• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 16 février 2009

LA BALOTTE

Posté par eurekasophie le 16 février 2009

ballote.jpg

En latin : ballota foetida.

La ballote est une plante adventice pérenne, herbacée dont la tige est anguleuse. Toute la plante est recouverte de poils et imprégnée d’une huile essentielle dont l’odeur n’est pas très agréable. Le fruit de la ballote noire est un tétrakène. Cette plante pousse essentiellement dans les jardins, les décharges et les décombres quand le sol est particulièrement riche en azote. La ballote est utilisée médicalement depuis l’Antiquité pour soigner essentiellement les yeux et les oreilles et le système nerveux central. C’est sa tige (Herba ballotae) qui est récoltée préférentiellement. Elle dégage une odeur puissante, c’est la raison pour laquelle elle doit être stockée en dehors des autres plantes et dans une poche hermétique. La ballote et plus particulièrement la ballote noire contient des huiles essentiels, des acides organiques, de la pectine et des tanins.

Propriétés
Calmante du système nerveux (dépression, anxiété, fatigue nerveuse, migraine, angoisse).
Diaphorétique (facilite la transpiration).

Indications
Névrose
Hypocondrie
Angoisse
Insomnie
Spasmes gastro-intestinaux
Vomissements des nourrissons
Coqueluche
Ménopause
Bourdonnement d’oreille

Toxicité et effets secondaire
Aucun aux doses thérapeutiques.

Commentaires
On prépare l’infusion de ballote à raison d’une cuillère à café par tasse d’eau. Elle est également utilisée en poudre à raison de 2 à 4 g par jour, en plusieurs prises. La ballote est également employée médicalement en application externe pour les douleurs rhumatismales. Enfin, il s’agit d’une très bonne plante mellifère (pour le miel).

Publié dans "B**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 5 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Tous les Amérindiens et les Amérindiennes …..tralala tralala…la !

Posté par eurekasophie le 16 février 2009

paysage1.jpg

 

amrindiens1.jpg

 

 

lignechevaux.giflignechevaux.giflignechevaux.gif

 

amrindiens2.jpgpaysage2.jpg

 

lignefeuillesetglands.giflignefeuillesetglands.giflignefeuillesetglands.gif 

 

paysage8.jpgamrindiens4.jpg

 

lignechevaux.giflignechevaux.giflignechevaux.gif 

amrindiens8.jpgpaysage3.jpg

 

lignefeuillesetglands.giflignefeuillesetglands.giflignefeuillesetglands.gif 

 

paysage7.jpgamrindiens9.jpg

lignechevaux.giflignechevaux.giflignechevaux.gif 

 

amrindiens10.jpgpaysage6.jpg

 

lignefeuillesetglands.giflignefeuillesetglands.giflignefeuillesetglands.gif 

loups5.jpgamrindiens11.jpgloups.jpg

 

 

 

 

Un peu de …et beaucoup de….

Ca fait une soirée pleine de ……..

Publié dans MES IMAGES | 6 Commentaires »

L’ACHE……C’est quoi encore ?

Posté par eurekasophie le 16 février 2009

Comment lire une taxobox Apium graveolens
Céleri
Céleri
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Apiales
Famille Apiaceae
Genre Apium
Nom binominal
Apium graveolens
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Apiales
Famille Apiaceae
Ache des maraisAche des marais

Ache

.

Les aches, ou céleris, forment un genre de plantes herbacées de la famille des Apiacées (ou Ombellifères) d’environ 45 espèces. L’espèce la plus connue est le céleri dont plusieurs variétés sont cultivées comme légumes ou plantes condimentaires.

Nom scientifique : Apium L.

Apium désignait chez les Latins une ombellifère, persil ou ache (Les aches, ou céleris, forment un genre de plantes herbacées de la famille des Apiacées (ou Ombellifères) d’environ 45…) sauvage.

C’est ce genre qui a donné son nom à la famille des Apiacées.

Caractéristiques générales

Plantes herbacées bisannuelles, à petites fleurs blanchâtres groupées en ombelles.

Distribution

Les espèces de ce genre sont originaires des régions tempérées de l’ancien monde : Europe (L’Europe est considérée comme un continent ou une partie de l’Eurasie (péninsule occidentale), voire de…), Afrique du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), Asie occidentale. L’ache se plait dans les sols salés, en bord de mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.), de la Corse à la Norvège.

Principales espèces

  • Apium graveolens L., le céleri odorant
  • Apium laciniatum (DC.) Urb.
  • Apium nodiflorum (L.) Lag. – voir Helosciadium nodiflorum W.D.J.Koch (Ache nodiflore)
  • Apium panul (DC.) Reiche
  • Apium prostratum Labill.
  • Apium repens (Jacq.) Lag.
  • Apium inundatum(L.) Rchb.f. voir Helosciadium inundatum (L.) ex W.D.J.Koch Ache inondée (L’ache idondée ou cèleri inondé est une plante vivace aquatique de la famille des Apiaceae.)

Utilisation

  • légume : céleri-branche, céleri-rave
  • Plante condimentaire : céleri
  • En décoration architecturale du Moyen Age, la feuille (La feuille est l’organe spécialisé dans la photosynthèse chez les végétaux supérieurs (spermaphytes, ptéridophytes et…) d’Ache a été souvent reproduite lors de la période ogivale ainsi que dans l’art du blason.

Histoire

Les Grecs en couronnaient les vainqueurs des jeux Isthmiquès : les vertes tiges de l’ache couronnent le front de ce vainqueur heureux (Pindare).

Symbolisme

Elle symbolise une jeunesse triomphante et joyeuse. Si elle jouait un rôle important dans les cérémonies funèbres, c’était pour indiquer l’état d’éternelle jeunesse, auquel le défunt venait d’accéder.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LE CELERI…..S’écrit Céleri ou Cèleri

Posté par eurekasophie le 16 février 2009

cleri.bmp

Plante médicinale reconnue par les Anciens pour ses vertus diurétiques et son action stimulante sur le système nerveux, le céleri-rave ne fut considéré comme plante potagère qu’à la Renaissance.
Au Moyen Age, l’ache des marais – ancêtre sauvage du céleri – était l’un des simples (plantes médicinales) les plus employés. Les croyances populaires lui atribuaient mille vertus : elle était sensée prévenir la mélancolie, déterminer le sexe d’un enfant à naître, soigner les maux de dents.
Domestiquée puis améliorée, l’ache des marais donna naissance à trois sous-espèces : le céleri à couper, le celeri-rave et le céleri-branche.
D’abord limité au rôle de condiment, le céleri-rave prit peu à peu place dans notre cuisine en tant que légume à part entière. Mais ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que, perfectionné en Allemagne, il devint un légume courant sur les tables de France.

Noms communs : céleri-branche, céleri à côtes.
Nom scientifique :
Apium graveolens var. dulce.
Famille :
apiacées (synonyme : ombellifères).

POURQUOI METTRE LE CÉLERI AU MENU?
  • À la fois tendre et croquant, il ne se compare à aucun autre légume.
  • Cru ou cuit, il transmet sa saveur et son bouquet à de nombreux plats : soupes, salades, ragoûts et bien plus.
  • Ses feuilles, à la saveur prononcée, ne sont pas à négliger.
  • Ses feuilles et ses graines contiennent des polyacétylènes, des substances potentiellement bénéfiques contre le cancer.
  • Il contribue à l’apport alimentaire en lutéine, un antioxydant.

Quelques mots sur le céleri…
Le céleri fait partie de la famille des apiacées, qui comprend environ 400 genres dont plusieurs ont une importance culinaire – carotte,
persil, aneth, coriandre, carvi, livèche. Le céleri-branche et le céleri-rave appartiennent au même genre et à la même espèce botaniques (Apium graveolens). Ils sont issus de la même plante potagère, l’ache ou le céleri sauvage que, par sélection, on a produit soit pour ses côtes (ou branches), soit pour sa racine. La présente fiche traite plus spécifiquement du céleri-branche.

Très populaire, autant parmi les crudités que dans les plats mijotés, le céleri est aussi bien connu pour sa faible teneur calorique. Son goût frais et sa texture croquante en font un allié incontesté de nos menus. Les graines du céleri sont aussi utilisées comme assaisonnement en cuisine; sa version la plus connue chez nous est le « sel de céleri », un mélange de sel et de graines de céleri moulues.

Principes actifs et propriétés

Utilisons aussi les feuilles!
De nombreuses personnes ont le réflexe de jeter les feuilles situées au sommet du céleri. Pourtant, ces feuilles sont comestibles et ont une saveur agréable qui peut parfumer les soupes et les mets en casserole.

Plusieurs études prospectives et épidémiologiques ont observé qu’une consommation élevée de légumes et de fruits diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques1,2.

Cancer. Le céleri, autant les feuilles que les graines, contient certains types de polyacétylènes. Tandis qu’on croyait auparavant que les polyacétylènes n’incluaient que des molécules nocives, des études ont démontré que certains de ces composés avaient des effets potentiellement bénéfiques. Ces polyacétylènes ont notamment la capacité d’empêcher in vitro la prolifération de plusieurs types de cellules cancéreuses humaines3. Les graines de céleri ont aussi démontré un effet protecteur contre la formation de cellules cancéreuses au foie chez l’animal4, effet qui pourrait être attribué à l’apigénine, un antioxydant. Puisque ces études ont utilisé des extraits concentrés, il reste à savoir si la consommation chez l’humain de céleri ou des graines à l’état naturel peut apporter le même effet. Par ailleurs, une étude américaine classait le céleri parmi les aliments contribuant de façon importante à l’apport alimentaire en lutéine, un antioxydant de la famille des caroténoïdes. Dans cette étude effectuée chez près de 2 000 personnes atteintes du cancer du côlon, une association inverse a été observée entre l’apport en lutéine et l’apparition du cancer : plus grand était l’apport en lutéine, plus faible était la probabilité d’un cancer du côlon diagnostiqué avant l’âge 67 ans5.

Nutriments les plus importants

 Vitamine K. Le céleri bouilli et égoutté est une excellente source de vitamine K. Le céleri cru en est une source pour la femme, les besoins de l’homme et de la femme étant différents. La vitamine K est nécessaire pour la synthèse (fabrication) de protéines qui participent à la coagulation du sang (autant à la stimulation qu’à l’inhibition de la coagulation sanguine). Elle joue aussi un rôle dans la formation des os. En plus de se trouver dans l’alimentation, la vitamine K est fabriquée par les bactéries présentes dans l’intestin, d’où la rareté des carences en cette vitamine.

 Vitamine B6. Le céleri bouilli et égoutté est une source de vitamine B6. La vitamine B6, aussi appelée pyridoxine, fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse des neurotransmetteurs (messagers de l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

 Vitamine C. Le céleri bouilli et égoutté est une source de vitamine C. Le rôle que joue cette vitamine dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes; elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.

cleri.bmp

Apprêts culinaires

Courir du Mardi Gras
Avec les fruits de mer, la saucisse, le poulet, les oignons, l’ail et le filé, le céleri est un ingrédient essentiel du gombo que les Créoles de la Nouvelle-Orléans préparent à l’occasion du « Courir du Mardi Gras ». Pendant une bonne partie de la journée, les cuisiniers visitent leurs voisins pour se faire donner l’un ou l’autre des ingrédients, ou tout autre aliment qu’ils jugeront bon d’ajouter au plat. Tandis que le gombo, qui sera servi à tout le voisinage, mijote sur le feu, on en profite pour danser, chanter, jouer de la musique et festoyer.
  • Le consommer cru, débité en tronçons, comme collation; le servir avec une trempette en entrée ou comme amuse-gueule; ou farcir les côtes d’une mousse de fruits de mer, une salade de poulet, un pâté végétarien, une sauce guacamole, etc.
  • Dans les salades, notamment la salade de poulet, ou finement émincé dans une salade mixte, avec pois chiches, oignon émincé et olives noires dénoyautées. Garnir de quartiers de tomates et d’oeufs durs ainsi que de filets d’anchois. Arroser d’une vinaigrette.
  • Dans les soupes et les potages. Le faire revenir dans l’huile avec des carottes et des poireaux, ajouter du bouillon de poulet ou de légumes, cuire jusqu’à ce que les légumes soient tendres. Passer au mélangeur et garnir d’aneth frais haché. Servir ce potage chaud ou froid.
  • Braisé : garnir une casserole de rondelles de carotte, disposer dessus des pieds de céleri débarrassés des branches dures et abîmées, et raccourcis à 15 cm, couvrir d’un fond de volaille ou d’un bouillon de légumes, ajouter quelques rondelles de poivron rouge, assaisonner de thym, romarin et ciboulette, saler, poivrer. Amener à ébullition, couvrir et cuire à petit feu jusqu’à ce que les légumes soient tendres (une heure ou une heure et demie). Déposer dans un plat de service, réduire le bouillon et verser sur les légumes. On peut aussi le braiser avec un peu de jus de citron et des graines de coriandre. Le servir froid, en décorant de feuilles de coriandre hachées.
  • À la sauce aigre-douce : couper les branches de céleri en tronçons de 2 cm. Mettre un fond d’eau dans un poêlon ou une sauteuse. Ajouter le céleri, une cuillerée à soupe de sucre et du sel. Porter à ébullition, cuire quelques minutes jusqu’à évaporation de l’eau. Ajouter trois ou quatre cuillerées à soupe de vinaigre et servir.
  • À la chinoise : sauté, avec des oignons verts, du boeuf finement tranché, du gingembre, de l’ail, le tout assaisonné de sauce soya et de sauce aux huîtres. Épaissir avec un peu de fécule de maïs.
  • Dans les sauces, les ragoûts, le pot-au-feu, les quiches, les plats à base de riz.
  • Dans le court-bouillon servant à la cuisson des mollusques ou du poisson.
  • Dans les jardinières de légumes.
  • À la japonaise : faire sauter à sec des graines de sésame et les broyer grossièrement au couteau. Couper les branches de céleri en tronçons de 5 cm et les faire sauter à haute température dans l’huile. Ajouter un peu de saké (facultatif), du sucre (ou du miel) et de la sauce soya et cuire jusqu’à évaporation du liquide. Servir garni de graines de sésame.
  • Passer des branches à la centrifugeuse avec des carottes et, si désiré, des tomates. Servir ce jus bien frais.
  • Feuilles : les ajouter aux bouillons de viande et de légumes, ou les hacher finement et les ajouter aux salades. Attention : leur saveur est plus prononcée que celle des tiges.
  • Graines : en parfumer les soupes, comme le font les Russes et les Scandinaves. En garnir la surface des pains, à la place des graines de sésame ou de pavot. Les incorporer au garam masala indien. Comme c’est le cas pour les autres épices, elles gagneront en saveur si on les fait sauter quelques minutes à sec avant de les moudre. Elles assaisonnent à merveille les potées de légumes.
  • Sel de céleri : il assaisonnera les oeufs durs, les crudités, les jus de légumes et le fromage blanc.

Publié dans "C**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

L’ALKEKENGE

Posté par eurekasophie le 16 février 2009

alke.jpgalk22.jpg

Fleur de Physalis alkekengi

L’alkékenge est connue également sous les jolies noms poétiques « d’amour en cage », de « coqueret rouge » ou encore de « cerise d’hiver ».

A l’état sauvage, cette plante vivace se rencontre sur les bords des chemins, dans les vignes abandonnées. Mais elle est fréquemment cultivée comme plante ornementale pour ses « lanternes chinoises » : ses fruits vermillon, enfermés dans un calice en forme de lampion pointu à l’aspect de papier, sont particulièrement décoratifs. Les fleurs blanchâtres, solitaires, à cinq pétales soudés en un pentagone parfait, sont moins spectaculaires que les fruits. Elles s’épanouissent de mai à juillet.

Des « perles » comestibles

Cachés dans leur enveloppe, les fruits sont non seulement très décoratifs, mais ils sont aussi comestibles. Cependant, il faut les cueillir mûrs, lorsque que le calice enflé qui les entoure a pris une belle couleur rouge orangé. Avant maturité, ils passent pour être légèrement toxiques. Mais ils sont totalement inoffensifs mûrs ou après cuisson.

Les petites baies luisantes, parfaitement sphériques, ressemblent à des perles. Elles peuvent être mangées crues, mais elles ont parfois un goût amer pas très agréable. Mieux vaut donc les consommer cuites. On peut aussi les faire macérer dans du marc et les déguster comme des cerises à l’eau-de-vie.

Propriétés médicinales

Depuis longtemps, l’alkékenge est reconnue comme une plante médicinale et utilisé contre les calculs rénaux et l’insuffisance diurétique. Ses baies ont des propriétés diurétiques et laxatives. Elles activent la transpiration. Elles sont très riches en vitamine C et en provitamine A.

Elles renferment également des sels minéraux, en particulier du fer et du phosphore.

UTILISATIONS

Culinaire Les baies, à la saveur acidulée, donnent de délicieuses compotes, confitures, gelées et tartes. Elles peuvent aussi servir à préparer des sauces aigres-douces.

Médicinale L’alkékenge est un bon stimulant de l’urine et peut être très efficace en cas de lithiase des reins. Les baies sont utilisés fraîches ou séchées.

Décorative Cueillies en fin de saison, les tiges ornées de leurs lampions, mais dépouillées de leurs feuilles, font de très jolis bouquets secs, seules ou mélangées avec des monnaies-du-pape.

ATTENTION… Avant maturité, les fruits sont légèrement toxiques, du moins à l’état cru, du fait de la présence d’alcaloïdes

 

USAGE INTERNE
Infusion :

-Jeter de 20 à 30 grammes de baies dans 1 litre d’eau bouillante et laisser infuser. Pour lutter contre les inflammations des voies urinaires, les calculs, les engorgements des reins ou du foie, prendre 2 ou 3 tasses d’infusion par jour.
Décoction :
-Faire bouillir de 40 à 50 grammes de baies dans 1 litre d’eau. Filtrer. Sucrer. La décoction d’alkekenge est diurétique et dépurative à la dose de 2 ou 3 tasses par jour, dont une le matin à jeun.
Vin :
-Faire macérer pendant une dizaine de jours de 60 à 70 grammes de baies et de feuilles dans 1 litre de vin blanc. Comme diurétique, boire un verre matin et soir

CULTURE

alkékenge. Physalis alkekengi. Famille des Solanacées.

puce

Type : Vivace.

puce

Hauteur : 60 cm – 1 m.

puce

 Situation : Endroit ensoleillé.  

puce

 Sol : Riche et léger.

puce

 Croissance : Semez sous abri ou multipliez par bouture au printemps. Rempotez et repiquez à l’extérieur une fois les plantes endurcies. Etayez les plantes tombantes l’été. 

puce

 Récolte : Cueillez les fruits bien mûrs. Retirez les calices immangeables.      

puce

Conservation : Les « lanternes » peuvent être séchées pour la décoration.

JAN

FEV

MARS

AVR

MAI

JUIN

JUIL

AOÛT

SEPT

OCT

NOV

DEC

    Semis       Récolte


 dans Mon repertoire des plantes les moins usitees

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

L’ACEROLA

Posté par eurekasophie le 16 février 2009

acerolafruits.jpg

 

Acérola

Plante Médicinale originaire d’Amérique du Sud, très riche en vitamine C, qui exerce un effet préventif et curatif lors de maladies infectieuses. Se présente souvent sous forme de comprimé, comprimé à sucer ou en solution buvable.

NOMS FRANCAIS
Acérola
, cerise des Barbades
INFOS POUR SPECIALISTE

Nom latin Malpigbia punicifolia
Famille Malpighiaceae
Constituants > vitamine C
> vitamine A
> vitamine B6
> magnésium
> fer
> …
Parties utilisées fruit (cerise d’acérola)
Nom allemand Acerola
Nom italien acerola
Nom anglais acerola

EFFETS / INDICATIONS
Effets de l’acérola – Bienfaits de l’acérola
> Anti-oxydant
, stimulant lors de maladies infectieuses, reminéralisant

Indications de l’acérola – Usages de l’acérola :
> En traitement ou prévention lors de maladies infectieuses comme : la grippe (en complément d’autres traitements), les refroidissements, l’angine (en complément d’autres traitements), le rhume, etc.

>
Lors d’asthénie (fatigue).

EFFETS SECONDAIRES / CONTRE-INDICATION / INTERACTIONS
Effets secondaires : aucun connu

Contre-indication : aucune connue

Interaction : aucune connue 

PREPARATIONS – SOUS QUELLE FORME ? (formes galéniques de l’acérola)
> comprimés à sucer d’acérola
> gélule d’acérola
> poudre d’acérola
> solutions buvables à base d’acérola

OÙ ET QUAND POUSSE CETTE PLANTE ?
> Où pousse l’acérola ?

L’acérola pousse principalement en Amérique du Sud, notamment au Brésil.
> Quand pousse l’acérola ?
>
?

AVIS DE CREAPHARMA
/ REMARQUES
> L’acérola est une plante assez connue en Amérique du Sud et en particulier au Brésil. En effet les fruits de l’acérola (cerises d’acérola) sont très riches en vitamine C. On parle d’une concentration 20 à 30 fois (source : wikipédia France) plus importante que dans l’orange !
Les vertus de la
vitamine C sont innombrables et exercent un effet très favorable en prévention et en traitement de nombreuses maladies infectieuses. Une cure à base d’acérola peut donc s’avérer très bénéfique, surtout en hiver si vous attrapez souvent des grippes, refroidissements ou autres toux.

 

GA_googleFillSlot(« Cp-ch_phyto_bas_336x280″);

acerolafruits.jpg


Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LE Maté

Posté par eurekasophie le 16 février 2009

mategrand.jpg

NOMS FRANCAIS
Maté, yerba maté

INFOS POUR SPECIALISTE

Nom latin Ilex paraguariensis St. Hil.
Famille Aquifoliaceae
Constituants > alcaloïdes à base de purines (caféine)
> tanins
Parties utilisées feuilles
Nom allemand Mate
Nom anglais maté, mate, yerba mate

ET QUAND POUSSE CETTE PLANTE ?

matenewune.jpg

> Où pousse le maté ?
Le maté pousse surtout en Amérique du Sud (Uruguay, Brésil, Paraguay, Argentine).

> Quand récolter le maté ?
-

mat3.jpg

AVIS DE CREAPHARMA / REMARQUES


> Cette plante très utilisée en Amérique du Sud, véritable boisson nationale en Argentine, Uruguay, Paraguay et Brésil, n’a de loin pas eu le même succès en Europe ou aux Etats-Unis (pourtant de culture occidentale), ces derniers lui préférant largement le café.

> Pourtant les propriétés sont similiaires et le maté présente des propriétés médicinales très intéressantes et un côté social très important (souvent bu en groupe dans la même callebasse).> Notons toutefois que certains sud-américains auraient un taux de cancer de la gorge supérieur à la moyenne occidentale, car ils boieraient cette préparation trop chaud. Attention donc à ne pas boire un maté trop brûlant !

On peut soit acheter des sachets à base de maté déjà préparé en pharmacie ou acheter au détail des feuilles séchées de maté en pharmacie ou magasin spécialisé et le consommer comme le font les gens en Amérique du Sud avec la calebasse et la cuillère spéciale. Lire ci-dessous.

recette1.gif           SE FAIRE SOI-MEME SON THE A BASE DE MATE, COMME EN AMERIQUE DU SUD ! RECETTE DE GRAND-MERE

recette2.jpg

 

> Utilisez une calebasse spéciale ou un verre avec une cuillère spéciale, déposez le maté jusqu’à la moitié dans le récipient.Ajoutez pendant 10 minutes de l’eau tiède, laissez infuser puis videzl’eau tiède.

Buvez ensuite avec ou sans sucre avec de l’eau chaude à très chaude le maté grâce à la cuillère spéciale (on la trouve en magasin spécialisé ou en Amérique du Sud).

Rajoutez à chaque fois un peu d’eau et complétez, lorsque c’est nécessaire, avec du nouveau maté. Faire tourner la cuillère pour à chaque fois « recharger » en principes actifs le thé.

A boire entre amis !

EFFETS / INDICATIONS
Effets du maté (bienfaits du maté) :
> Stimulant, diurétique,
amaigrissante : glycogénolytique (brûle le sucre) et lipolytique ou lipo-réducteur (brûle les graisses), anti-oxydant, anti-cellulite.

Indications du maté :
>
Fatigue,
excès de poids, complément lors d’un régime, cellulite,°diabète (lire le commentaire ci-dessous).

° Remarque : Selon un Internaute de creapharma.ch, atteint de diabète de type II, le maté, en complément d’un régime adapté et d’une médication, permetterait de stabiliser le taux de glycémie. Ce patient ne semble pas être le seul à ressentir l’effet bénéfique du maté pour ce trouble métabolique (information non confirmée scientifiquement mais qui nous paraît tout à fait plausible).

EFFETS SECONDAIRES / CONTRE-INDICATION / INTERACTIONS
Effets secondaires : excitation, nervosité
Contre-indication : problèmes cardiaques (due à la teneur en caféine)
Interactions : aucun connu, à notre avis

Publié dans "M**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant