• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 6 février 2009

BONNE SOIREE

Posté par eurekasophie le 6 février 2009

fe4.gif

fe4.gif 

 

 

 

 

 

papillon.gifvendredi014.jpgfleurs5.gif

 

Douce soirée à vous …….demain, grâce matinée !

Publié dans MES IMAGES | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

C’EST BEAU NON ?

Posté par eurekasophie le 6 février 2009

 

 

 

dimanche00.jpg

Bon vendredi à tout le monde ….

Publié dans MES IMAGES | 2 Commentaires »

L’ORTHOSIPHON

Posté par eurekasophie le 6 février 2009

phytotherapieplantesmedicinales.jpgorthosiphon.jpg phytotherapieplantesmedicinales.jpg

ORTHOSIPHON  

(drainage phase d’attaque )

Histoire de la plante : Orthosiphon stamineux Benth : Originaire de l’Asie du Sud-Est, cette plante est aussi nommée le « thé de java ». L’Orthosiphon appartient à la famille des Labiées comme le thym ou la menthe. La longueur de ses étamines, très saillantes au milieu des fleurs, lui a valu le surnom de « moustaches de chat ». Ses vertus curatives sont connues depuis fort longtemps en Inde et en Indonésie. C’est à la fin du siècle dernier que l’Occident s’intéressa réellement à cette plante médicinale exotique.

Propriétés: L’Ortosiphon, grâce à certains de ses constituants chimiques, est un diurétique énergique, favorisant l’élimination des chlorures, de l’urée et de l’acide urique. C’est aussi un cholagogue, il favorise l’évacuation de la bile. Il est traditionnellement utilisé pour faciliter les fonctions d’élimination de l’organisme et la perte de poids, en complément de mesures diététiques.

PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES ESSENTIELLES —
 
      La feuille d’orthosiphon possède surtout des propriétés :

   diurétique avec une élimination abondante corrélative de chlorures, d’urée et d’acide urique (étudié
      comparativement aux diurétiques de synthèse, l’orthosiphon manifeste une action plus douce et, par là
      même, plus naturelle ;
   • cholérétique (stimulation des cellules hépatiques avec augmentation de la sécrétion biliaire) et
      cholagogue puissant (accélération de l’excrétion biliaire par le foie et accélération de l’évacuation biliaire)
      avec un renforcement de l’activité antitoxique du foie ;
   • hypocholestérolémiante ;
   hypoglycémiante qui peut être utile en appoint dans le traitement du diabète non insulino-dépendant, et
      sa richesse en flavonoïdes lui conférerait également le pouvoir de favoriser la mobilisation des graisses
      hors des cellules graisseuses d’où son intérêt dans le traitement de certaines
surcharges pondérales et de
      la 
cellulite
.  

FORMES D’UTILISATION —

    Les formes habituelles d’administration de l’orthosiphon en phytothérapie contemporaine sont la poudre
   totale sèche (micronisée, et de préférence cryobroyée) en gélules qui représente le totumvégétal de la
   racine dans toute son intégrité et toute son intégralité, et l’extrait sec (souvent sous forme de nébulisat)
   également en gélules.
    Il peut aussi être pris sous forme infusion (faire infuser 10 grammes de feuilles sèches dans un demi-litre
   d’eau bouillante pendant 15 à 20 mn, avant de filtrer et de boire) ; ou, pour plus de facilité, en utilisant
   les sachets-doses prêts à l’emploi de certaines spécialités pharmaceutiques mentionnées ci-après (cette
   préparation sous forme d’infusion qui ne permet pas de quantitifier correctement la dose absorbée est
   aujourd’hui délaissée au profit des formes galéniques parfaitement dosées qui permettent de prescrire
   l’orthosiphon de façon commode et beaucoup plus fiable) ; également sous forme d’extrait fluide ou
   d’extrait
hydro-alcoolique fluide.


 POSOLOGIE MOYENNE —

 Les doses moyennes journalières à prendre pour les différentes formes habituelles d’utilisation sont les
   suivantes :

   Poudre totale sèche micronisée en gélules : 2 à 3 g minimum par jour à prendre avec un grand verre
      d’eau avant le petit déjeuner et avant le repas de midi. 

   • Extrait sec (nébulisat) en gélules : 400 à 600 mg à prendre avec un verre d’eau en deux prises :
      matin et midi avant les repas. 

   • Infusion : Boire un grand bol (250 cc) en milieu de la matinée et un autre dans le milieu de l’après-
      midi en sucrant avec du
miel (bruyère de préférence).

   • Extrait fluide : Prendre 20 à 30 gouttes dans un verre d’eau trois fois par jour : matin, midi et soir
      avant les repas.

   • Extrait hydro-alcoolique fluide (spécialisé sous le nom d’Urosiphon* que l’on trouve en pharmacie) :
      Prendre une ampoule diluée dans un grand verre d’eau, une fois par jour avant l’un des principaux repas
      matin ou midi. 


 La durée du traitement – sous ces formes et à ces doses – est éminemment variable en fonction des 
 troubles à traiter et de leur importance. En règle générale, une cure d’orthosiphon n’est
jamais inférieure
 à 1 mois pour pouvoir en bénéficier pleinement, et doit être
renouvelée ensuite régulièrement une
 fois 
par trimestre pendant quelque temps pour maintenir les résultats obtenus.

   • Préparations magistrales médicales : Suivre strictement les indications mentionnées sur l’ordonnance
      par le médecin traitant.

   • Spécialités pharmaceutiques : Suivre les recommandations d’utilisation du laboratoire quant à la dose, la
      durée du traitement et – pour les enfants - l’âge à partir duquel la spécialité peut être prise.


   Il est également utilisé dans de nombreuses préparations magistrales associant diverses autres plantes
   complémentaires (sous forme d’infusions composées, mais surtout aujourd’hui sous forme de mélanges de
   poudres totales ou d’extraits secs en gélules, ainsi qu’en association sous de nombreuses autres formes
   comme l’extrait fluide) choisies et prescrites en fonction de chaque malade par les médecins
   phytothérapeutes.
   Il existe de nombreuses spécialités pharmaceutiques à base d’orthosiphon (seul ou en association avec 
   d’autres plantes ou produits aux vertus complémentaires:
Actisane minceur* – Affinex minceur* -
  
Amincitex* – Boribel Tisane N°11 Diurétique* – Curepar* – Dellova* – Élusanes Orthosiphon* -
  
Orthosiphon Boiron* – Élusanes Orthosiphon* – Milical infusion* – Orthosiphon Boiron* – Promincil
   (gélules)* – Titrex Orthosiphon* – Urosiphon* -
etc.

Publié dans "O**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LE MELILOT

Posté par eurekasophie le 6 février 2009

melilot.jpgmlilot2.jpg                  

Herbacée annuelle ou bisanuelle; à tige ramifiée (long. 1 à 3 m); feuilles à trois folioles (12 à 30 mm); inflorescence en grappe semblable à un épi, fleurs très petites (4 à 6 mm) de couleur blanche ou jaune selon l’espèce, qui tendent à se tourner vers le soleil.Pousse dans les lieux ouverts sous forme de grandes haies. Très fréquent le long des autoroutes.

Indigène d’Eurasie, elle s’est répandue en Amérique du Nord à partir de cultures fourragères.L’odeur du mélilot se dégage surtout lorsqu’il sèche. Comme pour la lavande, les anciens en faisaient des sachets pour protéger les vêtements des mites.C’est une plante mellifère et son odeur attire les abeilles et les papillons.

Usage médical:

Le mélilot, et surtout le mélilot blanc, possède des propriétés antispasmodiques, diuritiques, et antiseptiques. Ces propriétés, de même que l’odeur du mélilot, proviennent de la coumarine, une substance qu’on retrouve aussi dans l’aspérule odorante.
On a utilisé le mélilot pour soigner plusieurs formes de tension nerveuse comme les migraines, pour certains troubles de digestion et pour diminuer la douleur des menstruations.

Boire en infusion pour calmer la nervosité et pour dormir. 

Essentiel

Publié dans "M**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

L’ ECHINACEE

Posté par eurekasophie le 6 février 2009

echinac.jpg 

Nom : Echinacée

Nom scientifique : Echinacea purpurea

Résumé : L’Echinacée est l’une des plus importante plante médicinale.
Description : Plante à fleurs pourpres.
Habitat et culture : Originaire d’Amérique du Nord, on la cultive ausi en Europe.

Parties utilisées : Fleur, racine

Constituants : Alcamides, Esters de l’acide caféique, polysaccharides, huile essentielle, échinolone, bétaïne.

Historique : Les Indiens Commanche l’utilisaient contre les maux de dents et gorge alors que les Sioux l’utilisaient contre la rage et les morsures de serpent.

Informations : En raison de sa stimulation des défenses immunitaires de l’organisme, elle est étudiée dans le cadre des recherches sur le VIH et le sida.

Usages : Utilisée en cas d’affections chroniques (suite à une infection virale par exemple), les engelures, les rhumes, la grippe, les affections respiratoires; soulage aussi les angines.

Effets : Stimulant des défenses immunitaires, anti-inflammatoire, antibiotique, désintoxicant, favorise la transpiration, cicatrisant, antiallergénique.

Mises en garde : L’échinacée peut provoquer des nausées à forte dose.

Préparation : Infusion, décoction, teinture, gargarisme à base d’infusion en cas d’angine.

L’usage de plante médicinale n’est recommandée qu’avec avis professionnel et personnalisé

Vous voulez en savoir plus? Procurez vous ce livre : livre24.jpg L’échinacée

BOUTIQUE LIVRES ET MULTIMEDIA        http://astore.amazon.fr/medicherb-21

Publié dans "E**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LE FRAGON OU FAUX HOUX

Posté par eurekasophie le 6 février 2009

Comment lire une taxobox Fragon faux houx
Ruscus aculeatus
Ruscus aculeatus
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Liliopsida
Sous-classe Liliidae
Ordre Liliales
Famille Liliaceae
Genre Ruscus
Nom binominal
Ruscus aculeatus
L., 1753
Classification phylogénétique
Clade Angiospermes
Clade Monocotylédones
Ordre Asparagales
Famille Ruscaceae
cladodes et fruits cladodes et fruits

 DESCRIPTION

Petit arbrisseau de 20 à 50 cm toujours vert.
Tiges vertes, glabres, cylindriques, cannelées, ramifiées, garnies de rameaux élargis en forme de feuilles fermes terminées par une pointe piquante.
Ces organes sont accompagnés en dessous d’une petite feuille caduque et par-dessus d’une fleur reliée par un pédoncule axillaire soudé au rameau jusqu’au tiers de sa longueur.
Le fruit est une baie rouge de la grosseur d’une cerise.
Racine blanchâtre, longue, noueuse, garnie du côté inférieur d’un grand nombre de radicules.
Odeur de térébenthine.

HABITAT

Plante assez commune dans les bois et les haies. Rare dans le nord et l’est, ne dépasse pas 600 m.

– Remarques envoyées par des internautes –
Alexis (flowers-83@neuf.fr) : Chez moi dans la région paca (hyères) on trouve quelque plants dans les « forêts » de chez nous, appellées à tord « faux houx ». A bientôt

MEDECINE
Il a des propriétés apéritives. On l’utilise en décoction, 300g de rhizome coupé en morceaux, bouilli dans 1l d’eau. Passer. Prendre un verre avant chaque repas.
*Fait partie des 5 racines apéritives, et diurétiques. Mélangé à parts égales avec fenouil, ache, asperge, persil, il s’utilise en infusion à raison de 20 g par litre.
Le petit houx est un excellent contracturant des muscles lisses de la vessie. Il tonifie la paroi veineuse.
*En décoction, le fragon est un excellent remède contre les hémorroïdes. Faire bouillir
15 mn 20 à 40 g de racine par litre d’eau.
Toxicité : les baies écarlates sont toxiques.

CULINAIRE

On peut manger ses jeunes pousses en salade, ainsi qu’en omelette à la place des fines herbes.

Publié dans "F**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant