• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 18 février 2009

BON MERCREDI SOIR A MES AMI(E)S DU NET

Posté par eurekasophie le 18 février 2009

vendredi018.jpgpeterpan.gifdimanche26.jpg

 

 

Mercredi , jour des enfants

Une Pensée toute particulière

pour mon fils chéri …

img1130.jpgzoyaenpeinture2.jpgimg1127.jpg

Ma pépette à moi, en peinture et en photo, n’est-ce-pas qu’elle est belle !

Publié dans MES IMAGES | 4 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LES PLANTES SUSPENDUES

Posté par eurekasophie le 18 février 2009

plantesuspendue2.jpg 

 

 

plantesuspendues.jpglierre.jpg

 

Les plantes suspendues sont d’un très bel effet. Cependant, l’amateur n’est pas toujours conscient des problèmes que la suspension pose aux plantes.

Suspendues, elles sont à la merci de bien des agressions: la chaleur qui monte, les courants d’air et la paresse du jardinier, contraint de monter sur un escabeau pour effectuer l’arrosage et les soins.

Autre problème, l’écoulement de l’eau excédentaire, qui ne peut se faire sur les parquets ou les tapis.

Le matériel:

Pour la plantation

Pot à fond arrondi avec trou de drainage;

Diamètre de la motte +4cm

Hauteur de la motte +4 cm

Compost standard

Quelques morceaux de pot cassé

Cuillère à soupe, arrosoir seau ou saladier, vieux journaux

Pour la suspension

Récipient imperméable à fond arrondi;

diamètre du pot + 6 cm environ, hauteur du pot + 2 cm

sac de tourbe (1 kg)

Suspension en macramé : 6 crochets en S;

Longueur de chaîne= la hauteur du plafond divisé par 2 ou par 3

Perceuse, crochet de fixation, escabeau.

Le choix du récipient

On peut procéder de 2 manières différentes: soit acheter la suspension munie de son récipient, soit acheter un récipient muni de 3 anses permettant d’y glisser une chaîne ou une corde solide.

Dans les deux cas, avoir avce soi le pot destiné à recevoir la plante, afin de vérifier qu’il tient dans le récipient extérieur. Choisir un récipient esthétique mais discret: faïence ou porcelaine blanche, poterie en terre cuite vernie; les marmites en cuivre sont également d’un bel effet, mais lourdes. Eviter les récipients décorés de motifs colorés qui détourneraient l’attention de la plante elle-même.

Le choix de l’emplacement

Ce qu’il faut faire:

  • Placer la plante dans un endroit bien éclairé et où elle sera mise en valeur, l’angle nu d’une pièce par exemple;

  • Situer la suspension à hauteur des yeux, cela évite de recourir à un escabeau pour l’arrosage, et permet de surveiller le bon état de la plante;

  • Préférer un endroit où le papier peint est uni, de manière à mettre le feuillage en valeur.

Ce qu’il faut éviter:

  • Suspendre une plante au-dessus de fauteuils ou divans susceptibles d’accueillir des fumeurs;
  • Choisir un emplacement livré aux courants d’air, entre porte et fenêtre, par exemple.

Le choix des plantes

Chlorophytum, les lierres, les Tradescantia, les Asparagus, Hoya carnosa, les Begonia masoniana ou semperflorens..

Les Ficus radians ou repens, Philodendron scvandens, Platycerium, les fougères.

Ces plantes peuvent être isolées ou groupées; dans ce dernier cas, associer une plante rampante et une plante en bouquet (exemple: lierre + chlorophytum).

Asparagus est plutôt une plante d’accompagnement. Pour les plantes à fleurs ( Begonia), il est préférable de grouper plusieurs sujets de la même espèce.

Commencer par étaler de vieux journaux sur la surface de travail; réunir tout le matériel nécessaire. Faire tremper le pot, destiné à recevoir la plante, 2 bonnes heures puis égoutter 15 mn . Dépoter la ou les plantes juste avant de préparer le pot.

Il est possible de procéder en 2 temps: effectuer la plantation soit avec une plante récemment acquise, soit avec une plante ancienne, puis réaliser la suspension.

Placer le pot sur le seau ou le saladier pour en stabiliser le fond. Mettre au fond quelques morceaux de pot cassé, face convexe au-dessus, puis avec la cuillère, versez 1/3 du compost.

Poser la plante au centre du pot. S’il s’agit de 2 plantes, mettre les mottes à 2-3 cm de distance. Combler l’espace vide du compost, tasser la surface avec les doigts.

Prendre le récipient extérieur et y mettre 2 cm de tourbe. Mettre le pot dans le récipient et combler l’espace laissé libre entre eux par de la tourbe, jusqu’à mi-hauteur du pot. Bien arroser le compost: l’excédent d’eau imbibera la tourbe.

Brancher la perceuse munie de la mèche correspondant au diamètre du crochet. Monter sur un escabeau et percer le plafond du trou destiné à recevoir le crochet. Prendre le crochet, monter sur l’escabeau et faire entrer le crochet dans le trou. Visser à fond

Prendre la suspension en macramé, fixer l’anneau de suspension au cochet .

Rassembler le feuillage sur la surface du pot pour qu’il ne soit pas abîmé pendant l’installation. Si le feuillage retombe, l’entourer en hauteur avec une ficelle ou un cordonnet en coton, sans trop serrer.

Insérer le récipient dans la suspension , en veillant à ne pas meurtrir le feuillage: tenir la suspênsion d’une main, et glisser de l’autre le récipient dans les mailles prévues à cet effet.

Arroser normalement, sur le compost du pot. Tous les deux jours , vérifier , avec le doigt, l’humidité de la tourbe. Rectifier si nécessaire en mouillant légèrement la tourbe entre le pot et le récipient.

Publié dans TOUT EN VERT ...... | 4 Commentaires »

EXAMENS……………………….

Posté par eurekasophie le 18 février 2009

silhouette.jpg 

 

CALCULEZ VOTRE IMC, OU

« INDICE DE MASSE CORPORELLE »

Un baromètre du surpoids

Les formules plus ou moins complexes destinées à évaluer la composition corporelle sont légion . Mais c’est l’une des plus simples, l’indice de masse corporelle (IMC), ou BMI pour les anglo-saxons (Body Mass Index), qui est devenu l’indice de référence dans le monde entier, car facile à pratiquer soi-même: il suffit de connaître seulement son poids et sa taille. Pour autant, on ne doit pas le considérer que comme un indice de  » débrouillage » ou de suivi d’un régime. Car apprécier la surcharge pondérale d’un individu d’un simple coup d’oeil n’est pas toujours facile lorsque l’excès de poids ne dépasse pas quelques kilos. Rappelons que selon l’âge, le sexe et la taille, un individu de corpulence normale dispose en moyenne de 6 à 13 kg de graisse. En d’autres termes, le diagnostic de maigreur, de surcharge pondérale ou d’obésité nécessite une quantification plus affinée que la simple pesée ne permet toujours pas.

Le calcul

L’IMC correspond au poids exprimé en kg divisév par le carré de la taille exprimée en mètre ( P/T 2). A titre d’exemple, un homme ou une femme de 70 kg mesurant 1,74 m dispose d’un IMC de 23 (70/1,74X1,74). Le poids doit être mesuré à jeun, le matin, après avoir vidé sa vessie et être passé à la selle. La balance doit être bien tarée. La taille doit être mesurée si elle ne l’a pas été fait récemment (personnes âgées et adolescents notamment).

Fourchette normale

En France, on considère que l’IMC chez un adulte est normal lorsqu’il se situe entre 20 et 24,9 chez l’homme et 19 à 24 chez la femme. Selon les cas, on parle alors de minceur (qu’on doit différencier de la maigreur) ou de corpulence normale. L’IMC idéal est fixé à 22. Rappelons que la notion de « poids idéal » ne repose que sur des statistiques. Ce sont les compagnies d’assurance américaines qui lancèrent le concept de poids idéal dans les années 50, un poids sensé éviter l’apparition des problèmes de santé. En pratique, l’IMC idéal correspond plutôt au poids pour lequel on se sent bien, dans la fourchette de normalité des 19-24 (F) ou des 20-24,9 (H).

IMC trop bas…

Un IMC inférieur à 18,5 témoigne d’un poids insuffisant–ou maigreur–et bien souvent d’une dénutrition. En dehors d’une maigreur constitutionnelle, c’est-à-dire « physiologique » , plusieurs autres origines sont possibles:

  • dénutrition par manque d’apport alimentaire

  • anorexie ( l’IMC peut passer sous la barre des 13 !)

  • maladie grave (cancer, infection…).        

 …Ou trop haut

Un IMC compris entre 25 et 29,9 définit l’existence d’un surpoids. Rappelons que la prédominance du surpoids au niveau abdominal constitue un danger supplémentaire. L’augmentation du périmètre ombilical représente d’ailleurs l’un des paramètres du syndrome métabolique. Entre 30 et 34,9 , on parle d’obésité de grade 1, entre 35 et 39,9, d’obésité de grade 2. Au-delà de 40, il s’agit d’une obésité massive et sévère ( grade 3). D’une façon générale, plus l’IMC augmente et plus les problèmes de santé vont apparaître (problèmes cardio-vasculaires, cancers, risques articulaires…), sans parler bien entendu de la mortalité plus élevée.

Un indice limité toutefois

L’IMC n’est pas la panacée en matière d’appréciation de la corpulence, normale ou non, d’un individu. Du fait de sa grande simplicité qui ne tient pas compte de la morphologie de l’individu et encore moins des spécificités, l’IMC ne peut s’appliquer à tous. Vous l’aurez sûrement compris, tout ce qui va agir sur votre tailleou sur le poids, autrement que l’excès de graisse, va faire varier d’autant l’IMC. Ainsi, la musculature importante d’un sportif ou du bodybuildeur (à volume égal, le muscle est plus lourd que la graisse), un squelette lourd, la présence d’oedèmes dans les jambes ou d’une ascite ( oedème abdominal), la grossesse, l’allaitement ou l’hyperhydratation cellulaire vont interférer sur le poids. De la même façon, un tassement vertébral d’origine ostéoporotique ou traumatique peut diminuer la taille et faire varier l’indice. Enfin, l’interprétation de l’IMC dépend de l’âge de l’individu. Un âge qui n’apparaît pas dans le calcul. Car avoir un IMC trop élevé à partir de 70 ans n’a pas le même impact en matière d’espérance de vie qu’un surpoids qui apparaît à l’adolescence.

L’impédancemétrie

Cet examen permet de connaître avec précision le pourcentage de graisse que contient l’organisme, et donc, le nombre de kilos en excès. Il s’agit d’un ordinateur, appelé impédancemètre et relié à des électrodes appliquées sur le corps, qui va étudier la résistance qu’oppose le corps au passage d’un courant électrique de très faible intensité (indolore! ). Pour effectuer le calcul de la masse maigre (muscles) mais aussi de la masse grasse, l’impédancemétrie va tenir compte de l’âge, du poids, de la taille et du sexe. A noter qu’il existe dans le commerce des pèse-personnes pourvus d’impédancemètres intégrés dont la fiabilité n’est pas toujours au rendez-vous.

Et chez la personne alitée ?

Il est possible de se passer de la taille réelle pour calculer l’IMC  chez une personne qui ne peut se tenir debout, grâce à une équation dont il existe une version femme et homme:

  • Femme : taille(cm)=64,19-0,40 X âge (ans)+2,02 X hauteur de la jambe en cm (hauteur prise de la plante du pied jusqu’au-dessus du genou plié à 90°.
  • Homme : taille (cm) = 84,88-0,24 X âge (ans) + 1,83 X hauteur de la jambe en cm.

Publié dans PRENDRE SOIN DE SOI | Pas de Commentaire »

Aïe , Aïe, çA PIQUE !

Posté par eurekasophie le 18 février 2009

Envie obsédante et continuelle d’uriner, même en faible quantité, brûlures mictionnelles, tiraillements dans le ventre,…… voici un panel des symptômes clairement identifiés de la cystite, infection que subira une femme sur deux au cours de sa vie. La fréquence de ces infections urinaires peut varier, d’occasionnelle ou à répétition. Dans tous les cas, il faut agir dès les premiers troubles.

Aïe, Aïe, çA PIQUE !

Mécanisme de l’infection

Une cystite est une inflammation de la vessie, le plus souvent d’origine bactérienne, la principale responsable étant la bactérie intestinale Escherichia Coli. Cette infection est plus fréquente chez la femme. En cause ? L’anatomie de son système urinaire. En effet, le canal d’évacuation de l’urine depuis la vessie jusqu’à l’extérieur de l’organisme, l’urètre, est bien plus court chez la femme. Sa colonisation par les bactéries intestinales est donc facilitée. Il s’agit le plus souvent d’une contamination par les bactéries de son propre corps.

Des gestes simples et préventifs

  • Boire de l’eau en quantité suffisante (1,5 L par jour) pour que les urines soient moins concentrées.

  • Pour les femmes, lors du passage aux toilettes, s’essuyer d’avant en arrière, pour que les bactéries intestinales ne viennent pas dans l’urètre.

  • Il est recommandé également d’uriner après chaque rapport sexuel, favorisant également la remontée des germes dans l’urètre.

  • Uriner toutes les 3 heures

  • Les vêtements larges sont plus adaptés. Les pantalons moulants favorisent la transpiration et donc la macération, et à ce titre, entraînent la multiplication des germes.

  • Les dessous synthétiques favorisant des environnements chauds et humides, il est recommandé de privilégier le coton qui favorise un environnement plus sain.

lacranberryarticle.jpg

La cranberry : remède naturel contre les cystites

Connue depuis des décennies Outre-Atlantique, la Cranberry (parfois appelée canneberge, bien qu’il ne s’agisse pas exactement de la même plante) est une petite baie rouge au jus amer et acidulé à la fois. Les Américaines la consomment comme remède traditionnel contre les infections urinaires sous forme de jus ou de comprimés. Une propriété qui a été reconnue en France par l’Agence de sécurité sanitaire des aliments.

En France, près de deux millions de femmes sont chaque année victimes d’infections urinaires récidivantes. Malgré les douleurs et le handicap qu’elles suscitent, les moyens dont disposent les médecins restent minces. Le traitement de référence repose sur la prise d’antibiotiques, qui diminue le taux de récidive. Cependant, les phénomènes de résistance des bactéries aux antibiotiques sont de plus en plus fréquent et la prise en charge peut alors relever du casse-tête. Aux Etats-Unis, le jus de fruits de cranberry (Vaccinium macrocarpon) est consommé depuis plusieurs décennies comme remède traditionnel de ces infections urinaires.

CYSTINAT: une solution naturelle et efficace contre les cystites.

cystinat.jpg

http://www.paraprice.fr/minceur-forme-vitalite/menopause-circulation-metabolisme/confort-urinaire/3-chenes-cystinat.html

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 2 Commentaires »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant