• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 24 septembre 2008

L’aigremoine eupatoire

Posté par eurekasophie le 24 septembre 2008

Aigremoine eupatoire
Agrimonia eupatoria

L'aigremoine eupatoire dans 90px-Agrimonia_eupatoria02 dans Mon repertoire des plantes les moins usitees120px-Agrimonia_eupatoria

Aigremoine eupatoire, surnommée le « thé du Nord », le »thé des bois » ou « l’herbe de saint Guillaume ».

Description détaillée

Plante herbacée de la famille des Rosacées. Elle se développe sur un rhizome

Feuille

A la base en rosette de feuilles composées de plusieurs folioles, 3-6 paires. Moins fournies entre deux.


Tige

Dressée, couverte de duvet.

Fleur

A 5 pétales bien séparés, jaune vif. Plusieurs étamines avec les cimes qui deviennent brune en vieillissant. Les fruits ont des crochets dessus pour faciliter la dissémination par les animaux ou l’homme. Floraison de juin à septembre.

A la cime 

Données autécologiques

Culture

Utilisation

La plante entière séchée, récoltée à la floraison, peut s’utiliser en tisane contre la diarrhée et les troubles digestifs associés à la diarrhée et aurait aussi une action dans les inflammations des reins et de la vessie.

Médecine (propriétés)

Astringent, vulnéraire

Cuisine


Usages

Les sorciers assuraient que les fleurs de cette plante se fanent instantanément dès que l’on entre dans une maison habitée par le démon. Ils usaient aussi de l’aigremoine pour endormir ceux auxquels ils voulaient du mal en en bourrant leur oreiller. Le charme ne cessait que lorsqu’on retirait l’oreiller.


Dictons et anecdotes

Un verre de tisane d’aigremoine ôte un verre de sang du corps.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

L’ACHILLEE MILLEFEUILLE

Posté par eurekasophie le 24 septembre 2008

Achillée millefeuille
Achillea millefolium

InflorescenceNoms communs : herbe à dindes, herbe militaire, millefeuille, herbe aux charpentiers, herbe à la coupure.
Nom botanique :
Achillea millefolium, famille des astéracées.
Noms anglais :
yarrow, bloodwort, carpenter’s weed.
Nom chinois :
yang shi cao.

Parties utilisées : sommités fleuries (feuilles et fleurs).
Habitat et origine :
plante vivace originaire d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord, cette plante s’est répandue dans toutes les régions tempérées du globe. On en récolte les parties aériennes et les fleurs durant toute la période de floraison (du milieu de l’été jusqu’à l’automne).

Indications

Stimuler l’appétit; soulager les troubles digestifs et les douleurs menstruelles.
Soulager les spasmes abdominaux; traiter les infections des voies respiratoires.
Voie externe – Soigner les blessures et les inflammations cutanées.

Posologie

Par voie interne

Perte de l’appétit, troubles digestifs (dyspepsie), douleurs menstruelles

  • Infusion. Infuser, pendant dix minutes, de 1 à 2 c. à thé (de 1 g à 2 g) de plante séchée dans 150 ml d’eau bouillante. Laisser refroidir et prendre trois fois par jour, entre les repas.
  • Extrait fluide (1:1). Prendre de 1 ml à 2 ml, trois fois par jour, entre les repas.
  • Teinture (1:5). Prendre 5 ml dilué dans un peu d’eau (froide ou tiède) ou dans du jus de fruits, trois fois par jour entre les repas.

Par voie externe

Douleurs menstruelles

  • Bain de siège. Infuser 100 g de la plante séchée dans 1 litre d’eau, puis diluer dans 19 litres d’eau tiède ou chaude. S’asseoir dans le bain les genoux repliés vers le haut durant 10 à 20 minutes (le liquide doit couvrir les hanches).

Blessures et inflammations cutanées

  • Préparer une infusion avec 1 ou 2 c. à thé d’achillée millefeuille dans 250 ml d’eau bouillante, filtrer, laisser refroidir et appliquer une compresse imbibée de cette préparation sur la partie atteinte. Répéter plusieurs fois par jour. Ne pas appliquer sur des plaies ouvertes.
  • Appliquer plusieurs fois par jour quelques gouttes d’huile essentielle d’achillée millefeuille diluées dans un peu d’huile végétale. Ne pas appliquer sur des plaies ouvertes.

Historique

La plante tire son nom d’une légende voulant que, vers 1200 avant notre ère, Achille, sur les conseils des Centaures, l’ait utilisée pour soigner les guerriers blessés. Jusqu’au XIXe siècle, les soldats l’ont employée pour arrêter le sang des blessures, prévenir l’infection des plaies et en accélérer la cicatrisation, d’où son nom d’« herbe militaire ».

L’achillée millefeuille a été employée en Asie, en Europe et en Amérique du Nord. À peu près toutes les traditions populaires ont fait état de ses propriétés cholérétiques, antiseptiques, décongestionnantes, antispasmodiques, astringentes, cicatrisantes et coagulantes. Dans l’est du Canada, les Micmacs, les Malécites, les Abénakis et les Algonquins l’utilisent encore pour soigner la fièvre et le rhume, entre autres maux.

Son amertume caractéristique en a fait un ingrédient de choix pour la composition d’un grand nombre de préparations toniques : vins et alcools aromatisés, tisanes, salades agrémentées des fleurs de la plante, et diverses autres préparations dont certaines subsistent encore en Europe.

Recherches

 La Commission E reconnaît l’usage de l’achillée millefeuille en cas de perte de l’appétit et de dyspepsie (notamment pour les troubles gastriques spasmodiques mineurs) et, en bain de siège, contre les douleurs menstruelles (dysménorrhée). Des essais in vitro et sur des animaux ont confirmé que plusieurs des composés de l’achillée millefeuille ont des propriétés antispasmodiques, des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique et sur le foie, ainsi que des effets stimulants sur la fonction biliaire1-4.

 L’achillée millefeuille fait partie des pharmacopées officielles de plusieurs pays européens et de l’Inde. Elle a aussi déjà fait partie de la pharmacopée des États-Unis. Outre les usages reconnus par la Commission E, ces pharmacopées indiquent que cette plante médicinale peut contribuer, par voie interne, à traiter les infections des voies respiratoires (rhume et grippe, de même que le mal de gorge et la fièvre qui peuvent les accompagner) et, par voie externe, à soigner les blessures et les inflammations cutanées. Elle est aussi utilisée en mélange avec d’autres plantes pour soigner le rhume ou les troubles digestifs et hépatiques.

Comme c’est le cas pour la très grande majorité des plantes médicinales, la recherche médicale et pharmacologique moderne s’est peu intéressée à l’achillée millefeuille. Cependant, on a identifié dans la plante pas moins de 82 constituants. Ces principes actifs pourraient expliquer les propriétés que les diverses traditions lui ont attribuées. Bien qu’on ait mené des essais in vitro et sur des animaux qui ont notamment conduit la Commission E à reconnaître officiellement certains des usages traditionnels de l’achillée millefeuille, un seul essai clinique a été mené sur des humains à ce jour. Ce dernier a porté sur les effets d’un onguent contenant de l’ortie blanche, de l’achillée millefeuille et de l’éleuthérocoque appliqué durant deux semaines sur des patients souffrant d’eczéma. Bien que ce traitement ait entraîné une amélioration des lésions, il n’a pas été plus efficace qu’un placebo5.

Précautions

Attention

  • Par voie interne, l’huile essentielle doit être employée sous la supervision d’un aromathérapeute dûment formé.

Contre-indications

  • Certains des composants de l’achillée étant neurotoxiques (principalement dans l’huile essentielle) et abortifs (huile essentielle et plante entière), l’achillée est contre-indiquée pour les enfants et les femmes enceintes.

Effets indésirables

  • L’achillée millefeuille peut provoquer des réactions allergiques cutanées chez les personnes sensibles aux plantes de la famille des astéracées (ou composées) : marguerite, aster, camomille, pissenlit, etc.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

  • Aucune connue.

Avec des médicaments

  • Aucune connue.

Sur les tablettes

Principales formes sous lesquelles on peut trouver l’achillée millefeuille dans le commerce

  • Sommités fleuries séchées : feuilles et fleurs séchées dont on fait des infusions pour usage interne et externe.
  • Teinture ou extrait fluide : extraits alcooliques, pour usage interne.
  • Huile essentielle : substance aromatique obtenue par distillation des parties aériennes de la plante.
  • Jus : obtenu par expression de la plante fraîche et conçu pour un usage interne; ces produits sont parfois désignés sous le vocable « sucs de plante ». Ce type de produit n’est pas commercialisé en Amérique du Nord.

Publié dans "A**", Mon repertoire des plantes les moins usitees | Pas de Commentaire »

Vertiges

Posté par eurekasophie le 24 septembre 2008

Les toniques, les rééquilibrants de la circulation. Particulièrement: Ail. Arnica. Aubépine. Basilic. Camomille. Lavande. Marjolaine. Mélisse. Menthe. Oignon. Romarin. Sarriette. Sauge.

Mon conseil: bains de pieds et de mains de la préparation suivante: une poignée d’aubépine, une demi-poignée de camomille, une poignée de lavande, une poignée de menthe et une poignée de sauge pour deux litres d’eau.

ou encore: infusion de graines d’anis vert à 2 pincées par bol. (Une tasse après chaque repas).

Publié dans MON HERBIER DE SANTE | Pas de Commentaire »

 

Quantum SCIO |
Le Mangoustan |
actumed |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Violence conjugale
| Psychothérapeute PAU
| Soleil levant