L’ALKEKENGE

Posté par eurekasophie le 16 février 2009

alke.jpgalk22.jpg

Fleur de Physalis alkekengi

L’alkékenge est connue également sous les jolies noms poétiques « d’amour en cage », de « coqueret rouge » ou encore de « cerise d’hiver ».

A l’état sauvage, cette plante vivace se rencontre sur les bords des chemins, dans les vignes abandonnées. Mais elle est fréquemment cultivée comme plante ornementale pour ses « lanternes chinoises » : ses fruits vermillon, enfermés dans un calice en forme de lampion pointu à l’aspect de papier, sont particulièrement décoratifs. Les fleurs blanchâtres, solitaires, à cinq pétales soudés en un pentagone parfait, sont moins spectaculaires que les fruits. Elles s’épanouissent de mai à juillet.

Des « perles » comestibles

Cachés dans leur enveloppe, les fruits sont non seulement très décoratifs, mais ils sont aussi comestibles. Cependant, il faut les cueillir mûrs, lorsque que le calice enflé qui les entoure a pris une belle couleur rouge orangé. Avant maturité, ils passent pour être légèrement toxiques. Mais ils sont totalement inoffensifs mûrs ou après cuisson.

Les petites baies luisantes, parfaitement sphériques, ressemblent à des perles. Elles peuvent être mangées crues, mais elles ont parfois un goût amer pas très agréable. Mieux vaut donc les consommer cuites. On peut aussi les faire macérer dans du marc et les déguster comme des cerises à l’eau-de-vie.

Propriétés médicinales

Depuis longtemps, l’alkékenge est reconnue comme une plante médicinale et utilisé contre les calculs rénaux et l’insuffisance diurétique. Ses baies ont des propriétés diurétiques et laxatives. Elles activent la transpiration. Elles sont très riches en vitamine C et en provitamine A.

Elles renferment également des sels minéraux, en particulier du fer et du phosphore.

UTILISATIONS

Culinaire Les baies, à la saveur acidulée, donnent de délicieuses compotes, confitures, gelées et tartes. Elles peuvent aussi servir à préparer des sauces aigres-douces.

Médicinale L’alkékenge est un bon stimulant de l’urine et peut être très efficace en cas de lithiase des reins. Les baies sont utilisés fraîches ou séchées.

Décorative Cueillies en fin de saison, les tiges ornées de leurs lampions, mais dépouillées de leurs feuilles, font de très jolis bouquets secs, seules ou mélangées avec des monnaies-du-pape.

ATTENTION… Avant maturité, les fruits sont légèrement toxiques, du moins à l’état cru, du fait de la présence d’alcaloïdes

 

USAGE INTERNE
Infusion :

-Jeter de 20 à 30 grammes de baies dans 1 litre d’eau bouillante et laisser infuser. Pour lutter contre les inflammations des voies urinaires, les calculs, les engorgements des reins ou du foie, prendre 2 ou 3 tasses d’infusion par jour.
Décoction :
-Faire bouillir de 40 à 50 grammes de baies dans 1 litre d’eau. Filtrer. Sucrer. La décoction d’alkekenge est diurétique et dépurative à la dose de 2 ou 3 tasses par jour, dont une le matin à jeun.
Vin :
-Faire macérer pendant une dizaine de jours de 60 à 70 grammes de baies et de feuilles dans 1 litre de vin blanc. Comme diurétique, boire un verre matin et soir

CULTURE

alkékenge. Physalis alkekengi. Famille des Solanacées.

puce

Type : Vivace.

puce

Hauteur : 60 cm – 1 m.

puce

 Situation : Endroit ensoleillé.  

puce

 Sol : Riche et léger.

puce

 Croissance : Semez sous abri ou multipliez par bouture au printemps. Rempotez et repiquez à l’extérieur une fois les plantes endurcies. Etayez les plantes tombantes l’été. 

puce

 Récolte : Cueillez les fruits bien mûrs. Retirez les calices immangeables.      

puce

Conservation : Les « lanternes » peuvent être séchées pour la décoration.

JAN

FEV

MARS

AVR

MAI

JUIN

JUIL

AOÛT

SEPT

OCT

NOV

DEC

    Semis       Récolte


if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant