• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 23 janvier 2009

JE NE SAIS PAS POUR VOUS…..

Posté par eurekasophie le 23 janvier 2009

weekend013.gif

 

Mais moi je sens que je vais me légumer ces deux jours……..

Et en plus, il pleut !

Publié dans MES IMAGES | 2 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

BONNE SOIREE …

Posté par eurekasophie le 23 janvier 2009

 Si j’étais une fée …..je ferais en sorte que la vie te soit plus facile  

 

 

 

papillon572.gifdimanche52.jpgpapillon572.gif

 

Mille pensées positives pour toi qui me lit

Publié dans MES IMAGES | 2 Commentaires »

L’HUMIDITE , LA TOILETTE ….

Posté par eurekasophie le 23 janvier 2009

ficuslasticacaoutchouc1.jpgtoutvert71.jpgsans21.jpg

 

Elément indépendant de l’arrosage, l’humidité permet aux plantes, surtout celles d’origine exotique, de vivre dans une atmosphère proche de leurs conditions de vie normales.

Grouper les plantes pour favoriser la création d’un micro-climat humide. Equiper les radiateurs d’humidificateurs, ou poser un bol rempli sur chacun des appareils.

Il existe plusieurs manières d’apporter de l’humidité aux plantes: la vaporisation, procédé répétitif, est la plus contraignante. Elle est surtout recommandée sur les lierres, pour éviter l’installation de l’araignée rouge.

Vaporisation

Régler le jet du vaporisateur; il doit être plus doux pour des plantes à petites feuilles fragiles. Faire un essai sur le dos de la main, afin de contrôler la vigueur du jet.

Vaporiser l’eau tout autour de la plante, à une distance de 15 cm environ.

Ne jamais pratiquer la vaporisation sur une plante exposée au soleil, les gouttelettes font loupe, et brûlent les feuilles. Vaporisez en fin d’après-midi, les plantes placées sur un rebord de fenêtre ou sur un balcon.

Autres méthodes

Les Begonia, Monstera deliciosa, Saintpaulia aiment être placés sur un lit de petits cailloux humides. Le fond du pot ne doit pas être en contact direct avec l’eau .

Plante dans un cache-pot imperméable. laisser un peu d’eau au fond du cache-pot. Isoler le fond du pot par de petites cales en bois

Pot en terre cuite non vernie: placer la plante dans un pot, plus grand, rempli de tourbe maintenue constamment humide. Ce système très efficace convient à Kalanchoe, Monstera deliciosa, Saintpaulia, et au Sinningia speciosa.

dimanche112.png                                         Rythme des vaporisations, l’été

 

Tous les jours: Asparagus, Chlorophytum

1 à 2 fois par semaine: les Aspidistra, les Lierres, Howeia, Monstera deliciosa, les Philodendron, Platycerium, les Tradescantia.

Tous les 15 jours : Hoya carnosa

Réduire cette périodicité si l’été est frais. En hiver, doubler le temps séparant 2 vaporisations. Un chauffage intense exige au contraire, de maintenir la périodicité estivale, sinon de l’accroître.

Ne pas vaporiser les plantes à fleurs, cela flétirait les pétales: Sanseviera trifasciata, cactées, ni en général : le Ficus elasticus, l’Impatiens, le Fastia japonica.

Vaporisation à l’eau tiède pour les lierres, l’Hoya carnosa, les Philodendron.

dimanche132.gif                                                                                                                                                                        dimanche132.gif

La toilette

Dans la nature, le vent et la pluie nettoient la plante et la débarassent des parties abîmées ou fanées. En appartement, il faut toiletter la plante de temps en temps. Enlever les parties non productives évite à la plante de gaspiller son énergie. Nettoyer la poussière qui se dépose sur les feuilles (et surtout la graisse, si la plante est palcée dans une cuisine ) permet une meilleure respiration par les stomates, l’équivalent de nos pores.

Ne jamais laver avec la même éponge une plante malade et des plantes saines, pour éviter le risque de contamination. Ne ps utiliser de produits lustrants, souvent nuisibles à la plante.

Couper les feuilles sèches à la lame de rasoir ou avec des ciseaux.

Découper uniquement la partie sèche des feuilles abîmées seulement par endroit à la lame de rasoir ou avec des ciseaux, sans entamer la partie vivante.

Oter doucement les fleurs fanées avecles doigts

Laver les plantes à petit feuillage de la façon sivante: Tenir le pot oblique, le feuillage vers le bas, en, maintenant la motte avec la paume de la main , les doigts passant de part et d’autre de la tige; agiter doucement dans l’eau de l’évier ou de la cuvette.

Nettoyer les feuilles larges et lisses avec une éponge imbibée d’eau tiède. Rincer l’éponge dès qu’elle est douteuse. Soutenir la feuile d’une main pendant le nettoyage, afin de ne pas la brutaliser.

Ne pas laver les feuilles velues ou duveteuses; les nettoyer à la brosse douce, en les soutenant d’une main.

Ne jamais laver les cactées. les débarrasser de la poussière avec une brosse.

Il n’est pas recommandé d’utiliser du lait pour nettoyer les feuilles; le lait contient des matières grasses. En revanche, l’utilisation de la bière diluée dans de l’eau (50 /501 ) est conseillée. La  bière contient des éléments qui éliminent les impuretés sans décaper, et les vitamines du malt sont bénéfiques.

 

Publié dans TOUT EN VERT ...... | Pas de Commentaire »

LES ENNUIS DIGESTIFS

Posté par eurekasophie le 23 janvier 2009

 

 

 

 

digestion8.jpg 

 

APERITIFS ET LIQUEURS ALCOOLISES

Apéritifs légers

Apéritif rouge au noyer

Ramassez au printemps ou au début de l’été des feuilles de noyer (à défaut, vous pouvez utiliser des noix décortiquées). Faites macérer 1 poignée de feuilles pendant quelques jours dans 1 litre de vin rouge en ajoutant aussi: 10 baies de genièvre, le zeste de 2 oranges non traitées et 100 g de sucre.

Laissez reposer, en remuant régulièrement, puis filtrez et gardez au frais. Corsé, fruité, cet apéritif rouge a une fabuleuse odeur de noix fraîche et ne surcharge pas l’estomac. (Consommez-le dans les 8 jours car il se conserve mal ).

Apéritif blanc au carvi

Dans 1 litre de vin blanc sec, faites macérer: 4 pincées de carvi (ou de cumin) , 4 pincées de graines de fenouil, le zeste de 2 citrons non traités; ajoutez 50 g de sucre et 1 verre d’eau-de-vie. Laissez reposer quelques jours en remuant régulièrement, puis filtrez. Servez bien frais avec des glaçons. Cet apéritif très rafraîchissant est tonique pour l’estomac et un peu diurétique.

Liqueurs digestives

 Liqueur de menthe

C’est un peu le principe de l’alcool de menthe mais en plus parfumé.

Faites macérer pendant 15 jours dans 1 litre d’eau-de-vie 4 poignées de feuilles de menthe sèches, 1 bâton de cannelle, 1 gousse de vanille, 1 pincée de gingembre, 2 clous de girofle, 1/4 de noix de muscade et quelques grains de poivre. Ajoutez 350 g de sucre, laissez reposer, filtrez et savourez…..

Liqueur de cassis

Celle-ci aussi est très bonne, en particulier pour les douleurs d’estomac et les problèmes de régulation intestinale.

Ecrasez 1 kg de baies de cassis dans 1 litre d’eau-de-vie. Ajoutez 300 ou 400 g de sucre selon les goûts, épicez avec un peu de cannelle, de grirofle ou de gingembre. Puis laissez macérer 2 mois environ, en remuant cette mixture violette assez souvent. Filtrez et dégustez.

Anisette

Versez 1/2 verre de graines d’anis vert (herboristeries ou plantez-en dans votre jardin, cela pousse très bien) dans 1 litre d’eau-de-vie en ajoutant 400 g de sucre, quelques grains de genièvre et un peu de cannelle (facultatif). Laissez macérer 1 mois au moins en remuant de temps en temps, puis filtrez et consommez lorsque vous êtes nerveux, quand votre estomac se contracte, ou si vous prévoyez un repas un peu trop copieux.

Bonbons à l’anis

Mélangez dans une poêle 100 g de sucre avec le jus d’1 citron et 1 cuillerée de beurre. Laissez le sirop frémir doucement sur le feu jusqu’à ce qu’il soit sur le point de trourner au jaune clair. A ce moment, ôtez du feu, jetez dedans une bonne poignée de graines d’anis; mélangez, puis versez sur une assiette huilée et découpez en morceaux dès que c’est dur. Pour éviter les découpages difficiles, utilisez des moules à escargots ou à caramel.

Vous pouvez de la même façon faire des bonbons au zeste d’orange et de citron, au miel, à la menthe …

Publié dans APERITIFS ET DIGESTIFS, LES ENNUIS DIGESTIFS, SANTE NATURE | Pas de Commentaire »

LES PERIODES CRITIQUES ( LA PUBERTE )

Posté par eurekasophie le 23 janvier 2009

LES AGES belleimage1052.gifPEUT GROSSIR

OU L’ON 

Les femmes ont beaucoup d’occasions de prendre du poids tout au long de leur vie. Puberté, contraception, grossesses, ménopause: tous ces événements sont soumis à des variations hormonales qui sont propices à l’installation de quelques kilos indésirables. A ce titre, elles sont beaucoup plus vulnérables que les hommes !

puberteprecoce.jpg

LA PUBERTE

Chez l’enfant,la croissance en taille et en poids est très rapide durant la première année puis se poursuit selon un rythme lent et régulier jusqu’à l’approche de la puberté où elle s’accélère de plus en plus nettement.

A cette période de la vie, le corps change, le bassin s’élargit et le tissu adipeux se répartit au niveau des hanches et des cuisses en vue de la procréation. C’est généralement vers 15- 17 ans que les filles accusent un léger surpoids. Celui-ci s’explique par le fait que la jeune fille cesse de grandir deux ans après le début de ses règles mais continue légèrement à grossir. La plupart du temps les jeunes filles perdent ces 2 à 5 kg excédentaires dans les 3 années pour atteindre leur poids d’adulte entre 18 et 20 ans. Les bouleversements hormonaux qui sont à l’origine des changements morphologiques et éventuellement d’une prise de poids sont également responsables d’importants changements psychologiques. Les comportements de rejet, d’indépendance et d’identification aux modèles de beauté véhiculés par la société peuvent conduire à des troules du comportement alimentaire (alternance de régimes riches et restrictifs) qui sont une porte d’entrée dans l’anorexie et / ou la boulimie.

Le pression culturelle est telle que si l’adolescente ressent un mal-être, elle peut facilement tomber dans le piège des régimes afin de satisfaire à son idéal de sihouette qu’elle confond avec son idéal de bonheur. Le plus souvent, les jeunes filles qui se mettent au régime n’ont pas de problème de poids et leurs kilos en trop sont parfaitement virtuels. Parfois le désir de minceur est transmis par la mère ou le père. Mais une adolescente peut aussi se mettre inconsciemment à grossir pour se protéger d’une situation conflictuelle qu’elle n’arrive pas à gérer.

Comment aider une ado à bien gérer son poids ?

Quelles que soient les raison qui ont favorisé la prise de poids, il faut réagir de la même façon qu’avec un enfant trop rond et rechercher les causes dans l’alimentation familiale, l’organisation des repas, les grignotages pris en dehors de la maison, le manque (ou la cessation) d’activité physique, mais aussi dans les difficultés existentielles. L’alimentation étant un refuge, le dialogue est primordial. Le discours diététique l’est autant et l’adolescente a besoin de repères y compris dans le domaine alimentaire.

Quand le discours familial est confus, ce sont les repères sociaux qui prennent le pas ( minceur filiforme oblige ! ). Il peut être utile de proposer à la jeune fille de consulter un nutritionniste afin qu’elle apprenne à prendre en charge son problème pondéral par elle-même. Si elle est dans une période d’opposition avec ses parents, elle aura plus de change de réagir positivement aux conseils d’un spécialiste. Le retour à une alimentation équilibrée et un peu de sport permettront de retrouver un poids normal et une silhouette harmonieuse.

Publié dans LA PUBERTE, LES PERIODES CRITIQUES | Pas de Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant