• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 16 novembre 2008

LAPIN

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

-Civet

**Versez un flet de vinaigre dans le sang que vous ajouterez à votre civet pour l’empêcher de coaguler.

giflapin.gifCelui-ci n’est pas près d’être dans la casserole…..

**Trois cuillerées à soupe de café très fort dans le vin de cuisson améliorent le goût du civet.

supertoinettecuisine1.gif

VOICI UNE RECETTE DE CIVET DE LAPIN

Plat de viande du chef ANTOINE WESTERMANN

pour 4 pers.

- 1 lapin de 1,7 kg
- 2 gousses d’ail
- 2 petites branches de céleri
- 1 demi poireau
- 1 oignon
- 1 carotte
- 3 baies de genièvre
- 1 brindille de thym
- 1 petite feuille de laurier
- 1 clou de girofle
- 2 cuillères à soupe de farine
- 1 litre de vin rouge corsé, tanique
- 1 filet d’huile d’arachide
- Sel et poivre

Demander à son boucher de couper le lapin en 9 morceaux. Maintenir les peaux à l’aide de petits piques en bois.

1) Faire mariner le lapin : Peler, fendre en deux, puis dégermer 2 gousses d’ail. Eplucher 2 petites branches de céleri, les ciseler. Eplucher 1 oignon, 1 demi poireau, 1 carotte et couper le tout en morceau. Disposer dans un plat creux les morceaux de lapin sans les chevaucher.Ajouter dans le plat les gousses d’ail, les morceaux de céleri, d’oignon, de poireau et de carotte, une brindille de thym, une petite feuille de laurier, 3 baies de genièvre, et 1 clou de girofle. Mouiller avec 1 litre de vin rouge corsé, tanique. Poivrer, filmer et entreposer toute une nuit au réfrigérateur.

2) Après avoir mariné, égoutter les morceaux de lapin, et récupérer la marinade. Chauffer dans une poêle un filet d’huile d’arachide, disposer ensuite les morceaux de lapin, les faire dorer sur chaque face. Puis les dresser dans une cocotte, les assaisonner. Ajouter, faire colorer, revenir la garniture aromatique dans cette même poêle sans ajouter de matière grasse, assaisonner. Ajouter la garniture colorée sur les morceaux de lapin. Saupoudrer le tout de 2 cuillères à soupe de farine, couvrir et cuire une dizaine de minute sur feu très doux, ne pas remuer.

3) Verser la marinade dans une casserole, la porter à ébullition. Au premier bouillon, réserver sur feu éteint.

4) Après 10 minutes de cuisson, retourner les morceaux de lapin. Compter à nouveau 5 à 10 minutes de cuisson, toujours sans remuer. Passer ensuite la marinade bien chaude sur les morceaux de lapin afin d’éliminer toutes les petites particules qui risqueraient de troubler la sauce. Couvrir et laisser cuire ces morceaux de lapin sur feu doux pendant 1h30, remuer une à deux fois pendant la cuisson.

5) Après 1h30 de cuisson, retirer la cocotte de la plaque de cuisson. Disposer les morceaux de lapin dans une seconde cocotte, en éliminant la garniture aromatique, et les maintenir chauds en couvrant. Passer la sauce dans une troisième cocotte, la porter à ébullition, et la laisser réduire d’1/4, rectifier éventuellement l’assaisonnement, verser cette sauce bien chaude sur les morceaux de lapin. Servir ce civet de lapin avec des pâtes alsaciennes.

 

Publié dans "L", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LAQUE …peinture….à cheveux…etc.

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

-Peinture

Pour obtenir une …(exemple) : porte , impeccablement laquée, passez d’abord deux couches mates avant la couche brillante.

-A cheveux

Pour vous assurer de la légèreté d’une laque à cheveux, en vaporiser un nuage sur une vitre et l’essuyer immédiatement avec un chiffon. Si aucune trace ne subsiste, soyez rassurée, personne ne verra que vous avez fait tenir votre coiffure avec de la laque.

-Objet

N’utilisez jamais d’eau pour nettoyer des objets en lque; un tel traitement leur enlèverait leur brillant. Préparez plutôt une pâte constituée d’une cuillerée de farine délayée par moitié avec de l’huile de lin et de l’essence de térébenthine. Frottez en rond et faites briller avec un chiffon doux, pour ne pas rayer la laque.

L’eau de son constitue également un bon produit de nettoyage. Pour l’obtenir: mettre 100 grammes de son dans un vieux bas nylon et faire infuser dans un demi-litre d’eau très chaude. Imbiber un chiffon de l’eau obtenue et en frotter délicatement la laque. Rincer puis faire briller.

Publié dans "L", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaire »

LAVABO

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

-Email

** pour un entretien régulier, je vous recommande tout simplement de le frotter avec une moitié de citron.

** pour un entretien en profondeur, le badigeonner avec de l’eau de Javel, laisser agir puis rincer.

** Prendre une brosse souple pour les ongles ou les vêtements,  déposer sur l’émail à traiter une noisette de dentifrice antitartre et frotter légèrement avec un peu d’eau pour bien l’étaler.
Rincer abondamment par la suite.
L’émail du lavabo sera brillant, sans traces de savon ou de tartre.

Publié dans "L", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaire »

LAVAGE

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

-Linge neuf

Prendre l’habitude, pour tous les textiles garantis grand teint, de les laisser tremper dans de l’eau chaude pendant plusieurs heures avant de les laver en machine. Ils perdront l’apprêt du neuf et resteront souples.

Publié dans "L", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaire »

LEGUMES

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

panierdelgumes.gif

 -Cuisson

Il est très possible de réduire le temps de cuisson de tous les légumes en ajoutant un peu de bicarbonate de soude à leur eau.

Ne salez plus leur eau de cuisson, cela les durcirait. Ne le faites qu’au moment de servir.

- Flétris

Si des légumes que vous avez rapportés frais de la campagne sont un peu flétris, trempez-les dans de l’eau additionnée de vinaigre et de deux morceaux de sucre. Ils retrouveront suffisamment de fraîcheur pour être consommés.

-Fraîcheur

Retrouvons une bonne vieille recette de grand-mère pour conserver toute leur fraîcheur à des légumes verts: les envelopper très serrés dans du papier journal.

-Gelés

Des légumes que l’on a malencontreusement laissé geler peuvent revenir à un état de fraîceur grâce à un traitement très simple: les plonger dans un bain d’eau froide salée pendant une heure. Ce procédé est particulièrement valable pour les carottes, les choux et les pommes de terre; il peut d’ailleurs être également appliqué aux fruits.

Publié dans "L", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaire »

LE ROMARIN

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

romarin2.jpgLe romarin (du latin rosmarinus : rosée de mer), Rosmarinus officinalis, famille des labiées, originaire de Méditerranée…

Appelé : Encensier, Herbe aux Couronnes, Rose-Marine.

Cet arbuste aromatique à petites feuilles en forme d’aiguilles persistantes d’un vert argenté et à fleurs bleues-violettes, d’une saveur piquante avec une forte odeur et un goût amer, est une espèce spontanée dans les régions méditerranéennes, sur les terrains calcaires. Il peut atteindre de 0,60m à 1,80m. Il est cultivé dans les jardins depuis l’Antiquité pour ses qualités aromatiques et médicinales. C’est une bonne plante mellifère : le miel de romarin est fort, de couleur ambrée et très parfumé.

A savoir :
Le romarin est utilisé en parfumerie depuis très longtemps; il entre dans la composition des parfums masculins et des eaux de Cologne. L’antique Eau de la Reine de Hongrie est un alcoolat qui pourrait dater du XIVe siècle et dont le romarin était l’un des principaux composants. Son nom vient de la reine Elisabeth de Hongrie qui, au 14e siècle, l’aurait utilisé durant toute sa longue vie. A l’âge de 78 ans, le roi de Pologne l’aurait demandée en mariage, ébloui par la fraîcheur de son teint …

Conservation, séchage …

Récolter le romarin par temps chaud, avant la floraison. Faire sécher à l’ombre dans une endroit aéré :
- Faire un bouquet en formant une boucle aux deux extrémités.
- Suspendre, la tête en bas, dans un lieu sec, aéré, sombre pendant deux ou trois semaines.
- Pour le protéger de la poussière,
couvrir d’un sac en papier que vous percez des trous. Pas de plastique !
- Quand les feuilles s’émiettent, qu’elles craquent sous les doigts, frotter le bouquet entre les mains en plaçant une feuille de
papier cuisson en-dessous.
- Verser dans un bocal aux parois opaques pour ralentir l’oxydation.

Pour fabriquer une poudre :
- Avec un
robot ou un mixeur, réduire en poudre.
-
Conserver dans des flacons de verre avec couvercle hermétique et à l’abri de la lumière.

Il est possible de faire sécher au-dessus d’un radiateur ou dans un four entrouvert réglé au minimum.

On peut aussi congeler la plante par petites quantités : laver, ranger dans de petits sacs plastiques étiquetés et placer au congélateur.

romarin4.jpg

Propriétés : antiseptique, astringeant, tonifiant, aromatique, cholagogue.
Le romarin apaise les nerfs, stimule le fonctionnement de la vésicule biliaire, améliore les processus digestifs et combat les douleurs musculaires.

Usage interne :
Tisanes ou infusion : contre les indigestions et digestions difficiles, les grippes, pour combattre les affections du foie, le manque d’appétit, l’anémie. (faire infuser 1 cuillère à soupe de plante sèche ou fraîche dans 1 l d’eau bouillante).

Usage externe :
- Infusion que l’on utilise en compresses directement appliquées sur les parties du corps atteintes par des rhumatismes.
- Infusion utilisée en fumigation pour traiter les peaux grasses à tendance acnéique.
- Infusion utilisée en dernière eau de rinçage sur les cheveux gras et les cheveux à pellicules. Masser le cuir chevelu. Ne pas rincer.
- En bouquet (ou en infusion), dans le bain pour stimuler et tonifier.

- Huile pour le corps (macérat) : pour tonifier la peau du visage ou du corps. Faire macérer durant 15 jours quelques branches fraîches dans une petite bouteille d’huile de tournesol bio ou d’olive bio. Placer au soleil. Après 15 jours, filtrer et mettre en bouteille. Utilisable plusieurs années.

L’essence de romarin est obtenue par la distillation des branches, sans les sommités fleuries. Elle contient du bornéol, du cinéol (ou eucalyptol), du camphène et du pinène. A n’utiliser que sur les conseils d’un pharmacien ou d’un médecin naturopathe.

Parlons cuisine…

Utilisation
: pour les ragoûts, les
viandes, volailles, soupes, marinades, les poissons, les légumes cuits à l’eau, la ratatouille, les sauces au vin, le gibier, les grillades au barbecue, civets, farces. On en parfume même les flans, confitures et gelées, glaces, crèmes, coulis, papillotes.
Le romarin a la particularité de saler, il importe donc de bien veiller à
l’assaisonnement.

Huile
par macération : Remplir une bouteille en verre avec les herbes fraîches, recouvrir avec de l’huile au parfum neutre. Laissez macérer pendant deux semaines au moins. Filtrer et remettre en bouteille fermée.
Vinaigre : chauffez un vinaigre de vin ou de cidre et versez sur les feuilles légèrement écrasées.

Publié dans "R**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LE PRUNIER ET LE PRUNELLIER

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

prunelier1.jpgComme il existe une épine blanche, il existe une épine noire: la première est l’aubépine, la seconde le prunellier.

Est-ce la forme la plus sauvage du prunier domestique? les botanistes n’ont pas réussi encore à le dire. Mais qu’il est joli , ce buisson bardé d’épines sombres, lorsqu’il fleurit au premier printemps: on jurerairt une neige attardée au grand soleil… le prunellier n’atteint guère que » 2 m « de hauteur , et donne de petits fruits bleu-noir, incroyablement âcres au goût; on l’appelle encore buisson noir, mère des bois, pélossier, fourdinier, cravichon, caverou ou créquier; il fréquente la lisière des bois et les clairières, et se plaît en rang serrés, dans les  haies vives.

prunellier21.jpg Son grand cousin « civilisé » le prunier vrai, encore dit pruneautier, a été diversifié par les arboriculteurs en une foule de races aux fruits délectables (mirabelles, reine- claude, etc.): on en connaissait déjà 180 variétés au temps de Louis XIV ; aujourd’hui, c’est par centaines qu’il faudrait compter.

prunellierfleurs.jpg Fleurs du prunellier

C’est surtout à la forme sauvage du prunier que la phytothérapie emprunte ses remèdes: je vous expliquerai les vertus de la prune de culture après celles de l’écorce, des feuilles et des fruits du prunellier. Les feuilles de ce dernier, en infusion ou en décoction, se montrent dépuratives. Les fruits (dont on fait l’eau-de-viede prunelle) doivent à leur âcreté même leur propriétés astringentes: en d’autres termes, ils resserrent les capillaires sanguins (ce qui est utile dans tous les cas  de plaies, de saignements, d’hémorragies), et ils renforcent l’action des muscles constricteurs des intestins et des canaux urinaires (ce qui les fait recommander contre les diarrhées, les incontinences d’urine, etc.). Les fleurs se montrent diurétiques, dépuratives et laxatives; elles aident à la guérison des crampes d’estomac, des diarrhées, des coliques, mais aussi de la toux, des maladies pulmonaires et des pertes blanches chez les femmes. L’écorce du végétal, enfin, outre qu’elle est astringente comme les fruits, fait tomber la fièvre et s’utilise en poudre comme dentifrice.

RECOLTE

Cueillez les fleurs du prunellier au premier printemps, avant l’épanouissement, et faites-les sécher en les étalant au soleil. Lorsque la saison est un peu plus avancée récoltez les feuilles et l’écorce du végétal. C’est en hiver seulement que  vous pourrez ramasser les prunelles mûres.

PREPARATION ET EMPLOI

Infusion ou décoction

de feuilles: jetez une demi-poinée de feuilles fraîches ou sèches dans un litre d’eau. (2 tasses par jour.)

Infusion ou décotion

de fleurs: jetez une demi-poignée de fleurs sèches dans un litre d’eau. (2 à 4 tasses par jour.)

Décoction

d’écorce: jetez une poignée d’écorce concassée dans un litre d’eau. (2 tasses par jour.)

de prunelles: jetez une demi-poignée de prunelles mûres dans un litre d’eau. (Usage interne, contre les diarrhées, les saignements, l’incontinence d’urine, etc. : 2 tasses par jour.) Jetez une poignée et demie de prunelles dans un litre d’eau. (Usage externe, en compresses sur le ventre ou le bas-ventre contre les diarrhées et les infections des voies urinaires, en gargarismes contre les maux de gorge et les inflammations de la bouche.)

Poudre

d’écorce: comme dentifrice, directement sur la brosse.

Bains de mains et de pieds

Comptez une poignée de prunelles et de fleurs de prunellier par litre d’eau.

prunierfleurs2.bmp  Le prunier domestique a certes conservé quelques-unes des vertus de l’espèce sauvage; mais tout se passe comme s’il avait voulu les concentrer dans ses fruits d’or, d’émeraude, ou d’améthyste……

Les prunes fraîches doivent être plus particulièrement recommandées aux rhumatisants, aux goutteux, à ceux qui souffrent de calculs urinaires, à ceux qui sont affligés d’artériosclérose, aux constipés et aux malades du foie; crues, elles sont mal supportées par quelques estomacs délicats; mais cuites, elles conviennent à tout le monde. L’amande contenue dans leur noyau, comme celle de la pêche, est toxique.

Les pruneaux (secs, demi-secs), quant à eux, sont connus depuis l’Antiquité romaine pour leur richesse en matières énergétiques, pour l’aide qu’ils apportent au foie, et pour leur activité contre la constipation: ils forment le plus doux des laxatifs connus (si les fleurs de prunellier constituent le plus économique). Leur action n’est pas ponctuelle: elle dure, et elle n’est pas suivie d’une aggravation du mal, comme c’est trop souvent le cas avec certains médicaments chimiques. Il est certes plus agréable de consommer les pruneaux bien pleins de sucre, bien délicieux, ou leur jus, longuement élaboré au grand soleil; mais les puristes prétendent, non sans raison, que c’est d’abord la cellulose des fruits qui assure le dégagement de l’intestin; en conséquence, ils recommandent de faire cuire trois fois ces fruits dans trois eaux différentes, afin de n’avaler que la bouillie insipide qui en résulte.

Publié dans "P**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

LEVURE

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

-De bière

La levure de bière craint les températures extrêmes. En conséquence, évitez le chaud autant que le froid. Ne l’entrpsez donc pas dans votre réfrigérateur, car son ferment serait tué, et ne la délayez jamais avec de l’eau chaude car elle ne lèverait plus.

-De boulanger

Il en est un peu de la levure de boulanger comme de la levure de bière, aussi est-il souhaitable de la délayer à l’eau tiède. Sinon, elle perdrait son action au contact de l’eau froide et son ferment serait tué par de l’eau chaude.

-Chimique

Ne l’intégrez à une pâte qu’en fin d’opération, sinon elle perdrait ses propriétés.

Publié dans "L", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaire »

LIEGE

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

-Entretien

Peut-être hésitez-vous à faire appel à ce matériau, de crainte qu’il soit d’un entretien difficile. Voici l’astuce qui fera tomber votre réserve: pour le laver, faites infuser dans de l’eau 400 grammes de son pour deux litres d’eau bouillante, et imbibez un chiffon de l’eau de son que vous obtiendrez. Frottez-en le liège, rincez à l’eau froide, essuyez et laissez sécher

Publié dans "L", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaire »

LIERRE

Posté par eurekasophie le 16 novembre 2008

maisonrecouvertedelierre.jpg          Lierre devenant trop envahissant ?

Le meilleur moyen pour se débarrasser d’un lierre devenu trop envahissant est de fabriquer un lait de chaux concentré. Si la teinte bleutée ne vous paraît pas suffisante, ajouter à ce lait une solution de sulfate de cuivre (vitriol bleu).

Publié dans "L", Astuces de "Z" a  "A" | Pas de Commentaire »

12
 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant