• Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

ET POUR VOUS CE SOIR …..MON CHOUCHOU ….. MY WAY ..

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

Image de prévisualisation YouTube

 

 

And now, the end is near;

And so I face the final curtain…….

Franck Sinatra

Publié dans MES VIDEOS........ | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Ha ! LES BONNES CREPES !!!!

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

gifbonapptit.gif 

QUELQUES RECETTES DE CRÊPES

Pour manger de bonnes crêpes à la chandeleur ou au Mardi Gras

Pâte à crêpes vanillée

crepes1.jpg

Ingrédients :
- 250 grammes de farine
- 1 cuillère à soupe de sucre semoule
- 2 sachets de sucre vanillé
- 1 pincée de sel
- 1/2 litre de lait
- 3 oeufs
- 3 cuillères à soupe d’huile

Mélanger la farine avec le sucre semoule, le sucre vanillé et le sel.
Faire un puits au centre et incorporer 1/4 de litre de lait puis les trois oeufs préalablement battus à la fourchette dans un bol, et l’huile.
Bien mélanger, puis ajouter à nouveau 1/4 de litre de lait. La pâte à crêpe est prête!

La pâte à crêpe « rapide et économique »recettecreperapide2.jpg(pour environ 30 crêpes de 15/20cm de diamètre)
- 4 oeufs
- 1 pincée de sel
- 1 verre (20cl) de farine
- 1 verre d’eau tiède
- 1 verre de farine
- 1 verre d’eau tiède
- Si nécessaire passer la pâte pour enlever les grumeaux (petites boules de farine restées compactes)
- Ajouter 2 à 3 cuillères d’huile (ou de beurre fondu)

Crêpes façon poire belle hélène

Recette de crêpes sucrées pour 6 personnes.

Les ingrédients :Pour la pâte à crêpes :

  • 225 g de farine
  • 5 oeufs
  • 35 cl de lait demi-écrémé
  • 45 g de beurre
  • Sel

Pour la garniture :

  • 3 poires williams
  • 45 g de sucre en poudre
  • 300 g de chocolat fondu
  • 45 g de beurre

La recette :

1. Épluchez les poires williams et coupez-les en fines tranches. Dans une poêle, faites fondre 45 g de beurre et faites-y revenir les poires pendant 2 mn puis saupoudrez-les de sucre en poudre et laissez-les caraméliser pendant 5 mn. Réservez-les dans un endroit chaud.
2. Dans un saladier, versez la farine, ajoutez une pincée de sel et les oeufs entiers. Mélangez à l’aide d’une cuillère en bois jusqu’à ce que le mélange devienne homogène. Incorporez progressivement el lait et les poires puis mélangez à nouveau.

3. Dans une poêle chaude légèrement graissé, versez 60 ml de pâte et formez une crèpe. Faites-la cuire pendant 30 secondes puis étalez retournez-la et laissez-la cuire encore 30 secondes jusqu’à ce qu’elle soit dorée. Placez la crêpe dans un plat couvert et recommencez cette opération avec le reste de la pâte.

4. Versez du chocolat fondu chaud par dessus et servez immediatement.

Crêpes à la ciboulette

Recette de crêpes sucrées pour 14 crêpes.

Les ingrédients :

  • 375 g de farine de sarrasin
  • 150 g de farine de froment
  • 45 cl de lait
  • 3 oeufs frais
  • 150 g de beurre fondu
  • Quelques brins de ciboulette fraîche
  • Sel

La recette :

1. Dans un saladier, versez la farine de sarrasin et de froment puis ajoutez une pincée de sel. Dans un bol, battez les oeufs en omelette puis versez-les sur la farine petit à petit en mélangeant bien. Arrosez progressivement de lait sans cesser de remuer la pâte. Ciselez les brins de ciboulette puis ajoutez-les à la pâte précédente.
2. Dans une poêle chaude légèrement graissé, versez 60 ml de pâte et formez une crèpe. Faites-la cuire pendant 30 secondes puis retournez-la et laissez-la cuire encore 30 secondes jusqu’à ce qu’elle soit dorée. Placez la crêpe dans un plat couvert et recommencez cette opération avec le reste de la pâte.

3. Servez bien chaud dans 6 assiettes individuelles.

 

Et après avoir déguster les bonnes crêpes…..soit

 

personnagesieste.gifhé oui, on fait la sieste ….soit

 

personnages3emeage23.gif on se défoule sur un rythme endiablé comme ces sympathiques personnages !!!!!!!

Publié dans RECETTES SPECIALES | 2 Commentaires »

ATTENTION…..CA VA SAUTER !!!!!

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

Comment faire sauter les crêpes sauterlescrepes.jpg

Le plus rigolo quand on prépare les crêpes, c’est de faire les faire sauter dans la poêle ! Exercice un peu délicat, sauf si on a le bon matériel et les bonnes astuces.

Le bon matériel pour faire des crêpes :

crepiere.jpg        spatule.jpg        rateaucrepes.jpg

La crêpière : c’est une poêle un peu particulière car les bords sont très bas. Elle est au diamètre de la crêpe parfaite et surtout elle est anti-adhésive, ce qui permet à la crêpe de bien glisser, élément essentiel pour la retourner.

La spatule : sorte de grande cuillère en bois, on l’utilise pour décoller les bords de la crêpe avant de la retourner.

Le petit râteau : c’est le matériel du vrai pro de la crêpe ! Il permet de bien répartir la pâte à crêpe sur toute la surface de la poêle.

Les bonnes astuces pour une crêpe parfaite :

Astuce n°1 : des crêpes parfaites, sont des crêpes qui ne collent pas à la cuisson. Pour cela on incorpore une cuillère à soupe de beurre fondu directement dans la pâte.
Astuce n°2 : toujours graisser la poêle avant et après chaque crêpe.
Astuce n°3 : attendre que la poêle soit bien chaude pour y verser la pâte à crêpe.

Saute, saute petite crêpe !

Dès que les bords de la crêpe sont cuits, il faut les décoller à la spatule. Puis agiter la poêle légèrement jusqu’à ce que la crêpe se détache totalement de la poêle.
Prêt pour le salto ? Alors on place la crêpe sur le bord de la poêle, en la laissant dépasser un peu, et hop ! D’un petit coup sec du poignet, la crêpe fait le grand saut ! Mais n’oublie pas de la rattraper et de l’autre côté pour continuer la cuisson ! 

Publié dans "C", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaire »

MAIS DITES-MOI, C’EST BIENTOT LA CHANDELEUR …….

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

chandelle.jpgLa Chandeleur, autrefois « Chandeleuse », se fête le 2 février, soit 40 jours après Noël. Son nom vient du mot « chandelle ». A l’origine, à l’époque des Romains, il s’agissait d’une fête en l’honneur du dieu Pan. Toute la nuit, les croyants parcouraient les rues de Rome en agitant des flambeaux. En 472, le pape Gélase 1er décide de christianiser cette fête qui deviendra la célébration de la présentation de Jésus au temple. On organise alors des processions aux chandelles le jour de la Chandeleur, selon une technique précise. Chaque croyant doit récupérer un cierge à l’église et le ramener chez lui en faisant bien attention à le garder allumé. Un dicton de Franche-Comté dit d’ailleurs :

Celui qui la rapporte chez lui allumée
Pour sûr ne mourra pas dans l’année

Ce cierge béni est censé avoir d’autres pouvoirs. On dit que quelques gouttes de sa cire versée sur des œufs à couver en assurent une bonne éclosion. Et aussi que sa flamme protège de la foudre si on l’allume pendant l’orage.

piecesor.jpgEntre temps, une autre tradition a vu le jour : celle des crêpes. Cette tradition se rapporte à un mythe lointain selon lequel si on ne faisait pas de crêpes le jour de la chandeleur, le blé serait carié pour l’année. On dit d’ailleurs :

Si point ne veut de blé charbonneux
Mange des crêpes à la Chandeleur

D’ailleurs, en faisant les crêpes, il faut respecter une autre coutume, celle de la pièce d’or. En effet, les paysans faisaient sauter la première crêpe avec la main droite tout en tenant une pièce d’or dans la main gauche. Ensuite, la pièce d’or était enroulée dans la crêpe avant d’être portée en procession par toute la famille jusque dans la chambre où on la déposait en haut de l’armoire jusqu’à l’année suivante. On récupérait alors les débris de la crêpe de l’an passé pour donner la pièce d’or au premier pauvre venu.
Si tous ces rites étaient respectés, la famille était assurée d’avoir de l’argent toute l’année.

crepes.jpgCelui qui retourne sa crêpe avec adresse, qui ne la laisse pas tomber à terre
ou qui ne la rattrape pas sous la forme navrante de quelque linge fripé,
celui-là aura du bonheur jusqu’à la Chandeleur prochaine

Aujourd’hui, les processions aux chandelles et autres rites n’existent plus mais on a conservé la tradition des crêpes et les commerçants participent en offrant, dès la fin du mois de janvier, qui un pot de confiture pour l’achat d’une crêpière, qui une crêpière pour l’achat d’un paquet de farine ‘spécial crêpes’.

Enfin, n’oublions pas les croyances liées à la météo. En de nombreux pays, on croit que le jour de la Chandeleur, un ours sort de sa tanière. Si la température est douce et qu’il voit le soleil, il retourne vite reprendre son hibernage, car il sait que le beau temps ne durera pas. Un proverbe dans le Calendrier des bons laboureurs en 1628 disait :

Si fait beau et luit Chandeleur
Six semaines se cache l’ours

Un autre proverbe français dit :

Si le deuxième de février
Le soleil apparaît entier
L’ours étonné de sa lumière
Se va mettre en sa tanière
Et l’homme ménager prend soin
De faire resserrer son foin
Car l’hiver tout ainsi que l’ours
Séjourne encore quarante jours

marmotte.jpgDans d’autres pays c’est la marmotte qui sort. Si elle voit son ombre, cela signifie qu’il y a du soleil, alors elle retourne vite continuer à hiberner car elle sait que l’hiver va encore durer. En effet :

Soleil de la Chandeleur
Annonce hiver et malheur

Mais quoi qu’il arrive : qu’en ce 2 février il fasse beau, froid, pluvieux ou neigeux, n’hésitez surtout pas à confectionner quelques crêpes.
En dépit des proverbes et dictons, vous passerez un agréable moment autant à les faire qu’à les déguster !!

Publié dans FETES ET TRADITIONS | 3 Commentaires »

PROPRIETES DES PLANTES MEDICINALES

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

Tous les végétaux possèdent des propriétés, en plus ou moins grande quantité, scientifiquement appréciées ou non, utiles à l’homme ou à d’autres habitants de la planète. La «mauvaise herbe» n’existe pas, elle n’est mauvaise que pour certains, parfois pour un temps seulement.
Une liste, non exhaustive, de ces propriétés nous permet de prendre en considération les vertus qui, de tout temps, ont été reconnues aux «simples».

ADIPOGÈNE
Qui fait grossir
Ex : Fenugrec

AMER
Qui influence les fonctions gastriques et corrige le manque d’appétit. Utile en général avant les repas.
Ex : Absinthe – Acore – Benoîte – Camomille – Cataire – Centaurée petite – Chardon bénit – Chélidoine – Chicorée – Epine-vinette – Fumeterre – Garance – Gentiane – Germandrée – Hélianthe – Houblon – Houx – Laitue – Lichen – Lilas – Limnanthème – Marrube blanc – Ményanthe – Noyer – Patience – Pervenche – Pissenlit – Saule – Tanaisie – Véronique – Verveine officinale

ANALGESIQUE
Qui calme la douleur.
Ex : Camimille – Chanvre – Colchique – Ellébore – Ficaire – Grande cigüe – Laitue – Menthe – Pavot

ANAPHRODISIAQUE
Substance qui calme les désirs
Ex : Camphre – Grande cigüe – Houblon – Nénuphar – Saule blanc

ANTIASTHMATIQUE
Qui aide à la lutte contre les spasmes bronchiques de l’asthme.
Ex : Aigremoine – Bouillon blanc – Camomille – Coquelicot – Hysope – Lierre terrestre – Marjolaine – Millepertuis – Thym – Tussilage

ANTIDIABETIQUE
Soulage les problêmes glycémiques

Ex : Cresson – Eucalyptus – Galega – Genièvre – Mystille – Oignon – Olivier – Pervenche – Renouée – Sauge

ANTISEPTIQUE
Substance antibiotique, souvent volatile. Exerce une forte action antimicrobienne.
Ex : Ail – Airelle – Eucalyptus – Genièvre – Germandrée – Laurier – Lavande – Marjolaine – Menthe – Pin – Romarin – Salicaire – Santal – Sauge – Serpolet – Tanaisie – Thym

ANTISUDORIFIQUE
Substance qui s’oppose à la transpiration excessive.
Ex : Belladone – Camphre – Jusquiame – Sauge – Stramoine

ANTITUSSIVE
Substance expectorante. Pour calmer la toux.
Ex : Anis vert – Bourrache – Coquelicot – Guimauve – Hysope – Lierre terrestre – Marjolaine – Pâquerette – Violette

APERITIVE
Substance qui aiguise l’appétit et fortifie l’estomac.
Ex : Absinthe – Ache – Angélique – Asperge – Benoîte – Camomille – Carotte – Carvi – Cerfeuil – Chardon bénit – Chardon Marie – Chicorée sauvage – Coriandre – Cresson – Douce amère – Emine vinette – Fenouil – Fenugrec – Fragon – Fumeterre – Gentiane – Germandrée – Houblon – Marrube – Moutarde – Origan – Persil – Pervenche – Pissenlit – Poireau – Rhubarbe – Saponaire – Sauge – Véronique

APHRODISIAQUE
Qui a la réputation d’augmenter l’excitation sexuelle.
Ex : Ail – Berce – Cannelle – Chanvre – Céleri – menthe – Oignon – Romarin – Safran – Sarriette – Vanille

AROMATIQUE
Utilisée pour corriger le goût et l’odeur. En général antiseptique.
Haleine. Ex : Menthe – Sauge
Corps. Ex : Lavande

ASTRINGENTE
Substance agissant sur l’épiderme et les muqueuses, déshydrate et draine le tissu, anti-inflammatoire (diarrhée, hémorragie)
Ex : Achillée – Aigremoine – Alchemille – Aubépine – Bénoîte – Bleuet – Bourse à pasteur – Brunelle – Bruyère – Busserolle – Caille lait – Cassis – Coing – Consoude – Cyprès – Eglantier – Eucalyptus – Joubarbe – Myrtille – Ortie – Patience – Pervenche – Renouée – Rhubarbe – Thé – Thym

BALSAMIQUE
Qui contient des baumes. Odorante et parfumée, adoucit les muqueuses respiratoires.
Ex : Eucalyptus – Genévrier – Hysope – Millepertuis – Myrte – Pin – Romarin – Sauge

BECHIQUE
Expectorante : calme la toux.
Ex : Amande – Angélique – Bourrache – Consoude grande – Drosera – Eucalyptus – Grasette – Mauve – Origan – Pavot – Pouliot – Safran – Serpolet – Véronique – Violette

CARDIOTONIQUE
Substance qui accélère le rythme cardiaque et aide à l’élimination de l’eau.
Fortes – Ex : Digitale – Laurier rose – Muguet – Pomme – Romarin – Sauge – Tilleul
Moins fortes – Ex : Adonis – Aubépine – Café – Camphre – Marrube – Muguet – Reine des prés

CARMINATIVE
Substance qui agit sur les fermentations et les contractions intestinales. Aide à l’évacuation des gaz.
Ex : Ache – Ail – Aneth – Angélique – Anis – Bétoine – camomille – Carvi – Cataire – Centaurée petite – Coriandre – Cumin – Cuscute – Fenouil – Genèvrier – Hysope – Lavande – Livèche – Mélilot – Mélisse – Menthe – Oignon – Origan – Persil – Pimprenelle – Romarin – Sarriette – Sauge – Serpolet – Tanaisie – Verveine odorante

CEPHALIQUE
Qui soulage les maux de tête.
Ex : Angélique – Anis – Basilic – Chardon bénit – Chèvrefeuille – Coriandre – Lavande – Mélisse – Menthe – Serpolet – Tilleul – Valériane

CHOLAGOGUE
Substance qui stimule le foie, favorise la production de bile et aide à son élimination de la vésicule.
Ex : Aigremoine – Alkékenge – Aunée – Bouleau – Bourdaine – Bourrache – Buis – Camomille – Chélidoine – Chicorée – Cuscute – Epine vinette – Fragon – Fumeterre – Garance – Genièvre – Houblon – Lierre terrestre – Marrube – Achilée millefeuille – Pissenlit – Pouliot – Radis noir – Rhubarbe – Romarin – Saponaire – Véronique

COLLYRE
Substance qui soulage et combat les inflammations des paupières et des yeux.
Ex : Bleuet – Camomille – Cerfeuil – Chélidoine – Guimauve – Lin – Mauve – Mélilot – Persil – Plantain – Rose – Souci – Tussilage

CORDIALE
Qui stimule le cœur et active la circulation.
Ex : Angélique – Aspérule – Basilic – Chèvrefeuille – Coraindre – Lavande – Mélisse – Menthe – Sauge – Vigne

DETERSIVES
Pour nettoyer les plaies, les ulcères, et en activer la cicatrisation.
Ex : Aigremoine – Alchemille – Aunée – Bardane – Bouleau – Brunelle – Camomille – centaurée – Chèvrefeuille – Consoude – Cuscute – Douce amère – Eucalyptus – Gentiane – lavande – Marrube – Achillée millefeuille – Millepertuis – Prêle – Romarin – Ronce – Tanaisie – Tormentille

DIGESTIVES
Qui favorisent la digestion et le transit instestinal
Ex : Absinthe – Ache – Aneth – Angélique – Anis – Ambroisie – Armoise – Aspérule – Badiane – Basilic – Calament – Camomille – Canelle – Carvi – Centaurée – Chicorée sauvage – Coriandre – Cresson – Cumin – Epine vinette – Fenouil – Gentiane – Germandrée – Houblon – Hysope – Laurier – Livèche – Marrube – Mélisse – Menthe – Origan – Pouliot – Raifort – Reine des prés – Rhubarbe – Romarin – Sarriette – Sauge – Serpolet – Tanaisie – Thym – Véronique – Verveine odorante

DIURETIQUE
Substance qui facilite les sécrétions urinaires. Certaines ont de plus un pouvoir désinfectant. Ne pas utiliser en cas de problèmes rénaux importants.
Ex : Ail – Alkékenge – Aneth – Aunée – Bardane – Bouillon blanc – Bourse à pasteur – Bruyère – Carvi – Chicorée sauvage – Chiendent – Cresson – Cumin – Epine vinette – Fenouil – Fumeterre – Genêt à balai – Genièvre – Grateron – Houblon – Hysope – Lavande – Mauve – Mercuriale – Muguet – Mûrier – Oignon – Origan – Ortie – Oseille – Pervenche – Piloselle – Pissenlit – Prêle – Raifort – Réglisse – Renouée – Salsepareille – Sauge – Sceau de Salomon – Sureau – Vigne – Vipérine

DIURETIQUE ANTIPUTRIDE
Diurétique spécifique des voies urinaires.
Ex : Aspérule – Bruyère – Busserole – Genèvrier – Mélilot – Myrtille

DIURETIQUE AZOTURIQUE
Diurétique spécifique à l’élimination de l’urée.
Ex : Artichaut – Aunée – Bouleau – Cassis – Fenouil – Garance – Oignon – Piloselle – Salsepareille

DIURETIQUE CHOLESTEROLYTIQUE
Diurétique spécifique à l’élimination de l’excès du cholestérol sanguin.
Ex : Artichaut – Pissenlit

DIURETIQUE URIQUE
Diurétique spécifique à l’élimination de l’acide urique.
Ex : Alkékenge – Bouleau – Colchique – Fragon – Frêne – Pomme – Salsepareille

EMMENAGOGUE
Substance qui provoque ou facilite les menstruations.
Ex : Absinthe – Ache – Achillée – Acore – Angélique – Anis – Aristoloche – Armoise – Aunée – Bourse à pasteur – Camomille – Cataire – Cumin – Fenouil – Fumeterre – Genièvre – Germandrée – Laurier – Marrube – Matricaire – Menthe – Ményanthe – Mercuriale – Origan – Persil – Romarin – Rue – Safran – Sauge – Sèneçon – Serpolet – Souci – Tanaisie – Thym

EMMOLIENT
Qui relâche ou ramollit les tissus. Atténue les inflammations. apporte détente et calme.
Ex : Amande douce – Bouillon blanc – Bourrache – Camomille – Chiendent – Consoude – Fenugrec – Guimauve – Lin – Lis – Mauve – Mélilot – Mecuriale – Pariétaire – Pulmonaire – Réglisse – Sceau de Salomon – séneçon – Sureau – Tilleul – Tussilage – Violette

EXPECTORANTE
Substance qui augmente les sécrétions des glandes bronchiales. Facilite l’expectoration, calme les inflammations du larynx et réduit la toux.
Ex : Ache – Angélique – Asaret – Aunée – Bouillon blanc – Bryone – Capillaire – Capucine – Cresson – Douce amère – Eucalyptus – Hysope – Iris – Lierre terrestre – Lis – Marjolaine – Marrube – Menthe – Millepertuis – Oignon – Origan – Polygala – Polypode – Pouliot – Primevère – Radis – Raifort – Réglisse – Saponaire – Scabieuse – Sceau de Salomon – Scolopendre – Serpolet – Tussilage – Véronique – Violette

FEBRIFUGE
Substance qui combat la fièvre.
Ex : Absinthe – Ache – Acore – Alkékenge – Angélique – Arnica – Benoîte – Bistorte – Buis – Camomille – Centaurée petite – Chicorée – Drosera – Eucalyptus – fragon – Frêne – Gentiane – Grassette – Houblon – Houx – Iris – Marrube – Ményanthe – Millepertuis – Pervenche – Pissenlit – Primevère – Souci – Tanaisie – Valériane

GALACTOLOGUE
Qui provoque, accroit ou favorise les sécrétions lactées.
Ex : Aneth – Anis – carvi – Cumin – Fenouil – Galega – Houblon – Ortie

HEMOSTATIQUE
Qui arrête les hémorragies et les flux sanguins.
Ex : Aigremoine – Benoîte – Bistorte – Bourse à pasteur – Busserole – Consoude – Eucalyptus – Ficaire – Gui – Ortie – Pavot – Pervenche – Pimprenelle – Prêle – Renouée – Rue – Salicaire – Tormentille

HEPATIQUE
Substance qui stimule le foie, favorise la production de bile et aide à son élimination de la vésicule.
Ex : Aigremoine – Alkékenge – Aunée – Bouleau – Bourdaine – Bourrache – Buis – Camomille – Chélidoine – Chicorée – Cuscute – Epine vinette – Fragon – Fumeterre – Garance – Genièvre – Houblon – Lierre terrestre – Marrube – Achilée millefeuille – Pissenlit – Pouliot – Radis noir – Rhubarbe – Romarin – Saponaire – Véronique

HYPERTENSEUR
Substance qui augmente la tension artérielle
.
Ex : Chardon marie – Genêt

HYPOTENSIVE
Substance qui abaisse la tension artérielle
.
Ex : Ail – Aubépine – Bouleau – Bourse à pasteur – Fumeterre – Gui

INSECTICIDE
Substance propre à éloigner ou détruire certains insectes.
Ex : Arnica – Lavande – Pyrèthre – Romarin – Serpolet – Tanaisie – Thym

LAXATIVE
Qui accélère l’évacuation intestinale
.
Ex : Badiane – Benoîte – Chélidoine – Chicorée sauvage – Epine vinette – Eupatoire – Euphorbe – Frêne – Fumeterre – Globulaire – Gratiole – Lierre grimpant – Lin – Mauve – Ményanthe – Mercuriale – Narcisse – Violette
Pour enfants. Ex : Mauve – Pêcher (fleurs)

MATURATIVE
Substance qui aide au mûrissement des furoncles, abcès, anthrax.
Ex : Bouillon blanc – Fenugrec – Guimauve – Lin – Lis – Mauve – Mercuriale – Oignon – Séneçon – Tussilage

NARCOTIQUE
Substance sédative, calmante ou hypnotique.
Ex : Aspérule – Aubépine – Bouillon blanc – Bourrache – Chanvre indien – Chélidoine – Coquelicot – Douce amère – Fumeterre – Houblon – Lotier corniculé – Marjolaine – Mélilot – Mélisse – Nénuphar – Passiflore – Pavot – Safran – Tilleul – Valériane – Verveine odorante

RAFRAICHISSANTE
Qui abaisse la température du corps et soulage la soif.
Ex : Bourrache – Cassis – Chiendent – Citron – Epine vinette – Guimauve – Mauve – Pariétaire – Réglisse

SÉDATIVE
Substance calmante du système nerveux.
Ex : Aubépine – Basilic – Belladone – Camomille – Carvi – Cataire – Chanvre indien – Cumin – Ellébore – Cigüe grande – Jusquiame – Lotier corniculé – Passiflore – Pavot – Stramoine – Verveine odorante

STERNUTATOIRE
Qui provoque l’éternuement
.
Ex : Arnica – Asaret – Basilic – Bétoine – Chélidoine – Ellébore – Euphorbe – Lavande – marjolaine – Moutarde noire – Muguet – Sauge – Thym

STOMACHIQUE
Qui stimule les fonctions de l’estomac.
Ex : Absinthe – Acore – Aneth – Angélique – Anis vert – Badiane – Benoîte – Bourdaine – Calament – Camomille – Cannelle – Carvi – Cataire – Coriandre – Cumin – Epine vinette – Eucalyptus – Fenouil – Hysope – Laurier – Lavande – Livèche – Marjolaine – Marrube – Mélisse – Menthe – Oignon – Origan – Patience – Pissenlit – Romarin – Safran – Sauge – Tanaisie – Thym – Véronique – Verveine officinale

SUDORIFIQUE
Qui facilite et provoque la transpiration.
Ex : Ache – Aconit – Angélique – Anis – Arnica – Bardane – Camomille – Cumin – gentiane – Houblon – Hysope – Laurier – Lavande – Marjolaine – Mélisse – Menthe – Sauge – Souci – Tanaisie – Tussilage – Violette

TÆNIFUGE
Provoque l’expulsion du ver solitaire (ténia).
Ex : Citrouille – Noix

TONIQUE
Substance qui augmente la tonicité des organes et la vitalité de façon durable.
Ex : Absinthe – Angélique – Armoise – Basilic – Benoîte – Camomille – Garance – Genièvre – Gentiane – Houblon – Hysope – Lierre terrestre – Marjolaine – Menthe – Pervenche – Pissenlit – Romarin – Saponaire – Sauge – Thym – Véronique

VENENEUSE
Substance qui, selon les doses, peut être toxique pour l’organisme humain.
Ex : Digitale

VERMIFUGE
Substances qui agit sur l’élimination des vers intestinaux.
Ex : Absinthe – Ail – Armoise – Camomille – Chélidoine – Houblon – Lavande – Myrtille – Rue – Santoline – Saponaire – Sarriette – Valériane
Voir la Boutique : Gelée de Sarriette

VESICANTE
Substance qui provoque des inflammations, des cloques, sur la peau.
Ex : Ail – Euphorbe – Moutarde – Raifort

VOMITIF
Qui provoque le vomissement
Ex : Arum – Bryone – Camomille – Ményanthe – Muguet – Pensée sauvage – Sceau de Salomon – Violette

VULNERAIRE
Substance qui accélère la cicatrisation, le renouvellement des tissus lésés et réduit les inflammations.
Ex : Absinthe – Aigremoine – Armoise – Arnica – Benoîte – Camomille – Cerfeuil – Consoude – Géranium Robert – Millepertuis – Myrte – Pervenche – Plantain – Primevère – Sauge – Valériane

Publié dans Mon repertoire des plantes les moins usitees | 9 Commentaires »

LE HOUBLON

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

houblon11.jpg 

 

HOUBLON

Humulus Lupulus (canabinacées)

houblon.gif        

NOMS COMMUNS :

Vigne du Nord, Salsepareille nationale, Couleuvrée septentrionale, digérable, bois du diable, houblon grimpant.PARTIES UTILISEES :
Inflorescence femelle.

UN PEU D’HISTOIRE :Les pays de l’Est sont de grands producteurs de houblon. Le houblon a été introduit en France au XIIème siècle oû il éxiste des cultures en Alsace : les cônes (ou inflorescences femelles) sont utilisés dans la préparation de la bière pour la saveur amère très spéciale qu’ils apportent.

La pharmacopée moyenâgeuse les déclarait « utiles aux apostumes (c’est-à-dire aux abcès et tumeurs avec suppuration) qui sont au foie et en la rate » et les conseillait dans l’affection hypocondriaque et les vapeurs mélancoliques. On leur reconnaît aujourd’hui des propriétés apéritives, toniques, diurétiques, dépuratives, digestives, sédatives et antispasmodiques.

Les femmes qui participent à sa cueillette sont réglées deux jours après, quelle que soit la période de leur cycle. Encore une « herbe à oreiller» ! Ses fruits frais glissés sous la tête provoquent un sommeil réparateur, en revanche, il annihile tout désir sexuel il est donc plutôt recommandé de ne prendre le Houblon que sous forme d’un bon demi bien frais!

DESCRIPTION : Le Houblon est une plante vivace à racines fortes, rameuses, drageonnantes. Les tiges peuvent être longues de plusieurs mètres. Peu anguleuses, elles sont rudes, sarmenteuses et volubiles, couvertes de poils courts et crochus. Les feuilles, ciselées sont munies de stipules pétiolées, à trois ou cinq lobes ovales, dentés, vert foncé, rudes dessus, munies de glandes résineuses dessous. Les fleurs, verdâtres, unisexuées, sont visibles en août, les mâles disposées en grappes à l’aisselle des feuilles, les femelles réunies par paires à l’aisselle des bractées foliacées. Le fruit, entouré du calice, renferme une graine.CULTURE ET RÉCOLTE :

Commun dans toute l’Europe, le Houblon ne pousse pas à de hautes altitudes. Pour sa culture, il demande des terres fortes et bien fumées, un climat tempéré. On le multiplie par division des racines au printemps ou à l’automne. La récolte des cônes, ou fleurs femelles, s’effectue en septembre, on les comprime légèrement. Ils doivent être séchés dans des endroits très chauds, sans dépasser 38 à 40°C.

houblon2.jpg
houblon31.jpg USAGES :Le houblon est traditionnellement utilisé comme tonique amer et stomachique. Dans les pays germaniques, on utilise des oreillers remplis de cônes de houblon pour favoriser le sommeil des enfants agités. Cette pratique, qui peut surprendre de prime abord, est en fait justifiée : les cônes renferment une huile essentielle volatile a l’origine des propriétés sédatives et hypnotiques du houblon. Il est utilise dans les troubles du sommeil des adultes et des enfants. Il améliore considérablement les états anxieux et régularise l’humeur des personnes dépressives. Le houblon renferme aussi des substances d’action similaire a celle des oestrogènes. A ce titre, il est conseillé chez la femme dans le cas ou un déficit en oestrogènes à été mis en évidence.

INDICATIONS :- ANXIÉTÉ,
- DÉPRESSION (RÉGULARISE L’HUMEUR),
- TROUBLES DU SOMMEIL DE L’ADULTE ET DE L’ENFANT,
- NERVOSITE,
- DEFICIT CONSTATE EN OESTROGENES (REGLES DOULOUREUSES OU INSUFFISANTES, TROUBLES DE LA MÉNOPAUSE).

Publié dans Houblon, Mon repertoire des plantes les moins usitees | 4 Commentaires »

LE PLANTAIN

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

plantain.jpgplantainhm1.gif

 

Le plantain

 

 

 

plantaincontretoux.jpg                                                                            

 

Cette modeste plante que l’on trouve dans les pelouses ou les prairies, guérit de nombreuses affections. Le plantain se caractérise par une hampe florale (de 10 à 50 cm) sortant d’un bouquet de feuilles épaisses, avec de grosses nervures qui partent de la base. Le grand plantain (Plantago major) a des feuilles larges et des fleurs allongées. Le plantain lancéolé (ou petit plantain ou herbe à cinq coutures) a des feuilles allongées (en forme de lance) et des petites fleurs au bout des tiges. Quant au plantain moyen (ou langue d’agneau), il possède des feuilles plutôt rondes et des fleurs crème à étamines violettes alors que leurs cousines sont verdâtres ou brunâtres et inodores.

Considéré jusqu’au début du XXème siècle, comme une plante médicinale majeure, le plantain est aujourd’hui passée de mode. Pourtant, cette fleur très commune mériterait qu’on s’intéresse de nouveau à elle ! Car elle est aussi efficace pour calmer la toux ou stopper une grippe que pour lutter contre la constipation.

Des études scientifiques convaincantes

 

Les constituants du plantain (pectine, aucubine, ampigénine, flavonoïdes, tanins, soufre, calcium, fer, phosphore, mucilage…) en font une plante aux très nombreuses indications, utilisable aussi bien en interne qu’en externe. Pour les amateurs de chimie pharmacologique, précisons que l’aucubine accélère l’élimination par les reins et possède des propriétés antimicrobiennes ; l’ampigénine est un anti-inflammatoire et les mucilages freinent l’appétit et activent le transit intestinal… Le plantain est aussi concentré en vitamines du groupe B (B1, B2 et PP) et en vitamine A. Plusieurs études scientifiques ont confirmé les bienfaits du plantain. Ainsi en 1980, des médecins allemands avaient administré pendant 10 jours une préparation à base de plantain à 593 personnes souffrant d’infections respiratoires aiguës : leurs symptômes — et notamment la toux — avaient significativement diminué.

On l’utilise en usage interne dans les cas suivants : purificateur du sang, des poumons et de l’estomac, en cas de faiblesse générale, de retard de développement infantile ( comparable à l’huile de foie de morue), bronchite chronique, tuberculose, pharyngite, laryngite, asthme pulmonaire, maladie du foie et de la vessie, néphrite.

En usage externe comme cicatrisant, en cas de conjonctivite, de gingivite, de piqûres d’insectes, de morsures de vipère

Voici une recette de Maria Treben :

Préparer une tasse d’eau froide avec une tanche de citron, une cuillère de sucre candi brun, laisser bouillir, retirer du feu et ajouter une cuillère de plantain. Laisser infuser une demi-minute. Boire par gorgée aussi chaud que possible. Dans les cas graves, la tisane doit être préparée fraîche 4 à 5 fois par jour.

Recette du SIROP DE PLANTAIN :

Mettre une couche de feuilles fraîches, puis une couche de sucre dans un bocal en verre bien fermé. Au bout de quelques jours, lorsque le sirop apparaît, laisser soit au soleil, soit près d’une source de chaleur. Ensuite, il faut le faire bouillir et le mettre dans des bouteilles hermétiques.

Autres usages, en cuisines:

  • Si vous récoltez des feuilles encore jeunes (avec l’âge, leurs grosses nervures deviennent coriaces), vous pourrez les déguster coupées en fines lanières ou hachées grossièrement, dans d’excellentes salades, seules ou en mélange.
  • Les feuilles cuites deviennent un légume vert d’appoint pour le moins original dans la préparation de potages riches en vitamines et minéraux.

Publié dans "P**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LA PASSIFLORE

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

passifl2.jpg                                                                        passiflore1.jpg                                      

 

Passiflore

 

                                                                                                                                               passiflore.jpg

La beauté de cette plante l’a rendue très populaire. Elle est native de toute l’Amérique, du Nord au Sud. Même si elle est surtout une plante tropicale, quelques-unes de ces 400 espèces s’adaptent très bien aux climats froids. Reconnue pour ses propriétés sédatives et antispasmodiques, elle ne fait cependant pas dormir ou perdre la concentration durant le jour, agissant alors comme un relaxant. Plus forte que la camomille, la Passiflore est particulièrement recommandée pour lutter contre la nervosité due à un surmenage intellectuel. Particulièrement indiquée aux personnes dont l’esprit est toujours projeté en avant, anticipant sans arrêt les tâches à venir. On utilise les feuilles, la tige et les fleurs.

Histoire

Au 17ème siècle on lui donna le nom de Fleur de la Passion pour le mystère de la beauté de ses fleurs et la similitude entre ses fleurs séchées et la couronne d’épines du Christ. L’utilisation médicinale de cette plante n’a pas commencé avant la fin du 19ème siècle aux États Unis. On l’utilisa pour traiter les désordres nerveux et gastro-intestinaux. Elle se révéla être un excellent traitement dans les cas d’anxiété et d’excitation mentale.

Bienfaits

Les récentes recherches tendent à démontrer que ce sont des flavonoïdes qui sont les éléments de la plante responsables de son action relaxante et anti-dépressive. La pharmacopée européenne recommande généralement des produits de passiflore contenant au moins 0.8% de flavonoïdes. Elle est recommandée, toujours en Europe, dans les traitements anti-dépressifs, et est souvent associée dans ce contexte à la Valériane, pour plus d’efficacité.

Référence : Meier B. Passiflora incarnata L.-Passion flower: Portrait of a medicinal plant. Zeits Phytother 1995;16:115-26. Wichtl M. Herbal Drugs and Phytopharmaceuticals. Boca Raton, FL: CRC Press, 1994, 363-5.

Toxicité

Utilisée aux doses recommandées, sa consommation est parfaitement sécuritaire. On ne lui connaît pas d’interaction négative avec d’autres médicaments sédatifs. On déconseille cependant sa consommation avec la prise de médicaments antidépresseurs.

Dosage

Sous forme de tisane, en infusion, boire une à deux tasses le soir au coucher. L’utilisation de la Passiflore combinée à d’autres plantes sédatives, telle que la Valériane est conseillée pour son usage comme antidépresseur.

Publié dans "P**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

LA VALERIANE

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

valeria1.jpgvalriane2.jpg 

 

VALÉRIANE

Valeriana officinalis (Valérianacées

      valriane.jpg      

 NOMS COMMUNS :

Herbe aux chats, Herbe aux coupures, Herbe à la femme battue, Guérit-tout, Herbe de Notre-Dame, Herbe de saint Georges.CONSTITUANTS CHIMIQUES PRINCIPAUX :
Huile essentille riche en pinène et en camphène, alcaloïdes, esters d’acide organique, acide valérique et isovalérique, tanins et sucs amers.

PARTIES UTILISEES :
La racine.
            

   

UN PEU D’HISTOIRE :

Valeriana signifie «bien se porter», la plante détend, le moral est bon.
En suivant la route Napoléon au début de l’été. on peut apercevoir aux environs de Grasse des touffes de valériane aux fleurs rose-violet qui poussent sur les talus et dans les interstices des murs. C’est en séchant qu’elle exhale cette odeur si particulière qui attire les chats.

Sa renommée n’est plus à faire et dès qu’on en parle reviennent des formules comme «le plus parfait des calmants végétaux», «la seule plante à indiquer pour les gens nerveux», «la plus ancienne méthode pour soigner les névroses».

Pline l’a déjà signalée comme le remède des contractions nerveuses et plusieurs auteurs des XVIIè et XVIIIè siècles la considèrent comme le spécifique de l’épilepsie.

DESCRIPTION :

La Valériane est une plante vivace à souche verticale brun fauve, aux racines épaisses. La tige, qui peut atteindre 1 mètre, est cylindrique, striée, dressée, un peu rameuse au sommet. Les feuilles, opposées, sont profondément divisées en sept à vingt et une folioles oblongues, pointues, largement ciselées. Les fleurs, petites, blanc rosé, visibles de mai à août, sont groupées en corymbes à l’extrémité de la tige. Le fruit est ovale, surmonté d’une aigrette plumeuse.CULTURE ET RÉCOLTE :

Très commune en Europe, la Valériane préfère les sols frais et humides, elle ne pousse pas au-dessus de 1 000 mètres d’altitude. Sa multiplication se réalise par semis des graines au printemps, ou par division des touffes à l’automne. La récolte s’effectue à l’automne, les racines sont lavées, coupées, mises à sécher dans des locaux chauds. Le séchage, qui est assez long, développe une odeur forte et particulière. Pour éviter d’ «embaumer» votre maison, conservez-les après séchage dans des récipients hermétiques

                                                                                                                                                                                     

      USAGES :

La racine de valériane contient une huile essentielle et des valépotriates (dont le valtrate et l’isovaltrate) qui ont une action sédative fort apprécie. On utilise avec succès la valériane dans les troubles du sommeil, l’anxiété et l’angoisse, sans qu’il y ait accoutumance ou somnolence durant la journée. Ajoutée au traitement classique elle améliore la vie quotidienne des épileptiques, en contribuant a la prévention des crises (elle est anticonvulsivante et antiépileptique). Dans les cures de désintoxication tabagique, elle évite l’énervement et les angoisses dues au sevrage et donne un goût désagréable à la cigarette. Elle entre d’ailleurs dans le programme phytothérapique pour arrêter de fumer

INDICATIONS :- INSOMNIE,
- DÉSINTOXICATION TABAGIOUE,
- ANXIETE ANGOISSE,
- COMPLEMENT DU TRAITEMENT CLASSIQUE CHEZ L’EPILEPTIQUE.

Publié dans "V**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LE KARKADE

Posté par eurekasophie le 28 janvier 2009

LE KARKADE

Pour vos poumons et vos artères

En Egypte et dans d’autres pays chauds, ceux qui préfèrent limiter le café ou le thé boivent du karkadé toute la journée. C’est une boisson douce, agréable, fruitée et rafraîchissante. En hiver, sous nos latitudes frisquettes, cette jolie tisane a bien d’autres atouts.

hibiscus12.jpg

De nombreuses vatiétés d’hibiscus existent un peu partout dans le monde, mais c’est la fleur d’hibiscus sabdariffa qu’on utilise pour la tisane, appelée aussi karkadé, thé rose, thé fleuri ou bissap. Sans doute originaire de l’Angola, l’hibiscus fait partie de la famille des malvacées. C’est un arbuste aux multiples branches qui peut atteindre 5 mètres de haut. Aujourd’hui, l’hibiscus est cultivé dans la plupart des pays tropicaux ou subtropicaux, principalement au Soudan, en Egypte, en Thaïlande, en Chine, aux Antilles et au Mexique. Les fleurs, souvent rouge sombre, ressemblent à celles de sa cousine la rose trémière. Elles ont la particularité de ne durer qu’une journée. L’arbre, très prolifique, reste cependant fleuri en permanence. Le calice est soudé jusqu’en son milieu, puis se divise en 5 sépales. Les feuilles sont grandes, isolées, ovales et lancéolées.

Composition et propriétés

Les études phyto-chimiques ont montré la présence d’acides organiques, d’anthocyanosides, responsables de la couleur rouge de l’infusion, de flavonoïdes, de mucilages, de pectines, et d’une huile essentielle (eugénol). Ces composants expliquent l’action anti-inflammatoire, adoucissante, anti-asthénique et légèrement laxative de l’hibiscus. Plusieurs études cliniques ont confirmé la réputation de l’hibiscus pour lutter contre la fatigue, les problèmes ORL ou respiratoires, les spasmes gastro-intestinaux et la constipation. La tisane d’hibiscus est aussi un excellent diurétique. Pour soulager ou espacer les crises, les malades de Crohn peuvent essayer les tisanes d’hibiscus qui sont à la fois un antispasmodique intestinal, un stimulateur de l’appétit, un anti-inflammatoire léger et un régulateur du transit intestinal. En externe, les compresses imbibées d’infusion réduisent les oedèmes, les eczémas suintants et les dermatoses.

Et aussi contre l’hypertension

Une première étude menée en Iran a mis en évidence une baisse significative de la tension artérielle après 15 jours de tisane de karkadé. Plus récemment, une équipe de nutritionnistes de la Tufts University de Boston a montré que 3 tasses de tisane d’hibiscus par jour améliorent rapidement la tension artérielle: les personnes, qui ont pris durant 6 semaines de la tisane d’hibiscus, ont pu constater une réduction en moyenne de 7 de leur valeur systolique (premier chiffre). Or, d’autres travaux scientifiques, publiés depuis 2002, démontrent qu’avec une réduction de 3 de la valeur systolique, on réduisait le risque relatif de décès par attaque cérébrale de 8 % , celui de mortalité par maladie coronarienne de 5 % et la mortalité globale de 4 % . Alors, si vous êtes hypertendu ou cardiaque, pas d’hésitation, buvez du karkadé !!!

Toutes les indications par ordre alphabétique

  • Allergies cutanées

  • Constipation

  • Crohn

  • Eczéma

  • Hypertension

  • Infections urinaires

  • Libido

  • Manque d’appétit

  • Spasmes digestifs

  • Spasmes utérins

  • Spasmophilie

  • Troubles circulatoires.

Où? Quand ? Combien ? Comment ?

  • Infusion: on trouve de la fleur d’hibiscus dans la plupart des pharmacies et magasins de produits naturels. On en fait des tisanes :

bouton0055.gif15 à 20 g par litre d’eau frémissante ( juste avant l’ébullition) , à boire toute la journée ou le soir. Le breuvage, au goût légèrement acidulé de cerise, est aussi utilisé pour colorer les confiseries, les pâtisseries ou bien s’ajoute aux courts-bouillons de poisson ou de viande.

  • Gélules: suivre les indications du fabriquant.
  • En externe: compresse d’infusion concentrée à appliquer sur les abcès, les oedèmes, les problèmes de peau ou les eczémas suintants.

En association

L’hibiscus parfume agréablement la plupart des tisanes, notamment celles qui sont un peu fades. Ses principes actifs potentialisent l’efficacité d’autres plantes médicinales.

  • Sommeil: passiflore, houblon, valériane
  • Palpitations: aubépine
  • Hypertension: feuilles d’olivier, sureau
  • Stress: millepertuis
  • Toux, angine: mauve, plantain, marrube
  • Fatigue: quinquina, églantier, romarin
  • Constipation: plantain, bourdaine (à ne pas utiliser de façon prolongée)
  • Spasmes digestifs: églantier, boldo, angélique
  • Circulation: vigne rouge, cassis, hamamélis.

L’hibiscus se retrouve dans de nombreuses tisanes en mélange ou préparations pharmaceutiques contre la toux. Dans la pharmacopée, ce n’est certes pas une plante majeure mais ses propriétés, sa douceur et sa totale absence d’effets indésirables en font une tisane à boire tout au long de la journée. Une façon agréable de boire beaucoup et, dans un même temps, de diminuer sa consommation de café.

Publié dans SANTE AU QUOTIDIEN | 4 Commentaires »

123456...19
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant