesure de leur croissance sur un lattis fixé contre la paroi. Acrocher les tiges sur des petits clous, enfoncés dans le lattis. La plante couvrira peu à peu le lattis.

Les plantes retombantes, Impatiens, peuvent être placées dans des paniers métalliques en demi-cercle fixés au mur. La fixation doit être solide. Utiliser des chevilles et des crochets résistants.

Rassembler tout le feuillage, retombant en demi-cercle, pour éviter le contact avec le mur et, en même temps, être le plus décoratif possible.

Un balcon bien meublé. Du côté du vent, les arbustes font la haie qui protège les autres plantes.

Dans l’angle intérieur, un conifère. Son récipient est plus lourd, et il supporte d’être dans la mi-ombre.

Posés à même le sol, le long de la grille du balcon, les jardinières: plantes à bulbe, fleurs annuelles ou bisannuelles, renouvelées au printemps et à l’automne. Plantées dans plusieurs récipients on les renouvelle ou on les déplace plus facilement.

Sur le mur opposé, plus ombragé, un lierre grimpant sur un lattis.

L’entretien d’un balcon.

Tous les jours. Vérifier l’humidité du compost. Oter feuilles et fleurs fanées. Arroser le matin tôt ou le soir.

Au printemps, renouveler 2 cm de terre de surface des plantes de grand format.

Au printemps et à l’automne, donner de l’engrais aux plantes empotées depuis plus de 6 mois et auxarbustes restant en permanence dehors. Vaporiser de l’insecticide préventif, à 25 cm des feuilles, le soir après avoir fermé la fenêtre. Choisir un jour sans vent pour faire cette opération. Retirer du balcon les plantes finissant leur floraison. Jeter celles qui sont mortes.Nettoyer les bulbes pour la prochaine utilisation. Faire de nouvelles plantations.

En été. Vaporiser si le temps est très sec. Baisser le store pour protéger les plantes qui risquent d’être brûlées. Rentrer les plantes pendant vos vacances ( à moins d’avoir un voisin qui vienne en prendre soin)

En hiver, rentrer toutes les plantes sauf les conifères; protéger leur terre par de la paille. Nettoyer soigneusement les récipients vides pour le printemps suivant.

 

Il est bien évident que, l’aménagement d’une terrasse est beaucoup plus facile car , vous possédez de plus de place bien évidemment….Le principe reste toutefois le même.

Publié dans TOUT EN VERT ...... | 4 Commentaires »

SOMMEIL ET SANTE

Posté par eurekasophie le 25 février 2009

femmequidort2.jpg

Confrontez vos réponses à celles des experts, et sans doute en apprendrez-vous un peu plus sur les

liens entre le sommeil et la santé et comment favoriser de douces nuits…

1) Quand peut-on parler d’insomnie ?

A-si on passe plus de 30 mn à trouver le sommeil !

B- quand on se réveille au moins deux fois par nuit, avec des difficultés pour se rendormir.

C-lorsque l’on se réveille aussi fatigué(e) que la veille.

Réponses :A, B et C ! en effet ces trois symptômes sont regroupés sous le vocable insomnie ! « On peut y ajouter aussi le réveil trop précoce avant l’heure choisie, sans possibilité de revenir au sommeil », explique Xavier Drouot, chef de clinique au centre de sommeil de l’hôpital Henri Mondor à Créteil.

2) Quels sont les effets de l’insomnie sur la santé ?

A- l’insomnie provoque le cancer

B-l’insomnie n’a aucun effet sur la santé

C-l’insomnie retentit sur la mémoire et sur l’humeur

Réponse C : « Si l’insomnie ne donne pas le cancer, elle perturbe la mémoire et provoque des comporteents inadaptés: baisse de vigilence, stress, irritabilité…. A long terme, les privations de sommeil pourraient favoriser l’obésité, le diabète et l’hypertension artérielle en perturbant les régulations métaboliques de l’organisme » previent Xavier Drouot.

3) Quand doit-on consulter un généraliste pour des troubles du sommeil ?

A- dès la première nuit ratée

B- après un an d’insomnie

C- après quelques semaines….

Réponse C: « Inutile de s’inquiéter dès l apremière nuit. Perturbée! En effet, après une journée stressante ou à la veille d’un examen, le sommeil est naturellement plus difficile. En revanche, si l’insomnie dure plus de 3 ou 4 semaines et entraîne une somnolence, une baisse des performances durant la journée, des troubles de la concentration ou de la nervosité, une consultation chez un généraliste s’impose « . précise Xavier drouot.

4) Quelles sont les principales causes d’insomnie ?

A- les films d’horreur le soir tard !

B- les traumatismes psychiques..

C- les examens scolaires !

Réponse B et C : « L’insomnie peut faire suite à un traumatisme psychique dû à un deuil, un divorce, un licenciement….Mais, des périodes de stress comme les examens perturbent aussi le sommeil. De nombreuses autres causes d’insomnies existent: une mauvaise hygiène de vie, l’abus de café, certains médicaments (corticoïdes, béta-bloquants….), une maladie neurologique, respiratoire ou cardiaque, le syndrome des jambes sans repos, les apnées du sommeil… » énonce Xavier Drouot.

5) Quels sont les traitements médicamenteux de l’insomnie ?

A- les hypnotiques et les psychotropes

B- l’aspirine

C- les tisanes à la passiflore

Réponses A et C : « les hypnotiques sont indiqués pour ceux dont l’insominie est liée  à une période de stress. Quant aux psychotropes, ils sont efficaces lorsque le trouble du sommeil fait suite à l’anxiété ou à la dépression nerveuse. De même, certaines plantes, comme la valériane ou la passiflore agissent positivement sur le sommeil, en tisanes ou en comprimés », explique Damien Léger, directeur du centre de l’Hôtel-Dieu à Paris.

6) Quels sont les traitements non médicamenteux ?

A- un coup de masse sur la tête !

B- les techniques de relaxation

C-compter les moutons…

Réponse B bien sûr: « La relaxation repose sur des exercices de respiration, de détente progressive de tous les muscles et de visualisation positive. Bien pratiquées, ces techniques valent bien des somnifères ! L’acupuncture semble aussi efficace. Enfin, l’exposition matinale à une lumière de haute densité (1 000 à 1 500 lux) est aussi très utile pour les insomniaques dont l’horloge biologique est décalée ou pour ceux qui travaillent de nuit », précise Damien Léger.

7) Quelle activité physique permet de mieux dormir ?

A-un sport intense pratiqué en soirée

B-un sport modéré en fin d’après-midi

C-le sport, ça énerve, mieux vaut l’oublier !

Réponse B : » Une activité physique modérée et régulière pratiquée en fin d’après-midi facile le sommeil. Outre la pratique d’un sport, il peut s’agir simplement d’une demi-heure de marche soutenue, une balade en vélo ou du jardinage. Evitez par contre les entraînements intensifs en soirée, qui retarderont l’endormissement », commente Xavier Drouot.

8) Quel type de dîner favorise le sommeil ?

A-une choucroute suivie d’un bon cassoulet

B-un plat de pâtes

C-une grande portion de viande

Plutôt la réponse B: « les protéines augmentent la température corporelle. Elles ont ainsi un effet stimulant. Mieux vaut donc éviter de consommer un gros steak le soir. A l’inverse, les glucides (féculents et sucres) sont préférables au dîner, car ils mènent à un assoupissement rapide. Attention, les dîners ne doivent pas être trop lourds ni trop arrosés. En effet, l’alcool perturbe le sommeil. Enfin, idéalement, le repas doit se terminer deux à trois heures avant le coucher », conseille Damien Léger.

9) Dans quel environnement s’endormir ?

A- une chambre fraîche

B-une chambre bien chauffée

C-avec la télévision allumée

Répose A: « La chambre doit être plutôt fraîche pour faciliter la venue du sommeil. Le lit est avant tout un lieu de repos. Il convient de limiter son usage au sommeil et donc d’éviter la télévision ou de lire. Côté literie, si vous dormez à deux, mieux vaut utiliser deux matelas indépendant. En effet, un dormeur change 40 fois de positions par nuit, de quoi réveiller l’autre et perturber son sommeil », suggère Damien Léger.

10) La sieste en journée est-elle conseillée ?

A- oui, mais seulement 20 minutes

B-non, elle empiète sur le sommeil nocturne

C- oui, mais pas plus de deux heures.

Réponse A: « La sieste, souvent après le déjeuner, permet de rattraper les déficits de sommeil. Mais, elle ne doit pas excéder 20 minutes. En effet, une trop longue sieste décale l’heure de survenue du sommeil le soir. C’est gênant le lendemain matin, quand l’heure du réveil ne peut être décalée d’autant…. », précise Damien Léger.

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 2 Commentaires »

BONNE SOIREE CHERS LECTEURS

Posté par eurekasophie le 24 février 2009

deco32.gifpapillon3.gifpapillon81.gif 

 

 

trsbeaudimanche61.gifdeco32.gif

 

Bonne soirée à vous, je ne vous souhaite que du bonheur

Sophie

Publié dans MES IMAGES | 4 Commentaires »

MAL DE DOS….

Posté par eurekasophie le 24 février 2009

Mal de dos

Les nouveaux traitements efficaces

Mal de dos, mal de siècle……..

La phrase sonne bien aux oreilles et aux esprits car les lombalgies, sciatiques, lumbagos, hernies discales et autres tassements invertébraux font effectivement souffrir des millions de personnes en France.

Ces douleurs peuvent céder ou s’atténuer grâce aux traitements médicaux, voire à la chirurgie dans un nombre très précis de cas, mais il peut être intéressant de porter un autre regard sur cette affection aux multiples visages.

Car le mal de dos n’est pas qu’un problème purement mécanique, il est lié à l’équilibre nerveux et psychique.

Gestion du stress, psychothérapie, énergétique chinoise, ostéopathie, symbolique ou encore certaines méthodes douces travaillant sur la posture et le maintien, offrent en effet de vrais résultats.

Dans ce dossier, je fais le tour de toutes les solutions conventionnelles et alternatives pour en finir avec la douleur et l’inconfort. Avec les conseils des meilleurs spécialistes.

maigne.jpg Jean-Yves Maigne

« Savoir distinguer un trouble neurologique d’un réel problème vertébral »

JEAN-YVES MAIGNE

Jean-Yves Maigne qui dirige le service de Médecine Physiquede l’Hôtel-Dieu de Paris.
Il organise et anime pour la 16ème année consécutive les Actualités Médicales du Rachis, qui font le point sur les nouveautés concernant la recherche, le diagnostic et la thérapeutique médicale en pathologie vertébrale. Sa « Rencontre » vous éclairera sur bien des problèmes que vous pose le « mal de dos ».
http://www.decitre.fr/livres/Soulager-le-mal-de-dos.aspx/9782225857805

maldedos.bmp

Comment définir le mal de dos ?

Le mal de dos est un terme qui englobe un très large éventail de problèmes et de douleurs. On peut l’envisager sous deux grandes formes: lésions des disques intervertébraux, hernie discale, sciatique, cruralgie, problèmes de vertèbres, déformations du dos comme la scoliose….. Ce type de troubles produit généralement des douleurs liées à certaines situations ou positions particulières, plutôt localisées et non permanentes. Pour faire face, on utilise comme outil les médicaments, les techniques manuelles de rééducation, voire la chirurgie. De l’autre côté, on trouve les problèmes liés à un dysfonctionnement du système nerveux.

Commencons par une petite vue, un petit schema de notre colonne vertebrale :Schema colonne vertebrale et vertebres

 

Le système nerveux pourrait donc aussi en être la cause ?

C’est une approche qui émerge depuis dix ans, car l’expérience a montré que le système nerveux peut avoir gardé en mémoire le souvenir d’une douleur antérieur et la refabriquer, sans qu’il y ait de cause mécanique à la base. Le cerveau continue à recevoir des messages de douleur, même si la cause physiologique a disparu. La souffrance provoquée par ce type de prolèmes peut se caractériser par un endolorissement, une douleur permanente diffuse, non localisée, ces troubles n’étant pas liés aux positions du corps.

Comment apaiser ce type de souffrance ?

Le traitement des douleurs liées à un mauvais fonctionnement du système nerveux est complexe et nécessite une approche multifactorielle. Il peut passer par la rééducation, des exercices musculaires répétés mais aussi par la gestion du stress ou un travail psychologique à l’aide d’une thérapie cognito-comportementale permettant de mieux gérer la douleur. Car un emploi peu satisfaisant, des carences affectives, un mal-être général peuvent provoquer un mal de dos. Bien évidemment, pour conclure à un trouble lié à un mauvais fonctionnement du système nerveux, il est nécessaire de vérifier auparavent l’absence de réel problème vertébral.

Vers quel thérapeute s’orienter ?

Idéalement, toute douleur du dos devrait être contrôlée par un rhumatologue ou un médecin généraliste de façon à faire un bilan de dépistage et ne pas passer à côté d’un problème particulier. Si la douleur est récente et peu violente ou qu’elle est connue, on peut se tourner directement (en passant par son généraliste) vers les praticiens en techniques manuelles, tels les kinésithérapeutes, les chiropracteurs, les ostéopathes. En revanche, si elle s’installe ou qu’elle est très intense, il faut impérativement consulter son médecin traitant ou un spécialiste en rhumatologie.

Quelles sont les pistes d’avenir ?

Nous recherchons à mieux cibler les traitements ( chirurgie, manipulations, infiltrations…) , c’est-à-dire à mieux connaître l’impact des fifférentes techniques, protocoles et médicaments par rapport à chaque type de problème.

VRAI / FAUX

Le mal de dos peut être héréditaire

Vrai

Il semble que certaines pathologies aient effectivement une composante génétique.

On estime ainsi aujurd’hui que la scoliose relève à 90 % d’une prédisposition de nature héréditaire. L’ostéoporose ou les hernies discales pourraient également avoir un aspect génétique.

Les conseils du Dr Jean-Yves Maigne

  • Soyez confortable dans vos positions, c’est la première règle pour éviter le mal de dos.

  • Evitez les situations assises trop prolongées, levez-vous, faites quelques pas avant de vous rasseoir.

  • Lorsque vous ramassez quelque chose au sol, que vous souleviez une charge, pensez à plier les jambes et gardez le dos droit.

  • Toute activité sportive (exception faite du tennis) peut être bonne pour le dos, même si elle ne muscle pas directement cette partie du corps. Les disciplines de type gymnastique avec étirement et détente sont très intéressantes pour le dos.

  • Côté literie, le matelas doit être adapté au gabarit de chacun: un poids plume devrait choisir un matelas souple et un poids lourd un plus ferme.

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | 11 Commentaires »

BEN OUI, C’EST CARNAVAL …

Posté par eurekasophie le 24 février 2009

venise1.jpg

Origines de Mardi Gras et de Carnaval

Tout au long de l’année, se succèdent des fêtes qui rythment la vie des chrétiens.
La fête de Mardi Gras a tous les ans une date différente, fixée par rapport à la date de Pâques, qui elle même varie en fonction du cycle de la Lune.
Mardi gras et le jour qui précède le Mercredi des Cendres.
Il y a 40 jours de carême, entre le mercredi des cendres et le jour de Pâques.

Carnaval

  Origines du mot :

Dans Carnaval il y a Carne, la chair, la viande. En Italien « carnelevare » signifie « sans viande ».
Avant l’apparition de ce mot, la veille du Carême était appelée « Carême Prenant ».
C’est le dernier jour pour profiter une dernière fois avant Carême et faire bombance, car ensuite, pas d’alimentation carnée ni graisseuse durant 40 jours. On marque le coup par un festin, une fête colorée et bruyante.

La fête de Carnaval se déroule à différentes dates selon l’endroit du globe et revêt des rituels différents !

Carnaval, fête non reconnue par l’Eglise connaît des dates variables de début mais une date de fin fixe qui correspond à la tombée de la nuit de mardi gras.

Il faut savoir que sous l’empire Romain, il existait déjà une grande fête de Carnaval nommée  » les Saturnales  » à une toute autre période de l’année.

Cette période de fête populaire se déroulait entre le 17 et le 25 décembre.

Le peuple marquait par des réjouissances le solstice d’hiver. Ces fêtes avaient pour but de redonner courage et espoir au peuple
effrayé par les sols gelés, l’absence de vie et l’obscurité.

On offrait des cadeaux : des porte-bonheur, du miel, des gâteaux, de l’or étaient des cadeaux courants.
On décoraient les maisons avec du lierre, des branches de houx et de gui et tout travail, à part celui de la cuisinière et du banquier, était interdit.

Les symboles de Carnaval :
 

  • Le déguisement
  • La musique, orchestre ou fanfare
  • La parade qui consiste en un défilé des personnes déguisées accompagnées avec de la musique.
  • Les chars en général fleuris et très fantasques.
     
     venise3.jpgvenise5.jpg
      
     
    Carnaval laisse une grande place à l’imagination de chacun.
  •  

    Lors de ces fêtes de Carnaval on retrouve toujours le principe d’inversion au travers des costumes et des jeux (maître/esclave, homme/femme), on se déguise, on fait ripailles, on offre des cadeaux, chants et danses sont de la fête.
    Par opposition au Carême, le Carnaval est une période d’excès joyeux, de gras contre maigre. Dans tous les carnavals, les gens dansent, mangent et se déguisent, les règles et interdits habituels sont suspendus.
    Chars géants, parades, bals masqués, confettis et serpentins, fanfares, c’est la période des excès démonstratifs !
    Chaque pays à sa propre interprétation des réjouissances avec toujours un même objectif : faire la fête !
    Parmi les plus connus de nos jours, on peut citer les carnavals de Rio de Janeiro, Venise, Nouvelle-Orléans, Nice, également ceux du nord de la France comme Dunkerque, moins connu mais tout aussi festif, le carnaval de Québec. La plupart des carnavals ont des thèmes très variés, comme les géants, à Dunkerque dans le Nord de la France.
    A Rio de Janeiro, on envahit les rues en dansant des samba endiablées, habillé de paillettes et de plumes, pendant des jours et des nuits.

    La période du Carnaval
    change le monde.
    Celui qui va bien, celui qui va mal,
    le Carnaval nous fait tous nous réjouir.
    Celui qui a de l’argent,
    doit le dépenser,
    Celui qui n’en a pas,
    espère en trouver;

    il fait le marchand pour aller s’amuser.

    Ici la femme et là-bas le mari,
    chacun, a son goût,
    va où il est invité,
    à jouer et à danser.
    Carlo Goldoni

    carnaval4.gifMon carnaval à  moi   carnaval20.gif

    carnaval6.jpgcarnaval371.jpgcarnaval361.jpg

     

    carnaval21.gif

     

    Et  pour vous ?

    Publié dans FETES ET TRADITIONS | 8 Commentaires »

    LUNDI SOIR

    Posté par eurekasophie le 23 février 2009

     

    Bonne soirée à vous … 

     

    belleimageanimal.jpgtrsbeaudimanche.jpgbelleimageanimal3.jpg

     

    Que cette nuit vous soit douce .

    Je vous laisse en agréable compagnie ….

    Publié dans MES IMAGES | 4 Commentaires »

    12345...20
     

    Quantum SCIO |
    Le Mangoustan |
    actumed |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
    | Psychothérapeute PAU
    | Soleil levant