LE FRAISIER

Posté par eurekasophie le 14 novembre 2008

fraisedesbois2.jpgJe ne parlerai pas ici de la fraise de culture , sélectionnée, aseptisée, manipulée, dénaturée, gorgée d’engrais chimiques, qu’on peut importer du Cap en hiver, et qui n’a plus, en fait de goût, qu’une vague saveur sucrée……

Seule l’adorable, la délicieuse, l’élégante fraise des bois m’intéresse; c’est la parure vermillon des buissons d’ombre verte; c’est la larme de sang pur des coteaux et des forêts enchantés au joli mai frémissant.

Quoi de plus ravissant que ses feuilles à trois lobes du vert le plus tendre ? que ces fleurs rosacées à 5 sépales et à 5 pétales immaculées, avec un buisson d’étamines d’or au centre ? que ces fruits (ses faux fruits, en vérité, les vrais étant constitué par les « graines » superficielles de la fraise) rouges comme les lèvres des jeunes filles? Le fraisier, sous ses airs modestes, se multiplie activement, non seulement par ses graines, mais encore végétativement, à coups de stolons, tiges qui partent d’un pied, s’enracinent à quelque distance, et donnent bientôt une nouvelle plante. L’espèce, de la sorte, à très ingénument colonisé la Terre…..

Le fraisier sauvage, dit encore capron, caperonnier, majaufe ou breslingue, était à l’évidence déjà connu de nos ancêtres des cités lacustres (en témoignent de nombreuses graines fossiles). Les Anciens l’estimaient, du médecin grec Théophraste aux poètes latins Ovide et Virgile. Au Moyen Age, la plante était considérée comme magique, et c’est seulement au XVI ème siècle que les médecins ont recommencé de s’y intéresser de près. Ils l’ont dite alors propre à guérir les plaies et les ulcères, les coliques, la dysentrie, les maladies de la rate, les inflammations du foie, les infections des reins et de la vessie, enfin les affections de la bouche et les dents branlantes. Le grand botaniste suédois Linné lui-même, un peu plus tard, jurait s’être soigné de la goutte par une véritable  débauche de fraises, et l’écrivain français Fontanelle, qui mourut centenaire, leur attribuait sa verdeur…… Madame Tallien, quant à elle, s’en servait pour préparer ses bains de beauté: la recete n’a pas été perdue; il est une femme merveilleuse qui entretient la fraîcheur de son teint par la seule application de rondelles de fraises des bois.

fraisedesbois1.jpg

Rien n’est plus agréable que de boire un thé de fraises, confectionné avec les feuilles et les racines de la plante. Rien n’est plus utile aussi, car le breuvage est trèspropre à purger le sang, à stimuler tous les organes et à calmer le nerfs. (L’infusion de racines donne une couleur rougeâtre aux urines, mais elle est absolument sans danger.) A l’aide des feuilles pilées du végétal, on fabrique des cataplasmes fort efficaces contre les ulcères et les plaies infectées. La décoction de feuilles et de racines sert en bains de mains et de pieds ou en lavements contre les diarrhées, en lotion contre les mauvaises gerçures, et en gargarismes contre les maux de gorge.

La fraise en elle-même– le fruit rouge et délicieux de cette espèce que les dieux ont bénie–, est fort nutritive, apéritive, rafraîchissante, purgative et calmante. Cure intensive recommandée à tous ceux qui souffrent de paresse intestinale, aux malades du foie, aux goutteux, aux rhumatisants, aux nerveux, aux anémiques et à tous les convalescents (car elle est reminéralisante, grâce à son fer, à son phosphore, à son calcium, à sonbrome, etc.). Son suc frais, appliqué sur la peau, nettoie, entretient et embellit cent fois mieux cette dernière que toutes les lotions chimiques (dangereuses) que certaines publicités imposent aux femmes.

La fraise n’a qu’un inconvénient: certains sujets sensibles, après en avoir absorbé une certaine quantité, réagissent en développant une forte crise d’urticaire. Ceux-là devront évidemment s’abstenir d’y avoir recours–encore que j’aie vu infiniment plus de crises d’urticaire imputables à des fraises  » industrielles  » qu’à des fraises sauvages……D’ailleurs, il n’est pas sûr que la fraise soit la cause d’allergies véritables: il serait bon de penser que les boutons et les rougeurs, lorsqu’ils apparaissent, sont le signe de l’expulsion brutale des toxines contenues dans le corps–expulsion due à l’effet purgatif des délicieux fruits rouges.

Récolte

Cueillez les fraises des bois quand elles sont bien mûres: la saison dépend en vérité du lieu où vous vous trouvez (dès avril en Provence, jusqu’en août à 1500 m d’altitude dans les Alpes)…. N’oubliez pas de rapporter de votre promenade une provision de racines et de feuilles du végétal. Quand à la fraise de culture, au jardin, elle fera vos délices….et votre santé, à condition que vous l’entreteniez sans insecticides ni engrais chimiques.

 

Préparation et emploi:

 

Infusion

de racines et de feuilles: comptez une poignée de plante fraîche ou sèche par litre d’eau. (A volonté.)

Thé

de racines et de feuilles: procédez comme pour un thé normal, après avoir soigneusement lavé les racines. (A volonté.)

Décoction

de racines et de feuilles (usage externe: lotions, bains de mains et de pieds, gargarismes, etc.): comptez une poignée et demie de plante par litre d’eau.

Dentifrice

de fraises: réduisez en poudre une poignée de feuilles et de racines de fraisier, et mêlez-les à de la craie également pulvérisée; frottez vos dents et vos gencives à la brosse, à sec, et rincez. Je vous certifie que vos gencives se renforceront, et que l’émail de vos dents sera bien moins attaqué que par n’importe quel dentifrice.

Lait de beauté

à la fraise: recueillez le suc frais des fruits mûrs, et mélangez-le à un peu de lait; laissez plusieurs heures, voire toute la nuit sur votre visage, avant de rincer à l’eau de rose.

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Une Réponse à “LE FRAISIER”

  1. net dit :

    I’m curious how creative writing instructors at colleges and universities handle students who write about really disturbing things and who seem potentially dangerous to themselves and others? Are instructors privy to students’ mental health records? Do they let such students get away with violent or disturbing writing in an effort NOT to stir too much trouble? Do you become proactive in trying to help these students? Do you undergo training to deal with problem students? As a creative writing student at a university, I often see disturbing stuff brought into workshops. I’m wondering what the profs think of all this. Thanks to any answers!.
    net http://sjlkdfjsdklj.net

Laisser un commentaire

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant