• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 janvier 2009

L’ALOE VERA

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

aloevera.gif

 


Une plante aux immenses bienfaits…

Cette plante aurait le pouvoir de diminuer le taux de cholestérol, soigner les ulcères gastriques, soulager les piqures d’insectes, les coupures légères, les petites brulures et coups de soleil… Aujourd’hui, les vertus de l’Aloe vera sont reconnus universellement et scientifiquement.

L’homme a toujours utilisé l’aloès depuis les temps les plus reculés pour soulager bons nombres de ses maux. Utilisé par toutes les grandes civilisations, de nombreux écrits témoignent de ses richesses médicinales et de ses vertus sur le plan cutané. Cléopâtre se servait dit-on de l’aloe vera pour ses soins de beauté. Surnommé « plante divine », « élixir de jouvence », « guérisseur silencieux » ou encore « remède d’harmonie », cette plante a toujours fait l’objet de nombreuses études scientifiques. Grâce aux résultats des recherches, les vertus et la réputation de l’aloès sont aujourd’hui reconnus scientifiquement et adoptés par notre médecine contemporaine ainsi que par l’industrie cosmétique.

Le  » lys du désert » est l’une des plantes les plus anciennes et les mieux considérées…

L’aloès est une plante grasse tropicale aux longues feuilles épaisses vert foncé. Elle appartient à la famille des Liliacées comme le lys, l’oignon, l’ail, l’asperge, le muguet, la tulipe… On répertorie plus de 300 espèces d’aloes dans le monde, toutes ne sont pas médicinales, l’aloe vera est le plus connu et le plus utilisé.
L’aloes pousse naturellement dans les régions semi-désertiques au climat chaud et sec sur des terrains sablonneux et calcaires. Il est originaire d’Afrique équatoriale et mesure de 60 à 80 cm de haut. L’aloès est facile à cultiver et est planté industriellement dans de nombreux pays sur des grandes surfaces (Etats Unis, Amérique Latine, Caraibes…) Chez soi, sa place est conseillée dans la cuisine car son jus apaise coupures et petites brûlures…

L’aloe vera est par excellence la plante des « premiers soins »

L’aloe vera est très riche en vitamines A, B, C, E, en minéraux (calcium, cuivre, fer, lithium, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, sodium, zinc…) en enzymes et en acides aminés essentiels…

L’aloe vera a des vertus digestives, laxatives et cholagogues. Cette plante possède également une action antiseptique, anti-inflammatoire, hémostatique, anti-virale, fongicide et bactéricide. Elle combat la fièvre, favorise la cicatrisation, régénère les cellules, réhydrate et nourrit les peaux sèches. L’aloe vera a en outre des propriétés rafraichissantes.

Bien que la feuille puisse être employée entière, c’est le gel incolore, matière active de la plante, se trouvant au coeur des feuilles, qui est le plus utilisé.

Principales indications : Par Voie INTERNE :

L’aloe vera est conseillé en cas de :

- Fatigue physique, psychique
- Troubles de la mémoire
- Surmenage, stress
- Troubles de la digestion
- Ulcères de l’estomac
- Ballonnements, flatulences

Conseils d’utilisation :

Traitement d’attaque : en cure de 3 mois à raison de 2 à 3 cuillères à soupe par jour. Traitement d’entretien : en cure d’un  mois à chaque changement de saison. L’aloe vera peut être consommé soit pur, soit mélangé à du miel ou à un jus de fruits. Dans tous les cas, reportez-vous aux notices d’information accompagnant les produits.

A noter :

L’aloe vera est un bon complèment alimentaire « tonique » et « vivifiant » en cas de carences ou de diminution des défenses immunitaires.
Attention, à ne pas utiliser par voie interne, pendant la grossesse, chez les enfants ou les personnes agées.

Où le trouver ?

L’aloe vera est vendu sous forme de jus, de capsules dans les pharmacies, les parapharmacies et les magasins bios. Pour que le produit soit efficace, il doit contenir au minimum 90% de principes actifs. L’efficacité dépend avant tout de la pureté du produit, de la méthode de conditionnement et de sa conservation.

aloeveracoupedunefeuile.png Coupe d’une feuille d’aloé vera

Principales indications : Par Voie EXTERNE :

L’aloe vera est conseillé en cas de :

- Brûlures, coups de soleil
- Piqures d’insectes
- Coupures, écorchures
- Irritations de la peau
- Eczema, psoriasis, acné, démangeaisons
- Foulures, entorses, tendinites, articulations douloureuses
- Engelures, gerçures
- Affections du cuir chevelu
- Prévention du vieillissement de la peau

A noter :

L’aloe vera est l’un des meilleurs hydratants qui soit pour le visage et le corps. Il est en effet réputé pour nourrir le derme en profondeur et en fonction de ses besoins… Très prisé en cosmétologie pour ses qualités nutritives, régénératrices, revitalisantes, hydratantes et lissantes, il stimule la régénération cellulaire, la synthèse du collagène et de l’élastine, atténue les ridules et permet la cicatrisation. Ses remarquables vertus et sa non-toxicité en font un agent cosmétique universel…

Où le trouver ?

L’aloe vera est vendu sous forme de gel dans les pharmacies, les parapharmacies et les magasins bios. Faites très attention à la composition et au pourcentage d’aloe vera contenu dans la préparation. Celui-ci devant être le plus elévé possible afin d’obtenir des résultats efficaces.

Recettes naturelles :

** En cas de coupures : faites une entaille en haut d’une des feuilles de l’aloès et laisser couler le gel directement sur la peau. Le gel va stopper l’écoulement de sang et favoriser la cicatrisation. Vous verrez, l’entaille formée sur la plante après le prélèvement, se refermera d’elle même en quelques heures.

** Pour éviter de se ronger les ongles : appliquez un peu de suc jaune extrait à la base des feuilles. Ce liquide au gout très amer empechera de vous ronger les ongles…

Usages multiples :

ACNE, POINTS NOIRS, ECZEMA, PSORIASIS :

Appliqué sur la peau le gel d’aloe vera est très efficace contre les dematoses. II convient aussi bien pour l’entretien des peaux normales que pour le traitement des peaux sèches, grasses et fragiles. Protégeant le pH naturel de la peau, il stimule le renouvellement cellulaire, favorise la desquamation des cellules mortes, adoucit, raffermit et protège. L’épiderme est souple et le teint plus lumineux.

PELLICULES, CHUTE DES CHEVEUX :

L’aloe vera traite les démangeaisons du cuir chevelu, les états pelliculaires, la chute anormale des cheveux. Il convient aussi bien aux cheveux secs qu’aux cheveux gras, fragiles ou abimés. Les cheveux deviennent plus solides, souples, brillants et le cuir chevelu est assaini. Vous trouverez aujourd’hui dans le commerce de nombreux shampooings et soins à base d’aloe vera.

PIQURES D’INSECTES, DEMANGEAISONS:

Le gel d’aloe vera arrête les démangeaisons et soulage les piqûres d’insectes. Il sert également à éloigner les insectes.

EPILATION, RASAGE :

Le gel d’aloe vera calme les irritations, les petites coupures, les rougeurs dûes à l’épilation ou au rasage… Il assouplit et adoucit la peau.

COUPURES, EGRATIGNURES, ECORCHURES :

Le gel d’aloe vera est souverain pour les coupures, les égratignures et les écorchures. Après avoir nettoyé soigneusement la plaie, appliquez le gel afin de stopper le saignement et éviter la formation d’une cicatrice.

BRULURES LEGERES, COUPS DE SOLEIL :

Le gel d’aloe vera apaise, rafaichit et soulage les brulures légères quelles qu’en soient les causes (liquide bouillant, feu, electricité…).

VERGETURES :

Appliqué régulièrement, le gel d’aloe vera préserve de façon efficace la peau des vergetures.

COURBATURES, MAL DE DOS :

Massez légèrement les régions douloureuses avec du gel d’aloe vera.

FOULURES, ENTORSES :

De nombreux athlètes utilisent l’aloe vera pour prévenir et soigner les foulures, les entorses, les tendinites… En cas de claquage ligamentaire, posez une poche de glace sur la région douloureuse puis appliquez du gel d’aloe vera.

Publié dans LA PLANTE DU MOIS | 21 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

DORS MON BEL AMI ….

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

dimanche37.gifdimanche43.gif dimanche37.gif

 

Demain est un autre jour …….. 

 

 

Publié dans MES IMAGES | 2 Commentaires »

ARROSER

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

hederahelix1.jpgpoinsettia.jpgchlorophytumcomosumchlorophyte1.jpg

 

Il est important de savoir doser un arrosage. Insuffisant, il provoque l’étiolement de la plante; excessif, il a des conséquences plus graves et difficilement réparables: les racines sont noyées, les feuilles jaunissent et tombent, la tige pourrit.

La terre du compost, doit être humide sans être mouillée; cela se vérifie facilement en mettant l’index dans le compost jusqu’à 3 cm de profondeur.

Arroser avec de l’eau à la température de la pièce, légèrement tiède s’il fait froid. Bannir l’eau appauvrie en sels minéraux, par un adoucisseur.

Placer la pomme d’arrosoir au ras de la terre, sans mouiller les feuilles basses. Verser l’eau en une seule fois, tout doucement.

S’arrêter dès qu’un excédent d’eau s’écoule dans la coupelle. Attendre 15 mn environ. Jeter l’excédent d’eau recueilli dans la coupelle; les racines ne doivent pas tremper directement dans l’eau.

Laisser la terre sécher complètement entre 2 arrosages, pour les Asparagus, Monstera deliciosa et Sanseviera trifasciata. Pour vérifier que la terre est sèche en profondeur, planter le doigt à 2 ou 3 cm.

Si des traînées blanchâtres apparaissent sur la surface de la terre ou sur le pot, l’eau est trop calcaire. Utiliser dorénavant de l’eau bouillie refroidie, ou l’eau de dégivrage du réfrigérateur.

Quand l’eau traverse immédiatement le pot, comme une passoire, la plante est à l’étroit ou a épuisé les ressources de la terre; il faut songer alors à rempoter.

Rythme d’arrosage, l’été. 2 à 3 fois par semaine:

Fatsia japonica, les Asparagus, les Aspidistra, Impatiens, Chlorophitum, les Ficus, Howeia, Tradescantia, les Philodendron, Sinningia speciosa, Yucca.

1 fois par semaine:

Les Begonia, les Cactées, Hoya Carnosa, les Kalanchoe, les lierres, Monstera deliciosa.

Tous les 7 à 10 jours :

sinnigia1.jpg                                              dimanche131.gif

Sanseviera trifasciata.

Cette périodicité est à moduler, selon le comportement de la plante, en fonction de la température et de l’exposition de l’appartement.

En hiver, doubler le temps qui sépare 2 arrosages.

Pour le Sinningia speciosa, réduire dès l’automne et quand la plante est fanée, ne plus arroser.

Cactées: ne pas arroser d’octobre à mars, sauf si l’intérieur est très chauffé, 1 fois par mois.

Certaines plantes préfèrent l’immersion à l’arrosage. On ne peut vraiment effectuer l’immersion que si le pot est en terre cuite non vernie, donc perméable. Il existe divers procédés pour contrôler l’excédent d’eau, qui ne doit en aucun cas stagner en permanence dans la coupelle ou le cache-pot.

IMMERSION

Emplir l’évier ou une cuvette d’eau. Le niveau d’eau doit parvenir à la hauteur du terreau, lorsqu’on plonge doucement la plante. Le fond du pot doit reposer au fond de l’évier ou de la cuvette. Veiller à ne pas laisser tremper dans l’eau les feuilles basses, et encore moins les fleurs qui risqueraient de pourrir.

Très vite, des bulles apparaissent à la surface de l’eau; l’air contenu dans le terreau est expulsé tandis que l’eau, à travers les parois du pot, pénètre dans le terreau.

Après 5 à 10 mn, selon la taille du pot, lorsque les bulles ont disparu, sortir le pot de la cuvette ou vider l’évier. Laisser égoutter encore 15 mn avant de remettre la plante à sa place.

Dans le cas d’un arrosage excessif, il est prudent d’isoler le fond du pot de celui de la coupelle ou du cache-pot, en le posant sur 2 petites cales en bois.

Avec une coupelle de plantes sans trou de drainage, arroser par le haut en plaçant la pomme de l’arrosoir au niveau du terreau. Incliner la coupelle sur le côté en la calant, afin de permettre l’écoulement de l’excédent d’eau. Attendre une dizaine de minutes, avant de redresser la coupelle et de la remettre à sa place.

Rythme d’immersion

Yucca: 1 fois par semaine.

Saintpaulia : 2 fois par semaine, toute l’année dans de l’eau légèrement tiède.

Sinningia speciosa: 2 à 3 fois par semaine; reduire dès l’automne et arrêter dès que la plante se fane.

Platycerium: 1 fois par semaine l’été, tous les 10 jours l’hiver dans de l’eau légèrement tiède; le compost doit sécher entre 2 immersions.

Publié dans TOUT EN VERT ...... | Pas de Commentaire »

DE COMBIEN DE CALORIES……..

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

Besoin énergétique quotidien des adultes et des enfants

Le métabolisme de base (ou métabolisme basal) diffère selon l’âge et le sexe.

Chez les enfants, le besoin énergétique moyen du métabolisme basal par kg

de poids corporel est proportionnellement plus élevé que chez les adultes,

parce qu’étant en pleine croissance, ils doivent sans cesse former une grande

quantité de tissu corporel. Les adolescents et les jeunes adultes (de 15 à

19 ans) ont par exemple un métabolisme basal moyen de 1820 kcal

(hommes) ou 1460 kcal (femmes). Les adultes ont besoin en moyenne de

1650 kcal (hommes) et 1300 kcal (femmes) par jour. Les hommes brûlent plus

de calories que les femmes, car ils ont en général un volume corporel plus

grand et plus de muscles.

En cas d’activité physique moyenne, le besoin énergétique quotidien total

s’élève à 2900 kcal pour un homme et à 2300 kcal pour une femme. Pour un

garçon entre 10 et 12 ans, il est de 2190 kcal et, pour une fille du même âge,

de 1950 kcal par jour.

Principe du bilan énergétique

L’excès de poids est un des plus gros problèmes de santé de notre époque. Il

résulte d’un apport énergétique trop élevé et d’une activité physique trop

faible. En d’autres termes, de plus en plus de gens ont un mode de vie

« sédentaire » et font moins d’exercice, tandis que l’apport énergétique moyen

par habitant reste constant.

Rares sont ceux qui savent quelle quantité d’exercice physique est nécessaire

pour brûler des calories. Un exemple : une grosse portion de pâtes avec de la

sauce (environ 200 g) fournit à peu près 400 kcal d’énergie. Pour brûler cette

quantité d’énergie, il faut :

o soit écrire pendant 3 h 20,

o soit rouler à vélo en fournissant un effort d’intensité moyenne pendant

¾ heure,

o soit jouer au tennis pendant ½ heure.

Comment calculer la valeur calorique d’un aliment ?

Pour connaître la valeur calorique d’un aliment, il faut connaître sa teneur en protéines, lipides et glucides .

Il suffit de multiplier chacun de ces nutriments par le nombre de calories qu’il libère par gramme.

Par exemple, dans 100 g de pain il y a : 55 g de glucides et 10 g de protéines. Cela fait donc un apport calorique de :

55 x 4 (glucides) + 10 x 4 (protéines) = 260 calories

Le nombre de calories dont le corps à besoin quotidiennement en fonction du sexe et de l’âge:

Hommes……………………………………………….Calories

Activité physique réduite :                              2 100

Activité physique moyenne :                          2 700

Activité physique importante :                        3 000

Activité très intense :                                     3 500

Femmes………………………………………………..Calories

Activité physique réduite :                             1 800

Activité physique moyenne :                          2 000

Activité physique importante :                        2 200

Femmes enceintes :                                       2 200 à 2 500

Enfants…………………………………………………..Calories

De 1 à 3 ans :                                                 1 270

De 4 à 6 ans :                                                 1 610

De 7 à 9 ans :                                                 1 880

Garçons de 10 à 12 ans :                               2 190

Filles de 10 à 12 ans :                                     1 950

Adolescents…………………………………………….Calories

Garçons de 13 à 15 ans :                               2 480

Filles de 13 à 15 ans :                                    2 140

Garçons de 16 à 17 ans :                               2 870

Filles de 16 à 17 ans :                                    2 240

Publié dans BIEN MANGER | 1 Commentaire »

COMBIEN DE CALORIES…..

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

Publié dans BIEN MANGER | 1 Commentaire »

JOUEZ LES EQUIVALENCES……..

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

 

 

 

 

equivalence2003.gif 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans BIEN MANGER | Pas de Commentaire »

JOUEZ LES EQUIVALENCES

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

 

 

 

 

equivalence2002.gif 

 

 

 

 

 

Publié dans BIEN MANGER | Pas de Commentaire »

JOUEZ LES EQUIVALENCES……..

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

 

 

 

 

equivalence2001.gif

Publié dans BIEN MANGER | Pas de Commentaire »

BIEN MANGER (5)

Posté par eurekasophie le 22 janvier 2009

bienmanger10.jpgbienmanger9.jpgbienmanger8.jpg

 

 

COMMENT

COMPOSER VOS MENUS ?

En terme de calories, nous devons consommer chaque jour 50 à 55 % de glucides (féculents, fruits, légumes, produits sucrés…), 30 à 35 % de lipides (huile, margarine, produits gras…) et 10 à 15 %  de protéines (viande, poisson, oeufs….). En principe, il est donc nécessaire de cpmptabiliser les calories pour savoir si les proportions entre les différents nutriments sont respectées. Si l’on ne veut pas trop se compliquer la vie, on peut se fier au système de la pyramide alimentaire afin de mieux comprendre quelle place accorder aux aliments.

 

LES ALIMENTS DE LA SATIETE

A la base de la pyramide alimentaire, on trouve les féculents (pâtes, céréales, pommes de terre, pain, légumes secs) et les fruits et légumes. Ils doivent représenter au moins 50 % du budget calorique. Ils apporteront la ration nécessaire en glucides complexes (féculents), en glucides simples (fruits) et contribuent à l’apport en fibres, vitamine, minéraux et protéines végétales. Ce sont des aliments qui apportent du volume et calent bien l’estomac avec un apport en calories réduit. Les légumes verts peuvent être consommés à volonté, les féculents et les fruits en quantité raisonnable. Bien que les fruits soient sucrés, du fait de leur apport en fibres, on peut les assimiler à des sucres lents.

Conseils: Mangez des légumes à tous les repas, crus ou / et cuits. Pour les accompagner, choisissez des assaisonnements légers.

Privilégiez les céréales et le pain complets dont les glucides complexes ne sont pas dégradés.

Faites cuire les pommes de terre avec leur peau à l’eau, à la vapeur ou en papillote. Frites ou en purée, les pommes de terre sont assimiliées à des sucres rapides: elles se digèrent beaucoup plus vite et provoquent une montée d’insuline. Celle-ci ralentit la combustion de la graisse dans l’organisme.

De même, consommez les fruits de préférence crus ou cuits à la vapeur. Mixés ou en purée, ils s’assimilent trop vite.

LES ALIMENTS CONSTRUCTEURS

Les aliments d’origine animale (viandes, poissons, oeufs, produits laitiers) se trouvent au milieu de la pyramide alimentaire. Plus énergétiques, ils sont une source de protéines mais aussi de lipides. Les produits laitiers participent également à l’apport en glucides. Nous avons tendance à trop consommer de ce groupe d’aliments qui contient des  » graisses cachées  » (gras de viande, sauces, fromages). Il est nécessaire de contrôler les quantités et de choisir des aliments le moins gras possible (volailles, poissons, viandes rouges dégraissées, fromages légers, produits laitiers maigres).

Conseils: Préférez le poisson et la volaille aux viandes rouges grasses qui doivent être consommées moins fréquemment. D’autre part, poissons et volailles s’accomodent très bien de modes de cuisson diététique.

Préparez les oeufs sans matière grasse et limitez leur consommation à 3 ou 4 par semaine car ils contiennent du cholestérol.

LES ALIMENTS ENERGETIQUES

Cette catégorie d’aliments qui se trouve au sommet de la pyramide alimentaire doit être consommée en petite quantité car elle est très énergétique. Graisses et sucres apportent de la saveur et nous avons tendance à trop en consommer d’où nos soucis de santé (hypercholestérolémie, diabète, surpoids). Cependant, ils contribuent à l’apport en acides gras insaturés (huiles végétales), en acides gras essentiels (margarines) et en vitamine A (beurre cru ou pasteurisé). Si certaines boissons alcoolisées (vin, bière) apportent des tanins protecteurs, l’alcool pur contient des calories vides. Une consommation abusive d’alcool (au-delà d 2 verres pour la femme et de 3 verres pour l’homme) peut entraîner un excès de triglycérides dans le sang. De même si l’on prend on compte le sucre du café, des pâtisseries, des préparations et boissons industrielles, nous avons tendance à consommer trop de sucres simples.

Conseils: Privilégiez les huiles et les margarines végétales, évitez le beurre cuit.

Limitez le sucre blanc et les produits sucrés (les fruits contiennent suffisamment de sucres naturels). Un peu d’édulcorant peut aider à conserver la saveur sucrée avec les calories en moins, notamment en période de régime.

Evitez tous les grignotages sucrés ou salés en dehors des repas. Même minimes, ils ralentissent la perte de poids.

VARIEZ ET ASSOCIEZ JUSTEMENT

La meilleure chance de ne pas donner prise aux kilos superflus est de composer ses menus en puisant dans toutes les familles d’aliments. De plus, certaines associations au cours d’un même repas sont particulièrement bénéfiques pour la santé

Fibres et lipides: associer les fibres des céréales ou des légumes aux aliments riches en lipides afin de favoriser l’élimination de ces derniers.

Sucres lents et sucres simples: la consommation de sucres lents (céréales) avec celle de sucres simples (fruits, sucre) permet de ralentir l’absorption de ces dernières.

Vitamines et minéraux: c’est encore par assotiation que fonctionnent vitamines et sels minéraux. C’est ainsi que la vitamine D des oeufs, du beurre et des poissons gras facilite l’absorption du calcium (lait, fromage).

Protéines animales et végétales: le fer héminique de la viande agit en synergie avec le fer non héminique des légumineuses. Par exemple, la consommation de boeuf associée à des lentilles double le taux d’absorption du fer non héminique contenu dans les légumineuses.

 

Publié dans BIEN MANGER | 1 Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant