• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 12 novembre 2008

AUBEPINE

Posté par eurekasophie le 12 novembre 2008

aubpine4.jpgLes oiseaux cherchent protection dans son feuillage tel un message venu du ciel. La symbolique n’est jamais uniquement théorique, elle nous enseigne et suscite bien souvent à travers sa poésie et ses images une action sur le concret. Si la fonction de cet arbuste est de protéger ceux qui s’y cachent, celle de sa fleur est de soigner les maux (ou mots) du cœur, ainsi que ceux associés au circuit nerveux qui rend possible toute action de vie.

Blanche est l’Aubépine… la force de la Lumière s’oppose à celle de l’ombre et finira par prendre le dessus. C’est un « duel » à travers l’union car la Lumière gagnera en s’unissant à son opposé. Symbole d’amour et de mariage manifestant dans nos coutumes l’union des polarités. Message on ne peut plus explicite pour l’homme qui par sa double essence doit s’unir à sa part d’ombre, car c’est la loi majeure de l’incarnation que d’épouser la Terre pour être épousé du Ciel, l’Acte de l’Universel Amour.

Pilier central, horloge interne en chacun de nous, le coeur régularise le mouvement en faisant écho à l’Horloge Universelle. Le cœur, par ses deux mouvements – aspiration et expiration – du sang, exprime les deux faces de l’amour : le don et l’accueil. Il contient ainsi la Création et toutes ses Lois, par sa position d’axe et par son mouvement d’expansion et de contraction de l’univers. L’amour est don et aussi réceptivité. Jaillissement, irradiation sans fin, il est aussi bien vide parfait et totale attraction.

Tout comme chacun de nos organes, le coeur, par ses manifestations de désordre, nous envoie des messages. Les maladies sont des cris de douleur et manifestent le chaos qui règne dans notre conscience. Ainsi se font-elles les messagères de nos angoisses qui jalonnent les évènements du passé et du présent. Le coeur rythme notre temps individuel, c’est notre tempo intime. Pour que cela se passe dans de bonnes conditions, il a besoin d’un espace réservé et intime, archaïquement : d’un territoire; Et chaque fois que ce territoire spatio-temporel sera profané, investi, volé ou supprimé, le coeur en souffrira d’une manière ou d’une autre et cela se manifestera par une pathologie cardiaque. Le cri du coeur sera : « Je veux vivre à mon rythme dans mon temps ». Quel est par conséquent l’enseignement ? J’ai retrouvé dans mes vieux livres un extrait écrit dans un langage un peu particulier certes, mais combien explicite…

 » A chacun son Rythme et par conséquent ses rythmes issus de son Rythme. Mais d’où est issu ton Rythme ? Est-il issu de tes pensées qui te disent de te presser ou de ne pas te presser ou bien est-il issu du véridique de toi-même évoqué ainsi, pulsant de ton Ame ou mentions du mental ? Sans désir d’aller vite, sans désir de prendre son temps : le juste Rythme est donné qui est adéquat aux évènements à vivre sur le chemin. »

Utilisation de la plante sur le cœur : Par son action régulatrice du muscle cardiaque, l’Aubépine diminue les palpitations. Elle diminue la tension artérielle chez les hypertendus en favorisant la circulation coronaire par vasodilatation. Elle tonifie les cœurs fatigués et peut être utilisée à titre préventif contre l’infarctus du myocarde et l’angine de poitrine.

Le buisson d’Aubépine… conducteur d’électricité semble imager chez l’homme le système nerveux. Ce système alimenté par d’une source mystérieuse, transforme en électricité l’énergie qu’il reçoit. A travers lui, l’éclaire de la pensée et de la Pensée réunies, anime le corps et le relie à l’esprit.

Il faut noter que les battements du coeur sont gérés par le tronc cérébral. Nous comprenons ainsi la relation thérapeutique que cela induit.

Utilisation de la plante sur le système nerveux : l’aubépine en agissant sur le système nerveux calme les angoisses, la nervosité et les insomnies, chez l’adulte et l’enfant. On l’a surnommé « bonnet de nuit » à cause de ses propriétés à provoquer le sommeil.

aubpine1.jpg

FORMES D’UTILISATION

Décoction

Contre la fièvre ( à boire, ou en bains de pieds): jetez 10 pincées d’écorce hachée par litre d’eau. ( 2 à 3 tasses ou 2 à 3 bains par jour.)

** de fruits séchés contre la diarrhée (à boire) : jetez 10 pincées de baies dans un litre d’eau, et absorbez la totalité du liquide obtenu par petits verres, en 48 heures.

Infusion

** de fleurs contre tous les spasmes et les troubles circulatoires: jetez deux bonnes poignées de fleurs par tasse d’eau bouillante. ( 2 à 3 tasses par jour, aussi longtemps qu’il le faut, avec des interruptions régulières de quelques jours.)

Bains de mains et de pieds

** de fleurs ( mêmes indications que l’infusion): jetez 10 à 20 pincées de corolles par litre d’eau. 2 bains par jour. Accompagnez ces bains de pieds et de mains, qui ne consituent qu’un traitement d’entretien, de compresses sur la région du coeur, dans les cas d’angine de poitrine, d’infarctus, de tachycardie ou d’oedème pulmonaire. Pour les maux d’estomac ( crampes, etc.), renforcez également les bains de pieds et de mains par des compresses chaudes sur la région douloureuse, après les repas. Appliquez des compresses sur les reins contre les lumbagos. Des compresses glacées sur la tête, en cas de migraine nerveuse, peuvent avoir les meilleurs effrets. Les bains de pieds sont à éviter si l’on souffre de varices: il vaut mieux s’en tenir, alors, aux bains de mains.

Cataplasmes

**de fleurs fraîches ou de fruits écrasés: contre les crises d’angine de poitrine, les palpitations, les diarrhées, les lumbagos, les rhumatismes.

REMARQUE IMPORTANTE – Pour être pleinement efficace, un traitement à base d’aubépine doit être régulier et prolongé, ce qui ne présente aucun inconvénient du fait de son absence de toxicité, d’accumulation, de risque d’accoutumance, ainsi que l’absence de tout effet secondaire.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | 3 Commentaires »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

ARNICA

Posté par eurekasophie le 12 novembre 2008

arnica5.jpgLa foule des noms vulgaires de cette grande »  marguerite » jaune orangé des montagnes, aux feuilles toutes disposées en rosette à base (sauf deux, opposées, au beau milieu de la tige), est à elle seule assez éloquente. On l’appelle arnique, doronic des Vosges ou d’Allemagne, bétoine des montagnes ou des Vosges, herbe aux pécheurs, tabac des Savoards (ou des Capucins, ou des Vosgs ou des Alpes), quinquina des pauvres, souci des montagnes ( ou des Vosges ou des Alpes), herbe à éternuer et, par-dessus tout, panacée des chutes. Ses propriétés sont nombreuses: l’arnica stimule aussi bien le sstème nerveux que les appareils digestif, respiratoire et circulatoire. L’espèce est apéritive et diurétique, purgative et propre à combattre la fièvre; elle débarrasse les bronches des glaires qui les encombrent; elle favorise le bon fonctionnement des règles; elle est dotée d’une incontestable action contre la goutte et la dysenterie;

Mais l’arnica –la panacée des chutes–, est le remède universel des chocs et des chutes: en applications externes, l’espèce reconstitue les tissus et fait disparaître mieux que tout autre médicament les amas de sang (parfois de pus) qui accompagnent ecchymoses, contusions, foulures et entorses. Il lui arrive de faire des merveilles dans des cas d’acné rebelle à tout traitement.

arnica4.jpg

Récolte

L’arnica ne se trouve pas dans les prairies de montagne, en terrain acide; elle fleurit de juin à août. Cueillez-en les » fleurs » (pour botanistes, il s’agit de capitules, c’est-à-dire de groupes de fleurs) avant l’épanouissement, mais n’oubliez pas d’en ramasser soigneusement les feuilles, et d’en arracher quelques racines. Toute la plante sèche admirablement bien et se conserve de longs mois à l’ombre.

Préparation et emploi

En usage interne, il faut employer l’arnica avec de grandes précautions, car elle peut provoquer des étourdissements, des tremblements et des secousses nerveuses.

Infusions et décoctions

* de fleurs : ne dépassez pas 10 pincées de fleurs fraîches par litre d’eau; 5 sont suffisantes. Les fleurs sèches sont moins actives: allez jusqu’à 15 pincées. Filtrez soigneusement votre préparation, de façon qu’il n’y reste aucune des aigrettes de la plante, ce qui irriterait la gorge du buveur. ( Une petite tasse par jour, comme stimulant, diurétique, apéritif et contre la fièvre.)

* de feuilles: ne dépassez pas 15 pincées d feuilles sèches par litre d’eau. ( une tasse par jour).

* de racines: ne dépassez pas 5 pincées de racines hachées par litre d’eau. (une tasse par jour).

Teinture de fleurs sèches

( Contre la toux, la coqueluche, la pneumonie, l’angine de poitrine): faites macérer pendant deux semaines 10 pincées de fleurs sèches dans un verre d’alcool à 90 °; n’employez pas autrement cette teinture qu’en gouttes dans une tisane douce. ( Une goutte le premier jour, 2 le second, et ainside suite jusqu’à 7, avant de revenir progressivement à 1.)

Teinture diluée

Pour usage externe (traumatismes, bleus, coups, blessures, etc.): préparez la teinture de la même façon que précédemment, puis délayez-la dans au moins trois fois (mais mieux vaut dix fois) son volume d’eau. Vous pouvez préparer vos teintures avec la plante entière : mêmes proportions– et mêmes précautions.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

L’ANIS VERT

Posté par eurekasophie le 12 novembre 2008

anisvert3.jpganisvert4.jpgL’anis me paraît être l’un des meilleus amis de l’appareil digestif. Encore faut-il ne pas se tromper sur la marchandise. On appelle anis au moins trois espèces végétales très différentes: la badiane ou anis étoilé, plante à n’utiliser qu’avec prudence, originaire de Chine; le carvi ou anis des Vosges; et l’anis vert, qui est un boucage et appartient à la même famille botanique que la carotte (ombellifères).

On le baptise encore boucage à fruits suaves, pimpinelle anis, anis boucage, petit anis, anis officinal ou anis d’Europe. Il est probablement né en Orient, et il n’existe en Europe– qu’à l’état cultivé. Sa tige striée porte différentes sortes de feuilles, celles de la base, arrondies et entières, les suivantes à trois divisions en coeur, les suivantes encore à 3 ou 5 divisions étroites; enfin les dernièressont plusieurs fois redécoupées en fines lanières. Ses fleurs blanc jaunâtre, groupées en bouquets (ombelles) lâches, donnent des fruits en forme de petits oeufs, à deux « grains » velus. Ce dernier caractère est fort important : il permet, avec le parfum typique qu’exhale toute l’espèce, de ne pasla confondre avec la redoutable ciguë qui fit mourir Socrate.

Pline l’Ancien accordait à l’Anis le pouvoir de faire dormir et de garder la jeunesse du visage. L’Anis est un bon antispasmodique qui calme les estomacs doulQureux et les menstruations difficiles. Il est surtout recommandé contre les troubles des nerveux dyspeptiques (contractions douloureuses des organes digestifs, vertiges, palpitations et sensation d’oppression après les repas, aérophagie). Il soulage fort bien les coliques venteuses.
Son action apaisante le fait recommander aussi par le Dr Leclerc contre l’asthme et la toux quinteuse.
L’Anis est encore un galactogène très réputé qui augmente la sécrétion lactée chez les nourrices, tout en calmant les coliques des nourrissons (d’après le Dr Cazin).
Enfin, on a recommandé l’Anis contre la fatigue générale accompagnée de migraines et de défaillance cérébrale.Dans certains
pays, on l’emploie pour parfumer la bière.

 

potpharmacie00012.jpg 

 

En utilisation interne:
En Infusion. 10 à 15 g de graines par litre d’eau ou une cuillerée à café par tasse. Prendre 2 ou 3 tasses par jour. Contre les coliques des enfants, on peut faire infuser les graines d’Anis dans le lait.


En Liqueur digestive à l’Anis. Faire macérer au moins un mois 50 g d’Anis et 1 g de Cannelle dans un demi-litre d’eau-de-vie blanche .

                                                                                                             anisvert2.jpg  

Tisane contre la toux

20 g d’anis, de véronique, 15 g de feuilles de tussilage et de fleurs de sureau, 10 g de racine de violette. Faire bouillir (1 cuillerée à soupe du mélange par tasse d’eau) et boire chaud.                                                     

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant