• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 14 novembre 2008

LE LILAS

Posté par eurekasophie le 14 novembre 2008

lilas4.jpglilas21.jpglilasblanc.jpg      

 

Le lilas embaume les charmants villages aux toits rouges ou gris dès le premier printemps: c’est à l’heure de la sève montante et des rayons d’or du soleil neuf qu’il a le plus de vertus.

Ses grosses grappes tendues de fleurs mauve clair ou blanc pur, entre ses feuilles coupées net, charment les regards et plongent l’âme dans un ravissement indicible.

L’arbuste, qu’il est inutile de décrire plus longuement, atteint jusqu’à 10 m de hauteur. Il est originaire de l’Europe balkanique et du Moyen-Orient. Son nom lui vient de l’arabopersan likâk. Il a été introduit en Espagne dès le X ème siècle par les Maures, mais il n’a fait son apparition dans les autres pays d’Europe occidentale qu’au XVI ème siècle.

Le lilas est extrêmement amer dans toutes ses parties: aussi les animaux de ferme le respectent-ils– même les plus voraces d’entre eux, les chèvres. Mais cette amertume fait aussi sa valeur médicinale: d’une part, il est très propre à faire baisser la fièvre; d’autre part, il se comporte comme un excellent tonique, notamment du système digestif dans son ensemble. Il est recommandé contre les digestions difficiles, l’aérophagie, les gonflements du ventre et les diarrhées.

Récolte

Plantez donc, si cela vous est possible, un lilas devant votre porte: c’est un régal pour les yeux comme pour le nez!! A notre époque, rien ne vaut le parfum subtil qu’il dégage: vous aurez l’impression d’être purifié, pour un moment, de toutes les puanteurs de la civilisation industrielle…..Récoltez au printemps l’écorce des jeunes rameaux, les feuilles les plus fraîches et les fleurs odorantes de l’arbuste, que vous ferez sécher à l’ombre. Cueillez aussi, un peu plus tard, les fruits ( capsules) du végétal.

lilas5.jpg

Préparation et emploi

Infusion et décoction

de fleurs: jetez une demi-poignée de fleurs sèches dans un litre d’eu. (2 à 3 tasses par jour, cmme tonique du système digestif.)

de feuilles: jetez une demi-poignée de feuilles sèches dans un litre d’eau. ( 2 à 3 tasses par jour, pour faire tomber la fièvre.)

Décoction concentrée

d’écorce: jetez une demi-poignée d’écorce pilée dans un litre d’eau. (2 tasses par jour, pour faire tomber la fièvre.)

Décoction légère

de fruits: jetez 10 pincées de capsules fraîches ou sèches dans un litre d’eau. ( 2 tasses par jour.)

Bains de mains et de pieds

jetez une demi-poignée de fleurs, une demi-poignée de feuilles et une demi-poignée d’écorce pilée dans une cuvette d’eau. ( 2 bains par jour, noamment contre les douleurs digestives, es crises de goutte et les rhumatismes.)

Macération

de fleurs ( usage externe) : faites macérer une grosse poignée de fleurs sèches dans un litre de bonne huile d’olive, et exposez le tout au soleil pendant 15 jours; filtrez, et utilisez la préparation en frictions, sur le ventre (troubles de l’appareil digestif) ou sur les parties douloureuses ( rhumatismes).

lilas21.jpg

                                                                                                                                                                                                                                                                             

                                        Ma fleur préférée entre toutes…………….                                                              

Publié dans "L**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

LA FUMETERRE

Posté par eurekasophie le 14 novembre 2008

fumeterre4.jpg                                                                               fumeterre1.jpg

                                                                                                                       La fumeterre

Son étrange nom lui vient de ce que « son jus fait pleurer les yeux comme la fumée » (Olivier de Serres).

D’autres disent que ses fleurs roses ou rouges et ses feuilles gris argent, qui viennent en gros massifs indécis, font songer à quelque fumée d’incendie dans la plaine ……..La fumeterre est encore baptisée fiel de terre, fleur de terre, pisse-sang, herbe à la jaunisse, pied de géline, chausse rouge ou lait battu.

C’est une grande plante annuelle ou bisannuelle, qui orne les champs, les décombres et les vieux murs de ses feuilles plusieurs fois redivisées et de ses fleurs un peu pareilles à des pieds de chaussettes (avecun éperon à l’arrière), dotées de 4 pétales.

L’espèce, partie des contrées tempérées de l’Ancien Monde, a désormais colonisé le globe…….

Les Grecs Galien et Dioscoride recommandaient la fumeterre contre les affections du foie, et d’abord contre la jaunisse.

Au XVIème siècle, l’Italien Matthiole y voyait un purgatif et un fortifiant général des organes de l’abdomen.

Il faut reconnaître à la plante des qualités hépatiques, non seulement contre la jaunisse, mais encore contre tous les troubles nés du mauvais fonctionnement du foie (digestion difficiles, renvois bilieux, dartres, maladies chroniques de la peau).

Je me souviens d’un homme souffrant de dartres très disgracieuses soigné grâce à un traitement d’attaque au suc et à l’infusion de fumeterre et qui guérit en un mois. A d’autres, la plante était administrée comme calmant et recommandée en cure dépurative annuelle.

fumeterre2.jpg

Récolte

Cueillez la fumeterre de la fin du printemps à l’automne, en choisissant les plus beaux plants du massif– les plus feuillus et plus superbement garnis de fleurs. Toute la plante est utilisable. Faites-la sécher sur un drap ou en petits bouquets pendus au plafond.

Préparation et emploi

Infusion ou décoction

comme tonique et dépuratif, notamment en cure annuelle d’été: comptez une demi-poignée de plante fraîche ou une bonne poignée de plante sèche par litre d’eau. (Une tasse un jour sur deux en temps ordinaire. Une tasse avant chaque repas, pendant 8 jours, pour la cure d’été.)

Macération

laissez reposer une petite branche de fumeterre pendant 24 heures dans un verre de vin, de cidre, etc.; filtrez. ( Un verre par jour.)

Suc frais

5 à 6 cuillerées à soupe par jour, dans du miel ou dans du lait. (Contre les affections du foie.)

Bains de mains et de pieds

comptez une bonne poignée de plante fraîche ou 3 à 4 poignées de plante sèche par litre d’eau. ( Un bain par jour, comme calmant, dépuratif, et contre les maladies du foie.)

                                                                                   

Publié dans "F**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

FOUGERE mâle…….

Posté par eurekasophie le 14 novembre 2008

fougre10.jpgLa fougère mâle….a été ainsi baptisée non pas parce que l’espèce ne compte que des pieds mâles, mais parce que sa souche est extraordinairement puissante. Elle croît dans la plupart des forêts du monde, avec une nette prédilection pour les bois de hêtres au sol riche et orientés au nord. Sa grande feuille de 0,50 à 1,50 m de hauteur, se distingue par son axe épais et garni d’écailles rousses à la base, par ses  » branches » deux fois divisées, et par ses amas de spore (au dos) en forme de reins.

fougres2.jpg Les anciens médecins grecs — Théophraste, Dioscoride, Gallien — recommandaient déjà l’espèce contre les parasites intestinaux ( racine + miel contre les vers solitaires; racine + vin + orge contre les vers ronds). On lui a ensuite attribué des propriétés diverses, certaines partiellement fondées ( elle est capable d’arrêter le sang et de cicatriser les plaies; elle peut provoquer des avortements), d’autres parfaitement fantaisistes (cueillie dans la nuit de la Saint-Jean, elle était réputée apte à rendre invisible!!….emoticone ).

Il faut surtout retenir les qualités vermifuges des parties souterraines de la plante ( les jeunes feuilles printanières, joliment enroulées en crosses, sont également actives), et les propriétés calmantes de ses feuilles entières ( en bain de mains et de pieds, contre les rhumatismes, la goutte, la sciatique, les lumbagos, les crampes, etc.). Mais il faut mettre en garde celles et ceux qui abuseraient de ces drogues: à doses massives, la fougère mâle est très capable de provoquer la cécité.

fougres3.jpg

Récolte

Cueillez les feuilles de fougère mâle au printemps, quand elles sont encore très jeunes, enroulées en crosses ou à peine déroulées. (En Norvège et en Suède, on les mange comme des asperges.)

Extirpez la racine (le rhizome) à l’automne.

Préparation et emploi

Infusion

jetez 10 à 20 petites tranches de racine dans un litre d’eau. ( Une tasse le matin à jeun, comme vermifuge. Pour les enfants, ne dépassez pas 10 tranches par litre.)

Pulpe au miel

de racine (vermifuge): pour les enfants, la valeur de 2 cuillerées à café par jour, à jeun, miel à volonté. Pour les adultes, la valeur de 4 cuillerées à soupe de pulpe.

Infusion et décoction

de jeunes feuilles (calmantes et vermifuges): jetez un petit bouquet de crosses fraîches dans un litre d’eau. (Une petite tasse par jour pour les enfants. 2 à 3 tasses pour les adultes.)

Bains de mains et de pieds

comptez 10 tranches de racine et un petit bouquet de jeunes feuilles par litre d’eau.

 

Lit de fougère mâle

 

pour les rachitiques et les rhumatisants: confectionner chaque soir un lit de fougères mâles, ou d’osmonde royale fraîche; la recette est aussi efficace que simple.

Publié dans "F**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

LE FRAISIER

Posté par eurekasophie le 14 novembre 2008

fraisedesbois2.jpgJe ne parlerai pas ici de la fraise de culture , sélectionnée, aseptisée, manipulée, dénaturée, gorgée d’engrais chimiques, qu’on peut importer du Cap en hiver, et qui n’a plus, en fait de goût, qu’une vague saveur sucrée……

Seule l’adorable, la délicieuse, l’élégante fraise des bois m’intéresse; c’est la parure vermillon des buissons d’ombre verte; c’est la larme de sang pur des coteaux et des forêts enchantés au joli mai frémissant.

Quoi de plus ravissant que ses feuilles à trois lobes du vert le plus tendre ? que ces fleurs rosacées à 5 sépales et à 5 pétales immaculées, avec un buisson d’étamines d’or au centre ? que ces fruits (ses faux fruits, en vérité, les vrais étant constitué par les « graines » superficielles de la fraise) rouges comme les lèvres des jeunes filles? Le fraisier, sous ses airs modestes, se multiplie activement, non seulement par ses graines, mais encore végétativement, à coups de stolons, tiges qui partent d’un pied, s’enracinent à quelque distance, et donnent bientôt une nouvelle plante. L’espèce, de la sorte, à très ingénument colonisé la Terre…..

Le fraisier sauvage, dit encore capron, caperonnier, majaufe ou breslingue, était à l’évidence déjà connu de nos ancêtres des cités lacustres (en témoignent de nombreuses graines fossiles). Les Anciens l’estimaient, du médecin grec Théophraste aux poètes latins Ovide et Virgile. Au Moyen Age, la plante était considérée comme magique, et c’est seulement au XVI ème siècle que les médecins ont recommencé de s’y intéresser de près. Ils l’ont dite alors propre à guérir les plaies et les ulcères, les coliques, la dysentrie, les maladies de la rate, les inflammations du foie, les infections des reins et de la vessie, enfin les affections de la bouche et les dents branlantes. Le grand botaniste suédois Linné lui-même, un peu plus tard, jurait s’être soigné de la goutte par une véritable  débauche de fraises, et l’écrivain français Fontanelle, qui mourut centenaire, leur attribuait sa verdeur…… Madame Tallien, quant à elle, s’en servait pour préparer ses bains de beauté: la recete n’a pas été perdue; il est une femme merveilleuse qui entretient la fraîcheur de son teint par la seule application de rondelles de fraises des bois.

fraisedesbois1.jpg

Rien n’est plus agréable que de boire un thé de fraises, confectionné avec les feuilles et les racines de la plante. Rien n’est plus utile aussi, car le breuvage est trèspropre à purger le sang, à stimuler tous les organes et à calmer le nerfs. (L’infusion de racines donne une couleur rougeâtre aux urines, mais elle est absolument sans danger.) A l’aide des feuilles pilées du végétal, on fabrique des cataplasmes fort efficaces contre les ulcères et les plaies infectées. La décoction de feuilles et de racines sert en bains de mains et de pieds ou en lavements contre les diarrhées, en lotion contre les mauvaises gerçures, et en gargarismes contre les maux de gorge.

La fraise en elle-même– le fruit rouge et délicieux de cette espèce que les dieux ont bénie–, est fort nutritive, apéritive, rafraîchissante, purgative et calmante. Cure intensive recommandée à tous ceux qui souffrent de paresse intestinale, aux malades du foie, aux goutteux, aux rhumatisants, aux nerveux, aux anémiques et à tous les convalescents (car elle est reminéralisante, grâce à son fer, à son phosphore, à son calcium, à sonbrome, etc.). Son suc frais, appliqué sur la peau, nettoie, entretient et embellit cent fois mieux cette dernière que toutes les lotions chimiques (dangereuses) que certaines publicités imposent aux femmes.

La fraise n’a qu’un inconvénient: certains sujets sensibles, après en avoir absorbé une certaine quantité, réagissent en développant une forte crise d’urticaire. Ceux-là devront évidemment s’abstenir d’y avoir recours–encore que j’aie vu infiniment plus de crises d’urticaire imputables à des fraises  » industrielles  » qu’à des fraises sauvages……D’ailleurs, il n’est pas sûr que la fraise soit la cause d’allergies véritables: il serait bon de penser que les boutons et les rougeurs, lorsqu’ils apparaissent, sont le signe de l’expulsion brutale des toxines contenues dans le corps–expulsion due à l’effet purgatif des délicieux fruits rouges.

Récolte

Cueillez les fraises des bois quand elles sont bien mûres: la saison dépend en vérité du lieu où vous vous trouvez (dès avril en Provence, jusqu’en août à 1500 m d’altitude dans les Alpes)…. N’oubliez pas de rapporter de votre promenade une provision de racines et de feuilles du végétal. Quand à la fraise de culture, au jardin, elle fera vos délices….et votre santé, à condition que vous l’entreteniez sans insecticides ni engrais chimiques.

 

Préparation et emploi:

 

Infusion

de racines et de feuilles: comptez une poignée de plante fraîche ou sèche par litre d’eau. (A volonté.)

Thé

de racines et de feuilles: procédez comme pour un thé normal, après avoir soigneusement lavé les racines. (A volonté.)

Décoction

de racines et de feuilles (usage externe: lotions, bains de mains et de pieds, gargarismes, etc.): comptez une poignée et demie de plante par litre d’eau.

Dentifrice

de fraises: réduisez en poudre une poignée de feuilles et de racines de fraisier, et mêlez-les à de la craie également pulvérisée; frottez vos dents et vos gencives à la brosse, à sec, et rincez. Je vous certifie que vos gencives se renforceront, et que l’émail de vos dents sera bien moins attaqué que par n’importe quel dentifrice.

Lait de beauté

à la fraise: recueillez le suc frais des fruits mûrs, et mélangez-le à un peu de lait; laissez plusieurs heures, voire toute la nuit sur votre visage, avant de rincer à l’eau de rose.

Publié dans "F**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 1 Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant