L’ORTHOSIPHON

Posté par eurekasophie le 6 février 2009

phytotherapieplantesmedicinales.jpgorthosiphon.jpg phytotherapieplantesmedicinales.jpg

ORTHOSIPHON  

(drainage phase d’attaque )

Histoire de la plante : Orthosiphon stamineux Benth : Originaire de l’Asie du Sud-Est, cette plante est aussi nommée le « thé de java ». L’Orthosiphon appartient à la famille des Labiées comme le thym ou la menthe. La longueur de ses étamines, très saillantes au milieu des fleurs, lui a valu le surnom de « moustaches de chat ». Ses vertus curatives sont connues depuis fort longtemps en Inde et en Indonésie. C’est à la fin du siècle dernier que l’Occident s’intéressa réellement à cette plante médicinale exotique.

Propriétés: L’Ortosiphon, grâce à certains de ses constituants chimiques, est un diurétique énergique, favorisant l’élimination des chlorures, de l’urée et de l’acide urique. C’est aussi un cholagogue, il favorise l’évacuation de la bile. Il est traditionnellement utilisé pour faciliter les fonctions d’élimination de l’organisme et la perte de poids, en complément de mesures diététiques.

PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES ESSENTIELLES —
 
      La feuille d’orthosiphon possède surtout des propriétés :

   diurétique avec une élimination abondante corrélative de chlorures, d’urée et d’acide urique (étudié
      comparativement aux diurétiques de synthèse, l’orthosiphon manifeste une action plus douce et, par là
      même, plus naturelle ;
   • cholérétique (stimulation des cellules hépatiques avec augmentation de la sécrétion biliaire) et
      cholagogue puissant (accélération de l’excrétion biliaire par le foie et accélération de l’évacuation biliaire)
      avec un renforcement de l’activité antitoxique du foie ;
   • hypocholestérolémiante ;
   hypoglycémiante qui peut être utile en appoint dans le traitement du diabète non insulino-dépendant, et
      sa richesse en flavonoïdes lui conférerait également le pouvoir de favoriser la mobilisation des graisses
      hors des cellules graisseuses d’où son intérêt dans le traitement de certaines
surcharges pondérales et de
      la 
cellulite
.  

FORMES D’UTILISATION —

    Les formes habituelles d’administration de l’orthosiphon en phytothérapie contemporaine sont la poudre
   totale sèche (micronisée, et de préférence cryobroyée) en gélules qui représente le totumvégétal de la
   racine dans toute son intégrité et toute son intégralité, et l’extrait sec (souvent sous forme de nébulisat)
   également en gélules.
    Il peut aussi être pris sous forme infusion (faire infuser 10 grammes de feuilles sèches dans un demi-litre
   d’eau bouillante pendant 15 à 20 mn, avant de filtrer et de boire) ; ou, pour plus de facilité, en utilisant
   les sachets-doses prêts à l’emploi de certaines spécialités pharmaceutiques mentionnées ci-après (cette
   préparation sous forme d’infusion qui ne permet pas de quantitifier correctement la dose absorbée est
   aujourd’hui délaissée au profit des formes galéniques parfaitement dosées qui permettent de prescrire
   l’orthosiphon de façon commode et beaucoup plus fiable) ; également sous forme d’extrait fluide ou
   d’extrait
hydro-alcoolique fluide.


 POSOLOGIE MOYENNE —

 Les doses moyennes journalières à prendre pour les différentes formes habituelles d’utilisation sont les
   suivantes :

   Poudre totale sèche micronisée en gélules : 2 à 3 g minimum par jour à prendre avec un grand verre
      d’eau avant le petit déjeuner et avant le repas de midi. 

   • Extrait sec (nébulisat) en gélules : 400 à 600 mg à prendre avec un verre d’eau en deux prises :
      matin et midi avant les repas. 

   • Infusion : Boire un grand bol (250 cc) en milieu de la matinée et un autre dans le milieu de l’après-
      midi en sucrant avec du
miel (bruyère de préférence).

   • Extrait fluide : Prendre 20 à 30 gouttes dans un verre d’eau trois fois par jour : matin, midi et soir
      avant les repas.

   • Extrait hydro-alcoolique fluide (spécialisé sous le nom d’Urosiphon* que l’on trouve en pharmacie) :
      Prendre une ampoule diluée dans un grand verre d’eau, une fois par jour avant l’un des principaux repas
      matin ou midi. 


 La durée du traitement – sous ces formes et à ces doses – est éminemment variable en fonction des 
 troubles à traiter et de leur importance. En règle générale, une cure d’orthosiphon n’est
jamais inférieure
 à 1 mois pour pouvoir en bénéficier pleinement, et doit être
renouvelée ensuite régulièrement une
 fois 
par trimestre pendant quelque temps pour maintenir les résultats obtenus.

   • Préparations magistrales médicales : Suivre strictement les indications mentionnées sur l’ordonnance
      par le médecin traitant.

   • Spécialités pharmaceutiques : Suivre les recommandations d’utilisation du laboratoire quant à la dose, la
      durée du traitement et – pour les enfants - l’âge à partir duquel la spécialité peut être prise.


   Il est également utilisé dans de nombreuses préparations magistrales associant diverses autres plantes
   complémentaires (sous forme d’infusions composées, mais surtout aujourd’hui sous forme de mélanges de
   poudres totales ou d’extraits secs en gélules, ainsi qu’en association sous de nombreuses autres formes
   comme l’extrait fluide) choisies et prescrites en fonction de chaque malade par les médecins
   phytothérapeutes.
   Il existe de nombreuses spécialités pharmaceutiques à base d’orthosiphon (seul ou en association avec 
   d’autres plantes ou produits aux vertus complémentaires:
Actisane minceur* – Affinex minceur* -
  
Amincitex* – Boribel Tisane N°11 Diurétique* – Curepar* – Dellova* – Élusanes Orthosiphon* -
  
Orthosiphon Boiron* – Élusanes Orthosiphon* – Milical infusion* – Orthosiphon Boiron* – Promincil
   (gélules)* – Titrex Orthosiphon* – Urosiphon* -
etc.

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant