LE BUIS

Posté par eurekasophie le 13 novembre 2008

buis4.jpgbuis1.jpg

 Ce sont les branches de buis que l’on fait bénir le dimanche des Rameaux.

Tout le monde connaît cet arbuste aux feuilles toujours vertes, qui peuplent en vastes colonies enchevêtrées les coteaux secs et les sous-bois clairs; chaque pied peut atteindre 5 à 6 mètres de hauteur, et vivre six ou sept cents ans!! Le buis, dont on se sert peut faire de grosses haies vives, possède un bois très dur, une écorce lisse et grise, des feuilles ovales, brillantes et coriaces, et de petites fleurs verdâtres. Ses fruits, en capsules ovoïdes à trois cornes, sont caractéristiques.

C’est un précieux compagnon pour le phytothérapeute, mais c’est aussi un redoutable individu végétal: une substance (buxine), qu’il contient dans toutes ses parties, constitue un poison assez dangereux. N’usez jamais du buis qu’en respectant strictement les doses. Cela dit, le bois, l’écorce et les feuilles du végétal étaient déjà utilisées au XIIème siècle, comme elles le sot aujourd’hui, en tant que dépuratifs, pour activer la sueur et faire tomber la fièvre; il est recommandé contre les accès de paludisme lorsque la quinine n’agit pas bien, et contre toutes les fièvres rebelles: non seulement ce remède fait disparaître les symptômes ( la fièvre elle-même), mais le buis, en épurant le sang, s’attaque vigoureusement aux causes profondes de la maladie. Il redonne du tonus au malade, et lui permet de résister victorieusement à l’attaque des germes infectieux.

Récolte

Coupez le bois, prenez l’écorce et cueillez les feuilles du buis juste avant la floraison, c’est-à-dire en mars-avril, selon les régions. Utilisez-les immédiatement, ou faites-les sécher à l’ombre. Ne choisissez, pour votre récolte, que des arbustes ayant poussé loin des villes, c’est-à-dire loin des sources de pollution de notre univers de fumées et de poisons en tous genres.

Préparation et emploi

Infusion

d’écorce, de feuilles et de bois (dépurative): jetez 5 pincées de plante par litre d’eau. ( Une tasse par jour, pendant 3 jours.)

Décoction

( sudorifique et contre les fièvres) d’écorce et de feuilles: mêmes proportions, même doses que pour l’infusion.

Poudre

de feuilles séchées ( en cas de très fort accès de fièvre seulement): une petite pincée avec un peu de miel.

Bains de pieds et de mains

de râpure de bois ou de feuilles ( dépuratif, sudorifique, contre la fièvre) : comptez une petite poignée de plante par litre d’eau. ( Je vous recommande tout particulièrment cette recette parce que ses effets sont prompts, et parce qu’il n’y a pratiquement pas de danger à se tromper de doses.)

Nota: Si les bains de pieds et de mains n’ofrent que des avantages, par contre, les trois préparations précédentes sont difficilement supportables par l’estomac. Je vous conseille de n’y avoir recours qu’avec la plus grande prudence, à moins d’être suivi par quelqu’un de compétent.

 

 

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant